<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

mardi 07 octobre 2003
par Denis Boudreau

Vent de fraîcheur sur le Web sémantique

Vous me pardonnerez ce matin d'honteusement piquer le texte d'un autre site pour le reproduire ici, mais je suis tombé sur une définition du Web sémantique que j'ai trouvé tellement bonne et simple d'approche que je n'ai pu m'empêcher de la reproduire en ces pages pour le bénéfice des générations futures. Pour tous ceux donc, qui ont encore des incertitudes sur les raisons pour lesquelles les normes sont importantes, sachez qu'ultimement leurs intérêts consistent à permettre au Web de se transcender, de "réaliser son plein potentiel", comme le dit si bien le Consortium W3. Réaliser son plein potentiel ? Qu'est-ce que ça veut dire au juste ? Lisez le texte qui suit pour obtenir vos réponses sur le Web sémantique :

Quand les données se font intelligentes

Si le Web tel qu'on le connaît actuellement recèle une mine de contenus, l'intervention humaine est toutefois toujours requise pour les manipuler et en bout de ligne, y dénicher l'information recherchée. Mais rêvons, ne serait-il pas agréable d'avoir plutôt accès à un Web deuxième manière, transformé en un vaste réseau de données « intelligentes » qui pourraient interagir entre elles et à notre insu ?

Or un tel rêve pourrait devenir bientôt réalité. Le World Wide Web Consortium (W3C), une organisation d'environ 400 entreprises, organismes gouvernementaux et laboratoires de recherche, travaille en effet depuis quelques années déjà à un projet sur le Web sémantique. Avec Tim Berners-Lee en tête, un scientifique britannique par ailleurs inventeur du Web, le W3C vise ainsi à développer des technologies destinées à attacher aux données existantes de l'information qui rend compte des diverses relations sémantiques qu'elles sous-tendent ou, en clair, du contexte dans lequel elles doivent être interprétées. L'une des technologies à la base du Web sémantique est le Resource Description Framework (RDF). S'appuyant sur le populaire langage XML, le RDF est utilisé pour décrire et coder, de façon tout à fait transparente pour les humains, les relations établies entre les données.

Le plus beau de l'affaire : l'information ainsi « enrichie » deviendrait directement manipulable et compréhensible par des applications informatiques. Pour Berners-Lee, il tombe en effet sous le sens que le Web n'atteindra son plein potentiel que lorsque les contenus qu'il véhicule auront ainsi été transformés et rendus « intelligents ».

Dans une telle optique, les recherches menées sur le Web seraient nettement plus efficaces, puisque les navigateurs repéreraient non seulement les mots clés recherchés mais aussi, selon le contexte dans lequel ils doivent être compris, les différents concepts leur étant associés. S'évitant des heures de butinage, les consommateurs en ligne parviendraient par exemple à conduire des recherches de produits et de services plus ciblées.

Mais il y a un hic et du chemin demeure à parcourir. Les technologies qui supportent le Web sémantique sont en effet nettement plus faciles à développer pour un domaine d'activité spécialisé. La mise au jour du réseau sémantique d'un concept nécessite ainsi le développement d'une ontologie, c'est-à-dire la création d'un dictionnaire qui définit de façon formelle les interrelations entre différents termes d'un domaine. Or la vocation généraliste du Web requérait une ontologie gigantesque, elle-même généraliste, ou encore que des liens soient établis entre différentes ontologies spécialisées. Rien de moins donc, on le conçoit aisément, qu'un travail de Titan.

Bien que beaucoup de temps et d'argent devront certainement être consentis à leur développement, les technologies associées au Web sémantique demeurent certainement des plus prometteuses. Et si les organisations qui opteront pour leur utilisation en retireront certainement de grands bénéfices, elles devront cependant avoir les moyens de transformer les masses de données qu'elles génèrent en information intelligente.

Catherine Lamy, analyste-conseil en veille stratégique, CEFRIO

Alors, est-ce plus clair maintenant ? Un gros merci à Catherine pour avoir eu l'initiative de rédiger ce texte qui en éclairera plus d'un. :)

Denis Boudreau | 2003.10.07 @ 09:41

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)