<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

mardi 29 octobre 2002
par Denis Boudreau

Questionnements légitimes

La question de la validité du code dans les documents Web a toujours beaucoup fait jaser dans les cercles "élites" de développeurs, mais lorsqu'on s'arrête quelques secondes pour regarder ce qui se passe réellement dans les tranchées, surtout chez les méga-corporations qui oeuvrent dans le Web, on se rend vite compte que le concept de qualité prend un tout autre sens. Pour ces grandes entreprises, un bon site Web, c'est un site qui paraît bien dans Internet Explorer et dans Netscape. Point à la ligne. Si le projet présente quelques éléments de dynamisme, c'est encore mieux, mais dans l'ensemble sa qualité se traduit par sa présentation. Si en plus les développeurs parviennent à faire des versions semblables dans différents fureteurs sous différentes plateformes, c'est idéal. Le concept de validation est à des kilomètres (disons plutôt des années lumières) de leurs priorités. Pourtant, si il y a des développeurs qui disposent de l'infrastructure, des ressources et des moyens technologiques pour rencontrer cet objectif, ce sont bien les développeurs oeuvrant dans les grandes entreprises. Dans les faits, c'est plutôt le contraire qui se produit. Les rares sites qui passent les tests de validation sont ceux qui sont conçus par des individus dans leurs sous-sols, avec peu ou pas de moyens, mais avec toute la volonté et l'éthique de développement qu'on pourrait s'attendre des méga-corporations.

Comment expliquer ce phénomène? En fait, c'est plutôt évident, non? Nous faisons face à deux contraintes majeures : le temps et l'argent. Le problème, c'est que plus on conçoit de sites invalides, plus on atrophie le Web. Et on est tous coupables, à un moment ou un autre, pour un tas de bonnes raisons. Tout ce qu'on peut espérer, c'est que les valeurs changeront et que les critères de qualité actuels évolueront vers d'autres, porteurs d'espoir pour le développement futur du WWW. Je vous invite à méditer là-dessus aujourd'hui en lisant le commentaire de Joe Clark, expert en utilisabilité pour le site contenu.nu, qui se questionne à voix haute sur le fait qu'un petit Weblogger hobbyiste anonyme parvienne à faire un travail de qualité supérieure à un développeur professionnel en entreprise.

Denis Boudreau | 2002.10.29 @ 18:41

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)