<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

mardi 15 juillet 2003
par Denis Boudreau

Nous sommes les éclaireurs

Moins de messages curieusement sur Pompeurs aujourd'hui (serait-ce une répercussion malheureuse des commentaires émis sur CYBERcodeur il y a deux jours ?), mais d'excellents sujets quand même, dont un qui m'a tant marqué que j'ai décidé de vous le retransmettre ici dans toute sa gloire. J'espère que son auteur, l'irremplaçable Samuel "Strictement Cool" Latchman saura bien me pardonner un jour de le citer aussi librement... Ainsi donc, à un confrère Pompeur qui nous laissait connaître son désapointement de voir son patron lui couper les vivres au niveau de l'exploration XHTML/CSS pour revenir aux bonnes vieilles méthodes d'avant qui avaient faites leurs preuves (comprendre ici le design Web par tableaux HTML), l'ami Sam répliqua ceci :

Évidemment que la mise en page à base de CSS n'est pas facile à apprendre. Pas à cause de son principe, mais de la mauvaise implémentation des normes, c'est entendu. Mais la mise en page à base de tableau n'est absolument pas plus facile. On la connait déjà, c'est tout. Pourquoi semble t-elle plus simple ? Parce que nous l'avons (presque) tous apprise avec des éditeurs qui nous ont mâché le travail (::tousse:: Dreamweaver ::tousse::).

Il n'existe encore aucun éditeur visuel pour la mise en page en CSS qui permette la courbe d'apprentissage de Dreamweaver ou de Golive. Alors il faut apprendre CSS à la main. Et du coup il faut (ré)apprendre HTML à la main. Ça prend du temps. Un temps que ne sont pas disposé à nous donner nos supérieurs, ni nos clients. Il y a déjà un moment que la notion de rentabilité immédiate a étouffé tout bon sens. Pourtant, il faut le trouver, ce temps.

Tiens, pour partager mon expérience, il m'a fallu presque un an avant de maîtriser de couple (X)HTML/CSS. Un an, c'est long. D'abord, j'ai du désapprendre Dreamweaver. Dans le même temps j'ai commencé à créer des pages perso à la main et sans tableaux, mais d'une simplicité extrême. Et elles avaient tout le temps plein de pets de travers, parce que, surtout, je m'étais mis à tester mes pages sous autre chose que IE et NS4.x. C'est une difficulté dont on ne s'embarrasse pas avec les tableaux. Ensuite j'ai commencé à faire mes sites professionnels de cette manière. C'était long. C'était difficile. Mais ce n'est pas la difficulté que j'ai laissé voir à mon supérieur. Ce sont les bénéfices. Les soucis, je me les suis gardés, et j'ai passé mes soirées, mes week-ends et mes vacances à apprendre comment les résoudre.

Oui les standards seront forcément appliqués petit à petit. Mais par qui d'autre que nous ? Allons-nous attendre que ceux qui ne les connaissent même pas encore apprennent leur existence, soient convaincus de leur bien-fondé, les maîtrisent mieux que nous, les appliquent à grande échelle... avant de nous y remettre ?

Comme toujours, Sam marque de nombreux points dans son commentaire, mais touche un nerf particulièrement sensible de notre guerre pour faire accepter l'intérêt des normes et des techniques nouvelles de développement Web par opposition aux méthodes archaiques du siècle dernier. L'investissement personnel en temps pour faire évoluer ses propres connaissances. Apprendre à développer des sites Web proprement ne se fait pas en criant ciseau, et ce n'est pas simplement en lisant deux ou trois articles pêchés sur OpenWeb que l'on peut y parvenir non plus (même s'ils y sont excellents). Il faut piocher, piocher, piocher, se creuser la tête, essayer, échouer, réessayer, apprendre, se décourager, gueuler, tout balancer, reprendre plus tard, consulter des ressources, des livres, des normes et tranquillement, évoluer. Cela implique d'y mettre de l'effort et surtout, du temps. Du temps que nos patrons ne nous accorderont jamais, du temps que l'on doit investir de notre propre chef. Combien de développeurs sont prêts à faire cet effort ?

Personnellement, j'en connais très peu dans mon cercle immédiat, où les gens sont pas mal plus du profil à faire leurs petites affaires et à se sauver une fois leurs 7.5 heures complétées, tout en se contentant parfaitement bien de se maintenir à niveau avec leur superbe HTML 3.2 pas même valide... Pas surprenant que le Web connaisse une telle stagnation et que les clients aient perdu confiance en la soit-disant industrie... Pas surprenant non plus que parmis les centaines de visiteurs quotidiennement assidus à CYBERcodeur.net, il y en ait à peine 5% qui proviennent du Québec... Y'a pas à dire, on a un sacré bon bout de chemin à parcourir avant de rivaliser en terme de conscientisation avec nos amis Européens, qui composent près de 25% de mon auditoire...

Bon allez, je me la ferme avant de dire des choses que je pourrais regretter par la suite :)

Denis Boudreau | 2003.07.15 @ 23:50

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)