<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

vendredi 06 septembre 2002
par Denis Boudreau

Opéra; un complexe d'infériorité ?

Vous accordez peut-être une grande importance aux statistiques du Web relatives au pourcentage d'utilisateurs par fureteurs, plate-formes et systèmes d'exploitation. Lorsqu'on considère les statistiques offertes mensuellement par theCounter.com ou encore, oneStat.com, nous pouvons sans l'ombre d'un doute affirmer qu'effectivement, le fureteur le plus répandu (et par le fait même le plus utilisé) est Microsoft Internet Explorer. Avec un pourcentage d'utilisation frisant les 95%, qui oserait en effet affirmer le contraire? Pourtant une découverte récente m'a ouvert les yeux sur une réalité qui, dans les faits, pourrait être toute autre... Tout d'abord, mentionnons que la détermination de ces pourcentages ne tombe pas des nues. On peut arriver à ces estimations en consultant l'identifiant d'agent utilisateur (user agent identifier) de chaque fureteur qui passe par une zone surveillée et retracer par le fait même le bassin d'utilisation Web. Cet identifiant fait parti du protocole HTTP et se reflète en une chaine de caractères donnant habituellement le nom et la version du fureteur employé. Tant et aussi longtemps que les fureteurs s'identifient réellement comme étant ce qu'ils sont, tout va bien et les résultats peuvent être assez fiables.

Pourtant voilà, ce n'est pas forcément le cas. Prenez Opera par exemple. Opera est un fureteur plein de potentiel qui offre plusieurs promesses, notamment avec l'éventuelle version 7.0 qui supportera pleinement le DOM-2 du W3C. Autrement dit, un sapré bon logiciel. Seulement, par défaut, Opera s'identifie comme étant Internet Explorer. Cela signifie que chaque fois qu'un utilisateur passe par une zone contrôlée, il se fait passer pour Internet Explorer et vient gonfler la cote des 95%... Alors, la question est la suivante : si les statistiques parviennent à recenser un peu moins de 1% d'utilisateurs d'Opera (à savoir, l'infime pourcentage d'utilisateurs qui sont consicents qu'une telle option existe dans les préférences), combien d'autres passent inaperçus? Autrement dit, pour chaque utilisateur d'Opera conscient que cette option existe, combien y en a t-il qui l'ignorent? Le ratio est-il de un pour un? Un pour dix? Un pour cent? Un pour 1000??? Si Opera opère une telle pratique, combien d'autres faut de même? Comment alors accorder de réelle pertinence aux statistiques? Voici l'article qui m'a mit la puce à l'oreille.

Denis Boudreau | 2002.09.06 @ 08:19

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)