<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

dimanche 23 mars 2003
par Denis Boudreau

Pour en finir avec XHTML 2.0

Vous vous rapellerez peut-être les discussions houleuses qui ont sévit ici et il y a quelques semaines à propos de l'éventuelle norme XHTML 2.0 qui avait soulevé un tollé d'indignation de la part des développeurs partout dans le monde, principalement dû au fait que cette nouvelle version du langage annonçait une coupure nette avec les technologies passées pour se tourner de manière irrévocable vers l'avenir et vers le XML, en plus de laisser tomber certaines éléments malgré leur valeur structurelle et sémantique. Plusieurs développeurs (dont moi-même) avions bondi devant la réaction de Mark Pilgrim qui avait rejetté du revers de la main la norme XHTML dans son ensemble pour retourner vers HTML 4.01; loin de moi l'intention de ramener de vieux débats aujourd'hui, mais j'ai toujours eu l'impression que cet intéressant feuilleton n'avait jamais été proprement conclu. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis, de nouvelles associations se sont faites et certains individus aux influentes opinions ont nuancé leur propos. En un mot, les esprits échauffés se sont calmés et certains d'entre nous ont commencé à y voir plus clair et à réfléchir à tête reposée sur la valeur de cette nouvelle norme qui, malgré les mégaoctets de bande passante écoulée, demeure encore à l'état d'ébauche de travail publique.

Afin de faire définitivement la paix avec cette époque pas si lointaine et clore définitivement le débat sur cette tribune, je me devais de vous faire part du commentaire d'Hixie à propos de la norme XHTML 2. Je sais, c'est de l'histoire ancienne, mais il n'est jamais trop tard pour faire la paix avec ses vieux démons. Voici donc pourquoi, en ses mots, nous devrions tous arrêter de critiquer et enfin comprendre pourquoi XHTML 2.0 est une norme intéressante et nécessaire pour l'avenir du Web. Un autre bel exemple de prêt-à-penser; il vous suffit simplement de mastiquer lentement, savourer pleinement et avaler avec plaisir :

  1. N'importe quel élément peut être dorénavant être transformé en hyperlien, simplement en y ajoutant un attribut href.
  2. N'importe quel élément peut être marqué d'un attribut edit pour indiquer qu'il a été soit inséré, supprimé, modifié ou déplacé.
  3. N'importe quel élément peut avoir un attribut cite pointant vers un URI duquel l'information contenue dans l'élément en question a été obtenue.
  4. Les éléments <section> et <h> simplifient grandement la vie des développeurs éditant de volumineux documents ou générant du contenu à la volée puisqu'il n'est plus nécessaire de se souvenir à quel niveau d'imbriquement de tels éléments se situent.
  5. Le solitaire <br/> prend du galon et devient l'élément <l> ... </l>. Dorénavant, plutôt que de simplement définir le bris de ligne, vous pourrez finalement l'utiliser pour baliser le véritable contenu, soit la ligne elle-même.
  6. Les paragraphes pourront dorénavant contenir listes et tableaux au même titre que du texte, de sorte que si votre phrase contient des items à présenter en liste ou en tableau, vous n'aurez plus à traffiquer votre balisage et séparer un même paragraphe en deux éléments distincts, seulement pour y insérer cette information.
  7. L'élément <nl> que l'on attendait depuis si longtemps! Les documents pourront enfin contenir un balisage explicite pour les listes navigationelles. Plutôt que d'avoir recours à de profondes constructions de <div> ou <ol> imbriqués avec une tonne de javaScript pour leur permettre de s'ouvrir et de se refermer, XHTML 2.0 offre un simple élément qui permet de créer une structure arborescente à vos liens navigationnels.
  8. C'est un langage XML pur et dur, ce qui implique que les éléments présents dans le document doivent être correctement imbriqués ou le document ne saura être rendu par le navigateur.
  9. Il utilise les namespace, ce qui signifie qu'il puisse être croisé avec du contenu issu d'autres spécifications du W3C, telles que MathML.
  10. La rétro-compatibilité n'étant pas une préoccupation en XHTML 2.0, cela rend possible l'implantation de la plupart des changements dont HTML avait réellement besoin depuis longtemps.
  11. Sa conception s'allie bien avec les capacités de style des CSS et des autres technologies comme HTC ou XBL. Cela signifie une plus grande facilité à implanter une couche de présentation sur un document Web.
  12. L'attribut style a été retiré, ce qui obligera les auteurs de documents XHTML 2.0 à radicalement séparer le contenu d'un document de ses éléments de présentation une fois pour toutes.
  13. L'élément acronym, qui dupliquait sensiblement les valeurs de l'élément abbr sans réellement rien apporter de plus, est supprimé.
  14. Le éléments img et applet, dépréciés depuis HTML 4.01, sont finalement évacués au profit de l'élément object, qui offre des possibilités supérieures en terme de flexibilité et de support pour les contenus alternatifs.
  15. L'élément q cède sa place à l'élément quote qui confère une sémantique un peu différente en regard aux citations.

Quels sont les points les plus importants à retenir par rapport à XHTML 2.0 ? Tout d'abord, il ne faudrait pas oublier que XHTML 2.0 est une ébauche de travail, un document en cours de production, une spécification incomplète pour laquelle existent encore de nombreux points litigieux. Le groupe de travail XHTML, tout comme les autres groupes du W3C, prêche par la transparence et offre régulièrement une visibilité sur le travail en cours. Il nous importe donc :

  • d'être compréhensif et patient; le document est en cours de production. Il n'est pas officialisé.
  • d'avoir un peu la Foi en leur travail. Les buts du Consortium sont nobles et ne visent qu'à améliorer l'état du Web.

De plus, la création de cette éventuelle recommandation officielle n'entâchera en rien les acquis du passé. HTML 3.2 sera toujours une recommandation officielle pour le balisage des documents Web et tous les documents utilisant ce langage continueront de s'afficher dans les futures versions des futurs navigateurs tant et aussi longtemps que le code contenu dans ces documents sera valide et conforme aux normes établies par le W3C. De plus, la norme XHTML 2.0, qui ne saurait vraisemblablement gagner en popularité avant la fin de la décénnie au rythme où vont les choses, ne sera jamais rien de plus qu'une alternative à la norme XHTML ou HTML dans toutes ses variantes. Finalement, le Web sémantique ne saurait réellement se réaliser sans une structure de document aussi épurée que celle proposée par la norme XHTML 2.0...

Voilà, tout a à peu près été dit. Je peux enfin tourner la page et me sentir en paix avec mes écrits précédents. La prochaine que j'aborderai le sujet de XHTML 2.0, ce sera avec le cœur léger et l'esprit ouvert... :)

Denis Boudreau | 2003.03.23 @ 13:17

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)