<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

dimanche 19 octobre 2003
par Denis Boudreau

Il y a normes et normes...

Le e-zine Boxes and Arrows publiait récemment sous forme d'article le résultat d'une enquête menée par Heidi Adkisson sur les pratiques de conception Web considérées normes de facto, par le simple fait qu'elles soient si répandues que les gens ne les remettent plus en cause. Je ne parle pas ici de normes documentées, éprouvées et rédigées dans une visée unique et directionnelle comme le sont celles issues du W3C, mais bien de normes établies par l'industrie, dans une volonté d'identifier les meilleurs pratiques, que celles-ci soient fondées ou non. Une étude fort intéressante qui rejoint de très près les avancements technologiques que nous défendons, ne serait-ce par le fait qu'elles dénotent une habitude qui se veut optimisante et enrichissante... pour le meilleur et pour le pire.

D'ailleurs, un fait intéressant à noter au sujet de cette article est qu'il soulève et met en lumière des pratiques qui, avec le temps, ne se sont pas simplement taillé une place de choix dans la culture Web, mais ont aussi permis à de nouveaux domaines en émergence comme l'utilisabilité et l'ergonomie de transcender l'univers du développement logiciel et de progressivement venir influencer de manière positive celui du développement Web. On n'a qu'à penser à la volonté de standardiser l'emplacement des zones navigationnelles dans un design ou encore, de réfléchir à l'emplacement idéal d'un logo ou d'une boîte de recherche par rapport au flux visuel d'un utilisateur, ou alors de ses référents culturels.

Si les normes, telles que nous les définissons, s'avèrent d'une importance capitale pour l'avancement technologique et économique du Web, il n'en demeure pas moins que la plupart des 'normes' évoquées par Heidi dans son article dénotent des aspects tout aussi importants, mais d'un point de vue de standardisation des pratiques, afin de faciliter l'expérience des utilisateurs, sans pour autant tomber dans la castration intellectuelle et créative. À quand un arrimage harmonieux de toutes ces pratiques normalisatrices... À mon avis, c'est de plus en plus possible.

Denis Boudreau | 2003.10.19 @ 15:20

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

2003.10.21 @ 01:53 par s t e f

<q>À quand un arrimage harmonieux de toutes ces pratiques normalisatrices... À mon avis, c'est de plus en plus possible.</q>

Mais est-ce souhaitable ?

Effectivement les normes dans les interfaces graphiques des principaux OS ont été posées : on sait par exemple dans Windows que les menus commenceront par Fichier, puis Edition, que dans Fichier on aura Ouvrir, Enregistrer, etc, que dans Edition on aura Couper/Copier/Coller, etc... On sait même que ctrl+c copiera quelle que soit l'application (à quelques exceptions près). En tout cas l'utilisateur logiciel acquiert vite des attendus qu'il reproduit d'application en applcation.

Je ne suis pas sûr pour autant que cette approche soit souhaitable pour le web. Regarde ton site au temps 't', aujourd'hui :

- la barre de navigation principale est horizontale et placée en haut du site. Quelle doit être la norme : horizontale en haut, ou verticale à gauche ?

- la barre de navigation secondaire est à droite (recherche, anciens articles, liens). Or la 'zone chaude' par excellence pour la navigation est à gauche, c'est l'information qu'on voit souvent remonter des tests d'ergonomie.

Veux-tu donc être *obligé* de mettre ta navigation à gauche ?

De plus selon l'étude de Heidi Adkisson la zone chaude pour le logo et le lien vers la home se situe dans une zone assez restreinte en haut à gauche. Pas en haut à gauche de ton design centré, en haut à gauche de la zone utile du navigateur.

Pour ma part je crois, exactement comme dans le papier, que la norme a ses limites. Voir l'excellent livre de Jeffrey Veen, 'The Art and Science of Web Design'[1], où il explique que les *méthodes* pour lire une revue, par exemple, sont nombreuses et acquises : on *attend* (expect) des numéros de pages, un sommaire en page 3, etc. Et puis (si mes souvenirs sont bons) on ouvre Marie-Claire et on trouve 3 ou 4 pages de sommaire en bichromie, et c'est justement la variation par rapport à la norme qui fait la personnalité du magazine.

Mon leitmotiv actuel serait plutôt : ayons conscience des pratiques les plus répandues, normes de facto, mais sachons en jouer, en s'en éloignant si le projet s'y prête.

En revanche, je veux bien croire qu'une normalisation des zones d'une page serait une très bonne chose : elle permettrait au visiteur équipé d'une feuille de style reprenant le nom normalisé des zones (navbar_principale, navbar_secondaire, contenu, recherche, etc) 'd'ergonomiser' la page selon ses envies et/ou ses nécessités (difficultés visuelles, gain de temps notable à voir l'information sur tous les sites de la même manière). Je rejoins en cela une réflexion qu'avait eue Dave Shea il y a un petit moment quand il a essayé d'utiliser sans presque rien changer à son site les feuilles de style du CSS Zen Garden[2].

[1] http://veen.com/artsci/
[2] http://www.mezzoblue.com/...

(pardon pour la longueur du post)

Haut retour au début de la page

2003.10.21 @ 05:41 par BenLeTibetain

'[...]une normalisation des zones d'une page[...]permettrait au visiteur équipé d'une feuille de style reprenant le nom normalisé des zones [...]'d'ergonomiser' la page selon ses envies et/ou ses nécessités[...]'

Je trouve que c'est une très bonne idée !!

Pourquoi ne pas monter un site qui définirait ces normes ?
Je veux bien essayer !

En tout cas 's t e f', je partage tout à fait ton avis. Trop de normes deviendraient vite étouvantes, l'important c'est sans doute de savoir 'ce qui se fait' et de l'adapter ou de le mettre de côté pour trouver sa propre solution.

D'après moi, déjà rien que le fait d'utiliser les nouveaux standards aura tendance à orienter le design de nos sites tout comme ça pouvait être le cas avec les tableaux.

A nous de dépasser ça.

Haut retour au début de la page

2003.10.21 @ 05:50 par Bobe

'Pourquoi ne pas monter un site qui définirait ces normes ?'

'Trop de normes deviendraient vite étouvantes'

ahem... :)

Bon, sinon, l'idée de définir des zones, mais c'est un peu le principe du (x)html.
D'ailleurs avec xhtml 2.0 par exemple, il y aura la balise <nl> pour les listes de navigation.

Haut retour au début de la page

2003.10.21 @ 08:00 par Dam

En même temps il faut savoir que le desktop par exemple est codifié et respecte de plus en plus certaine specifications.

cf : http://www.freedesktop.org/

Il est clair que pour ne pas perdre les utilisateurs un certain nombres de caracteristiques doivent etre communes pour pourvoir passer d'une solution à l'autre le plus facilement du monde (ce pourquoi sont fait les standards finalement). La phase d'aprentissage et d'apprivoisement de l'outil en seront d'autant plus courte.

Dam

Haut retour au début de la page

2003.10.21 @ 08:38 par CYBERcodeur

Quand je parle d'une standardisation des méthodes qui pourrait se réaliser par un arrimage souhaitable, je suis concient que celui-ci ne doit pas se faire au prix d'une castration créatrice. Cependant, dans la mesure ou les normes de facto seraient officiellement posées (devenant donc normes officielles si endossées par un organisme de normalisation de l'interface ou de l'ergonomie par exemple), nous pourrions dès lors nous rabattre sur des pratiques réfléchies, éprouvées et documentées pour concevoir des interfaces plus utilisables par différents types d'utilisateurs. Ne serait-il pas merveilleux de pouvoir consulter, statistiques sérieuses à l'appui, quels type d'interface convient le plus à tel type d'utilisateur ?

Que la navigation soit en haut, à gauche ou à droite ne laisse plutôt indifférent personnellement car mon expérience comme internaute me permet de m'adapter rapidement. Cependant, pour un utilisateur moyen, ces changements peuvent être très déstabilisants. En sachant quel type d'interface répond le plus aux besoins de tels type d'utilisateurs, les designers pourraient produire des maquettes de sites éventuels qui répondraient plus encore aux besoins des utilisateurs...

Ma réflexion ne va pas forcément plus loin que cela pour l'instant... mais elle est ouverte au challenge :)

Haut retour au début de la page

2003.10.21 @ 09:45 par s t e f

Pour le moment on est très loin de pouvoir étudier un lien (hypothétique, je me permets de le souligner) entre un type de visiteur et une 'attente ergonomique', si je puis dire.

Je pense qu'il faut s'affranchir du web et penser plus globalement en termes de sémiotique de l'image et de la mise en page. Les lecteurs dans notre culture (occidentale, grosso-modo), lisent de bas en haut, globalement, puis de gauche à droite, localement à l'intérieur de cette globalité.

C'est ce qui, de façon empirique, se trouve mis en écho par la 'zone chaude' de chacun des résultats statistiques de l'étude Heidi Adkisson.

Selon moi, rien qu'avec ça, on a la confirmation de ce que toi, moi, et tous les consultants web annonçons avec pas mal d'aplomb après avoir observé ne fût-ce que deux ou trois profanes : la zone chaude est bien en haut à gauche, on sait donc déjà, de facto[1], comment soit en tirer parti, soit s'en démarquer.

([1] Le lecteur avisé notera avec quel appoint je rebondis à nouveau vers ce terme de l'étude pour essayer de faire croire que j'ai réfléchi à ce que je viens de dire... ;-))

Ces normes ne peuvent pas être posées, elles ne sont que le reflet du comportement du corpus de lecteurs-clients de sites en ce début de XXIème siècle.

Voir l'évolution de la publicité papier de ces dernières années. Dès ton premier cours de sémiotique on te dira que le logo de la marque à promouvoir est quasiment toujours en bas à droite (point de 'fuite' de l'oeil, si je dois résumer très grossièrement). Quand il ne l'est pas ce n'est pas parce que le graphiste a fumé, mais bien parce qu'il veut induire un autre effet (la rupture avec l'attendu). Ce comportement de l'oeil est en train de changer, pour la bonne et simple raison que la publicité doit faire figurer de plus en plus de restrictions et autres mentions légales ('sous réserve d'acceptation par la banque machin', 'modèle présenté : turbo truc', etc). Le graphiste doit donc accompagner le lecteur dans sa découverte du 'fine print'.

Voilà pourquoi je dis que les pratiques ne sont que le résultat de constats à un moment donné, et qu'elles ne sont ni définitives ni normalisables en l'état, tout simplement parce que nous interagissons avec du vivant, notre visiteur, dont le comportement et la culture sont en mutation permanente.

Haut retour au début de la page

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)