<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

samedi 28 février 2004
par Denis Boudreau

AccessiBlitz

C'est clair, l'accessibilité universelle des contenus sur le Web continue de faire tranquillement son chemin dans l'esprit des gens et gagne de plus en plus de terrain. À force d'en discuter, de rédiger sur le sujet et d'éveiller les gens aux différents enjeux qui y sont reliés, l'information finit par trouver preneur et la conscience collective s'orchestre autour du concept. J'en prends à preuve deux articles sortis dans les derniers jours qui, à la base, n'ont rien à voir l'un avec l'autre, mais qui, à deux, cernent merveilleusement bien les problèmes et les enjeux reliés à cet aspect fondamental du développement Web.

Passons tout d'abord par chez ZD|Net, qui réservait il y a quelques jours, une place de choix à l'accessibilité universelle, en mettant en lumière un article de Julien Perben, auteur du rapport de la mission Perben, remis le 20 janvier dernier au gouvernement Français qui cerne merveilleusement bien l'étendue du problème lié au non-respect des principes d'accessibilité :

L'Internet est maintenant utilisé par une grande variété de population: enfants, personnes âgées, voire handicapées. Mais les utilisateurs d'aujourd'hui vont vieillir, et ils auront bientôt du mal à utiliser la Toile si les sites continuent à se complexifier.

Quelle que soit la difficulté, quel que soit le handicap, chacun doit être en mesure d'accéder aux mêmes contenus et services que Monsieur Tout-le-monde. Je sais qu'un grand nombre de professionnels, notamment les webmestres, ne pensent pas au fait qu'une personne aveugle, ou tétraplégique par exemple, peut utiliser un ordinateur et doit pouvoir profiter de l'internet. Ces personnes sont non seulement des consommateurs comme les autres, mais l'internet représente un lien fort pour leur insertion dans la vie de tous les jours. Les oublier est à la fois une erreur stratégique et révèle une certaine dose d'inhumanité.

Le second article nous vient du bulletin SIStech de février 2004 qui accorde le tiers de son attention de mois-ci à l'accessibilité, en s'inspirant du dorénavant célèbre article d'Andy Budd, qui a été traduit dernièrement en ces pages par Normand Lamoureux, dans le cadre de l'initiative C² Contributions.

La bonne nouvelle, c'est qu'après plusieurs années à chercher la meilleure manière de promouvoir l'accessibilité, je crois que nous sommes enfin sur la bonne voie. J'ignore quelle est la première fois où vous avez été mis en face de ces principes, mais pour ma part, la toute première fois remonte autour du début 1999. À l'époque, les concepts mis de l'avant étaient beaucoup trop vagues pour me permettre de les intégrer. En fait, ce n'est qu'en 2001, alors que j'obtenais mon premier mandat de produire un site utilisable par la communauté aveugle, que la réalité d'une inéquité sur la Toile m'est apparue. Le problème, toujours présent à cette époque, s'avérait être l'angle par lequel toute la problématique était abordée.

Trop technique, trop pragmatique, trop réservée à l'élite des développeurs Web qui avaient la chance (ou la malchance) d'être conscientisés à la recherche inlassable de l'excellence dans le développement de leurs projets Web. Il n'existait rien dans l'argumentaire pro-accessibilité qui était susceptible de rejoindre ceux qui disposent du vrai pouvoir, les clients et les décideurs.

Aujourd'hui, le vent change. L'angle par lequel les promoteurs de l'accessibilité abordent la question a su être adapté pour permettre de rejoindre ces publics. Curieusement, cela coïncide avec l'éclosion d'une conscientisation à ces enjeux.

Continuons ainsi, nous sommes clairement sur la bonne voie. C'est uniquement par nos actions incessantes, notre volonté de toujours offrir un produit d'une qualité supérieure et notre désir d'un Web plus ouvert et utilisable que tous pourront un jour en profiter autant que nous. Autrement, plus nous vieillirons, plus nous seront mis à l'écart. Après autant d'efforts à accessibiliser le Web, reconnaissez que ce serait trop cruel d'en être un jour exclu pour de bêtes considérations de vieillissement ou d'handicap. Pourtant, c'est la seule manière de vraiment faire pénétrer l'importance de l'accessibilité dans la tête des gens... les mettre en face de leur propre détérioration corporelle.

Denis Boudreau | 2004.02.28 @ 23:47

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

2004.02.29 @ 05:19 par Jean-Luc

Avez vous visionné le site Cybercodeur sous Mozilla en agrandissant la taille du texte à 200 ou 300% ? Non. Et bien allez y et onservez ce qui se passe du côté de l'entête.
Les div de l'entête ne sont pas dimentionnées en auto et Gecko n'aime pas ça.

Et quand est-il de l'accessibilité de l'écriture des page Web ?

Jean-Luc

Haut retour au début de la page

2004.02.29 @ 08:02 par -Nicolas-

>> J'ignore quelle est la première fois où vous avez été mis en face de ces principes(...)

Je ne sais plus exactement quand c'était, mais je me souviens d'un reportage télévisé sur une télé française concernant internet. Il y avait un aveugle qui regrettait que les webmasters ne prenaient pas en compte ce handicap en ne spécifiant pas de texte alternatif pour les images.

C'est seulement quelques années après que j'ai commencé à apprendre le HTML et à faire de la mise en page avec des tableaux, avec du JavaScript toutes les 3 lignes, ... comme c'est trop souvent le cas dans les tutoriaux trouvés sur le net. Mais ce reportage me trottait dans la tête. Comment font les personnes handicapées pour surfer ? Comment les pages doivent elles êtres écrites ou structurées pour ne pas les pénaliser? , ...

C'est l'année dernière que tout à basculé, je suis tombé sur OpenWeb grâce à un lien laissé sur un forum. Et en lisant les articles, en suivant les liens vers Cybercodeur, Neokraft, ... ou encore le Standblog, j'ai découvert pleins d'articles, de conseils, de liens vers des documentations, des témoignages, des liens vers d'autres sites, ... bref, les questions que je me posais après avoir vu ce reportage commençaient à être résolues les unes après les autres.

C'est vrai que les personnes aveugle sont le porte drapeau de l'accessibilité sur internet, pourtant sur l'un des liens, je suis tombé un jour sur une petite liste des différents handicaps qui peuvent être un frein. Dans cette liste il y a la dyslexie, et justement c'est mon cas. Je n'ai jamais vraiment rencontré de problème pour surfer et je ne pensais pas du tout que la dyslexie pouvait être associé à d'autres handicaps que je considère comme étant plus grâve.

Mais en tout cas, ça m'a fait réfléchir et peut-être que c'est parce que j'ai moi aussi un handicap que la prise de conscience à été très rapide.

Je ne suis pas du tout un professionnel de la conception Web, je suis juste un passionné par Internet qui essaye dès qu'il en a l'occasion de mettre l'accessibilité sur le devant de la scène auprès d'amis, collègues, ... ce n'est pas évident de vanter les mérites de l'accessibilité, d'une page correctement écrite et structurée face à une conception archaïque réalisée avec FrontPage ou Dreamweaver et au traditionnel argument '95% des visiteurs de mon site ont IE', 'moi j'ai réalisé patati patata, reviens quand réussira à faire mieux' ou encore 'il n'y a pas d'aveugles dans mes visiteurs, mon site ne s'adresse pas à eux', mais étant finalement concerné, je me dois de le faire.

Je suis vraiment content d'être tombé sur cette blogosphère si riche d'enseignement et je vous remercie pour tout ce travail. Faudrait qu'un jour j'avance un peu mon site éprouvette histoire que moi aussi je puisse participer à cette prise de conscience.

Haut retour au début de la page

2004.02.29 @ 09:10 par CYBERcodeur

Peut-être que le fait d'être daltonien m'a sensibilisé à mon insu à l'accessibilité. Honnêtement par contre, j'en doute beaucoup. Je crois plutôt que c'est simplement une soif de justice et d'équité, qui a toujours motivé mes choix dans la vie qui est à la base de cet intérêt. Quand j'aime un truc et que je réalise que d'autres ne peuvent pas y aspirer autant que moi, ça me peine pour eux... Et quand je réalise que je pourrais un jour perdre ce privilège pour une raison ou une autre, ça m'achève. C'est probablement plus axé sur une crainte d'un jour perdre quelque chose en ce qui me concerne.

L'égocetrisme mènerait-il parfois à l'illumination ? ;)

Promouvoir l'accessibilité, ce n'est pas essayer de s'imposer comme un gourou au-dessus d'une foule de disciples assoifés de connaissances. C'est revendiquer une équité qui tarde à s'imposer, à cause de l'inconscience collective.

Ce qui m'amène à répondre à Jean-Luc que jamais je n'ai prétendu être un dieu des CSS, et que je revendique également le droit à l'erreur et l'imperfection. Si je suis, depuis très longtemps, au fait de ce 'problème', dans le cadre de ce design (qui est loin d'être parfait, je suis le premier à le reconnaitre), il est vrai que tout n'est pas conservé en proportion lorsqu'on 'zoome' ou 'dézoome' dans la page... et alors ? Il y a beaucoup d'autres façons pour l'utilisateur d'adapter le design à ses besoins et les contenus demeurent toujours accessibles.

Par ailleurs, accessible ne veut pas dire expérience similaire non plus... faut pas confondre. Ça veut dire expérience adaptée. Mais de toute manière, compte tenu de la 'complexité' de la mise en page, je n'ai jamais rencontré de cas parfaits non plus. :)

Haut retour au début de la page

2004.02.29 @ 11:18 par Olivier

(ZDNet n'as pas de DOCTYPE, a des tables, et des séparateurs GIF. Meilleures notes pour internet.gouv.fr et infometre, qui ont un DOCTYPE (mais aussi des tables et des séparateurs GIF et &nbsp;.).)

Haut retour au début de la page

2004.02.29 @ 12:17 par Jean-Luc

Je ne critique pas mais qu'est ce que l'on rame avec les CSS. Il n'est pas évident de faire du travail correct. C'est beaucoup plus difficile que si l'on ne prête pas attention à l'accessibilité. J'ai perdu plusieurs semaines pour cela et ce n'ai pas fini.

Comment alors convaincre le plus grand nombre ?

Si l'écriture des CSS était simplifiée, allégée de commandes redondantes et contradictoires (incompatibilité entre les box float et absolute) , si des fonctions tel qu'un <include=''> générique, pouvaient rendre l'usage des scripts inutile, si , si...

Les CSS présentent des caractéristiques très intéressantes mais elles sont trop complexes. Depuis que je m'y frotte, je me demande combien de producteurs de pages s'y intéressent puis laissent tomber devant cette complexité?

Il ne faut pas non plus vouloir aller trop vite et laisser les normes mûrir. C'est d'ailleurs pour cela que je trouve la promotion du XHTML et du XML mal venu et perturbant le message de l'accessibilité. On n'est plus dans le domaine de l'informatique où la surenchère est la règle, il s'agit ici d'un média avec des règles tout autres. Il faut obtenir la participation du plus grand nombre.

Idem pour Mozilla, quelque soit les qualités de celui-ci, sont adoption ne sera jamais universel, il ne faut pas compter sur lui pour faire progresser le sujet.

Simplifions donc et participons tous à l’évangélisation de nos contemporains. Vaste chantier.

Haut retour au début de la page

2004.03.01 @ 07:59 par Monique

Bonjour,

Mon tout premier contact avec l'accessibilité remonte au mois d'août 2002 quand j'ai découvert le site http://typhlophile.com/ au hasard d'une recherche. Jusque là, j'ignorais que les non-voyants pouvaient accèder aux sites Web.
Intriguée mais vivement intéressée, j'ai appronfondi mes recherches et je suis fatalement tombée sur une page du StandBlog http://www.nitot.com/stan... (où il est beaucoup fait allusion à un cousin québecois que je ne connaissais pas encore). La motivation et l'enthousiasme de Tristan ont créé le déclic pour moi.
Depuis, j'accompagne ma signature de 'en campagne pour des sites conformes aux standards et accessibles...' et je m'efforce de mettre cette déclaration en application par tous les moyens à ma disposition.
Co-admin d'un site destiné aux webmasters, j'y ai créé une section accessibilité http://www.webmaster-hub.... d'autant plus importante à mes yeux que le public de ce site n'est pas uniquement constitué de convaincus.
J'ai aussi eu l'occasion de rencontrer un étudiant non-voyant qui m'a fait une démonstration époustouflante... le premier site qu'il a affiché était Openweb ;-)
Je suis aussi en contact sur le net avec des utilisateurs et des webmasters non-voyants.

Amicalement,
Monique

Haut retour au début de la page

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)