<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

jeudi 03 avril 2003
par Denis Boudreau

Désinformation et poisson d'avril

Permettez-moi d'être sérieux quelques minutes...

Tout comme le cousin Tristan, je comptais passer sous silence la folle rumeur lancée la semaine dernière, à l'effet que Microsoft s'apprétait à quitter le W3C, suite au départ de deux de ses ingénieurs d'une table de concertation du Consortium sur le groupe de travail "Web Services Choreography". Rapidement la nouvelle a fait le tour du monde et, allez savoir pourquoi, le départ de MicroSoft d'un simple groupe de travail du W3C (ce qui est plutôt fréquent) est devenu le départ du géant de Redmond du W3C dans toute sa splendeur. Ayant rapidement tué la rumeur dans l'œuf chez les technophiles francophones habitués des listes de diffusion de Pompage et d'Interop, Karl Dubost (Conformance Manager au W3C) remettait tout ce beau monde en contexte et ramenait les pendules à l'heure avant que la nouvelle, qui avait déjà fait beaucoup de vagues, ne se transforme en un véritable tsunami de désinformation. Bref, dans cette sordide affaire, il y a eu beaucoup plus de peur que de mal. Personne n'a besoin de trolls de ce genre pour animer nos journées et alimenter nos folies respectives.

Toutefois, avec l'amusant, l'absurde et l'invraisemblable poisson d'avril lancé mardi par Dave Hyatt intitulé "Safari to Drop Table Support" et repris pour le trait d'humour qu'il représentait par Mark Pilgrim sur le site du WaSP qui signait même son acronyme par "We Annoy Safari Programmers" (WASP), le cirque désinformationnel est à nouveau entré en piste et un pavé a encore une fois été lancé dans la mare du monde. Si bien en fait que des milliers de développeurs Web, par la magie de la communication instantannée, ont été pris d'une crise d'apoplexie foudroyante à l'idée que Safari ne supporterait plus les tableaux HTML, ce qui mettait considérablement en danger leurs petits emplois chéris.

Bien que la nouvelle était clairement une blague, prise hors de son contexte, elle devenait tout à coup apparemment sérieuse si on oubliait quelques instants la date du jour... À tout le moins, ce fut le cas pour les cinq collègues, collaborateurs, lecteurs et/ou amis affolés qui m'ont fait parvenir un courriel paniqué à cet effet dans les derniers jours. Je vous laisse savourer un bout de la blague, juste pour voir le ridicule et l'invraisemblable de cet énorme esturgeon d'avril :

[...] La prochaine version de Safari embrassera complètement les standards Web en cessant unilatéralement de supporter les tableaux HTML. Dès lors, toute page ayant recours aux tableaux HTML entraînera Safari à émettre un bruyant son de framboise en plus de refuser d'afficher la page.

Les tableaux aux largeurs définies automatiquement feront planter le navigateur, ce qui causera un assourdissant bruit d'explosion. Pour se venger de s'être fait planter aussi cavalièrement, Safari entreprendra une recherche sur votre disque dur pour tous fichiers contenant le mot table et le remplacera systématiquement par des hiéroglyphes égyptiens.

Pour tous les sites qui ont recours à une imbrication de tableaux allant jusqu'à quatre niveaux de profondeur et plus, Safari fera jouer un tonitruant son de chasse d'eau de cuvette et entreprendra de se désinstaller de votre système, en protestation énergiquement contre votre évident manque de goût. [...]

Difficile à croire que des gens aient pu être assez naïfs pour tomber dans le piège... on peut difficilement blâmer les amis pour le lancement d'un petit éperlan du premier avril, spécialement quand celui-ci est si évidemment invraissemblable. Alors si une telle méprise est virtuellement impossible pour un être humain normalement constitué, comment se fait-il que tant de gens ait mordu à l'hameçon en si peu de temps ? Si j'ai pu recevoir cinq courriels affolés, combien en avez-vous reçus vous-même... ou pire encore, combien en avez-vous envoyé, pris de panique à l'idée qu'on vous impose bientôt l'abandon systématique de l'emblématique élément <table> ?

Et bien, encore une fois, il semblerait que ce soit uniquement pour le plaisir de la désinformation, pour lancer des trolls, pour la joie de foutre le bordel, en spéculant sur combien de personnes tomberont dans le piège. En bref, un fléau tout aussi stupidement et stérilement inutile que celui des concepteurs de virus informatiques et de leur trophées respectifs. Je me questionne vraiment à savoir si de telles pratiques sont nécessaires... qui a besoin du stress de nouvelles non-fondées qui contribuent à marteller le pauvre développeur qui parvient déjà de peine et de misère à survivre dans la mer d'information par toujours évidente qu'est la normalisation des habitudes de conception Web du XXIe siècle ?

Vous vous rappellez peut-être le canulard pour lequel j'étais si admirablement tombé en février dernier. Heureusement, dans un cas comme celui-ci, il n'y a pas encore eu de journaliste assez incompétent pour en discuter sans aller aux sources, ou de petit rigolo pour entrprendre de tourner le tout en véritable hoax habilement ficellé... j'imagine seulement la catastrophe si une telle nouvelle s'était retrouvée en première page de "The Enquirer", dorénavant passé à l'histoire pour son manque de jugement... Combien de temps aurions-nous tous perdu à tenter d'y voir clair ?

Bien sûr, le poisson d'avril, c'est le poisson d'avril...faut bien rigoler un peu. Mais pour quelqu'un comme moi qui passe énormément de temps dans sa vie à essayer de répandre la Bonne Nouvelle d'un Web nouveau, la propension qu'a l'humain à alimenter la désinformation est considérablement nuisible et contribue efficacement à faire basculer mon travail. Personnellement, j'ai passé plus de deux heures dans les derniers jours à rassurer mes connaissances et à aller au fond du débat... deux heures que j'aurais pu passer à parler des vrais enjeux, comme celui d'effectivement apprendre à ne plus utiliser les tableaux HTML aussi massivement et à introduire l'utilisation des CSS comme formule de remplacement.

Évidemment, par la bande, c'est tout de même ce que j'ai fait, en argumentant que bien que les tableaux ne tomberont jamais dans l'oubli parce qu'ils constituent une série d'éléments tout à fait valides et nécessaires pour répondre à une besoin d'organisation de données tabulaires, il n'en demeure pas moins que leur utilisation pour la mise en page retarde considérablement le développement de ce médium que nous aimons tant parce qu'ils ont été pervertis pour remplir une fonction qui n'était pas la leur, et que cette fonction réduit considérablement l'interopérabilité, la portabilité, la réutilisation et l'accessibilité du document et de l'information qui y est contenue.

Bien sûr, pour ces cinq brebis égarées, le poisson d'avril de Dave Hyatt a bien servi ma cause et m'a permi de leur présenter une alternative que je juge humblement plus intéressante et plus résolumment orientée vers l'avenir du Web. Mais pour les milliers d'autres qui sont recroquevillés dans leur placard depuis deux jours, terrorisés à l'idée de se voir contraint à abandonner les tableaux HTML pour lesquels ils ont trimmé si dur à maîtriser depuis tant d'années, je ne peux malheureusement pas faire grand chose... à part espérer qu'ils passeront par ici avant que ce carnet ne tombe dans l'oubli de mes archives.

Denis Boudreau | 2003.04.03 @ 08:25

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)