<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

mercredi 25 juin 2003
par Denis Boudreau

Humeur : que doit-on faire avec NS4 ?

Hum... ce carnet aurait pu s'intituler "Pourquoi j'aime les standards" ou prendre une allure prophétique et s'intituler "Que devrons-vous faire avec MSIE 6.0 dans deux ans ?", mais pour le moment, je vais rester dans le présent et m'attaquer au cas de Netscape 4. Je sais, le sujet a déjà fait brûler beaucoup de bande passante ici comme ailleurs, mais puisque c'est vous qui l'avez demandé, ça me fait plaisir de vous résumer ma position ici ce soir... On aura probablement le même type de discussion dans deux ans au sujet de MSIE 6.0 SP1 (certains d'entre nous l'avons déjà), alors que celui-ci entrera dans sa cinquième année d'existence sans mises à jour. Qui sait ? Nous nous tournerons peut-être sur à ce moment ce que je m'apprête à écrire comme piste de réflexion pour nous éclairer sur la position à adopter. Ceci dit, mes opinions n'engagent bien sûr que moi.

Certains d'entre vous qui avez suivi avec intérêt l'échange qu'Olivier et moi avons eu dans les jours suivants le 11 juin dernier m'avez contacté pour me demander de récapituler ma position suite à ce débat. Alors pour le bénéfice de tous ceux qui n'ont pas suivi, rappelons qu'Olivier et moi avons eu une (longue) discussion au sujet de l'intérêt en 2003 de continuer à supporter le navigateur NS4.x lors de la conception, la refonte ou la mise à jour d'un site Web. Ma position à cet effet ne saurait être plus claire ; il est maintenant temps de l'abandonner, mais pas pour le simple plaisir de se simplifier la vie, ou de commencer à coder pour MSIE 5+ seulement. Il est temps de l'abandonner pour plonger tête première dans le développement Web d'aujourd'hui, encadré par l'application des standards Web qui permettent de coder pour tous les navigateurs d'aujourd'hui sans discriminations. Il est grand temps de reléguer NS4 aux oubliettes du siècle dernier, de l'oublier, de le laisser reposer (ou pourrir) en paix, à côté de ses ancêtres et autres navigateurs de la gamme MSIE ou NS de version inférieure à 4.

Avec un site comme CYBERcodeur qui prône le respect et la promotion des normes ouvertes issues du Consortium W3 dans un cadre d'accessibilité des contenus, la perspective de fermer la porte à un auditoire, aussi restreint soit-il, est hors de question. C'est un principe auquel je tiens mordicus. Cela peut sembler un gros défi utopique, mais dans les faits, c'est très facile à réaliser en autant qu'on soit prêt à y mettre les efforts. Que l'utilisateur arrive sur ce site avec MSIE 1 sur Mac ou Firebird 0.6 sur PC, ou encore avec un lecteur d'écran grimpé sur une plage Braille ou un cellulaire au coin des rues Ste-Catherine et St-Denis connecté Wi-Fi, il doit être en mesure d'obtenir le même droit à l'information. C'est un principe d'accessibilité des plus simplistes, qui sous-tends l'ensemble des normes du Web et qui garantira son succès à long terme.

Hors de question donc d'adopter de nos jours une ligne dure comme le proposait initialement le WaSP en 1998 avec son "Browser Upgrade Campaign". Détecter si le navigateur en question est capable de supporter le DOM W3C ( getElementById ) et de claquer la porte au nez de tous les utilisateurs chevauchant fièrement un agent qui ne le supporterait pas en les redirigeant poliment (mais fermement) vers une page d'interception les invitant à faire une mise à jour vers un navigateur conforme aux standards est une pratique qui n'a plus sa raison d'être aujourd'hui.

Pourquoi ? Simplement parce les mentalités ont évolué et qu'il est temps que l'utilisateur comprenne que le Web n'est pas une version électronique du média imprimé, mais bien un médium par lui-même et pour lui-même et que tout site ne doit pas (et ne peux pas) être identique sous tous les navigateurs existants sous toutes les plateformes, sans compter les accès Internet dits alternatifs, tels que PDA et cellulaires. Puisque la plus grande force du Web, c'est justement sa flexibilité, il importe donc d'en tirer profit en apprenant à travailler d'une manière qui permette à tous les navigateurs de comprendre et d'interpréter le code dans le même sens. Suffit de comprendre que la force du Web, c'est sa flexibilité et son adaptabilité. Une interprétation pour ce navigateur-ci, une interprétation pour ce navigateur-là. Plusieurs interprétations, mais une seule version. Une version conforme, qui permet ces interprétations efficaces. Une version qui assurerait une interopérabilité irréprochable.

Ce qui m'apparaît comme la meilleure approche, la plus pérenne et la plus rétro-compatible à la fois, c'est simplement de me servir des standards en place tout en abandonnant tout ce qui est propriétaire à un navigateur ou un autre, et de coder mon site en conséquence. L'important, c'est le contenu. Oublions tous les égotrips technologiques des dernières années et revenons un peu sur la vraie richesse du Web; le message. La présentation n'est qu'une couche venant enjoliver l'essentiel du document, les mots qui y sont contenus. Si cette présentation est trop difficile à gérer pour certains navigateurs, alors qu'ils ne la gère pas... Mais au moins, que les contenus demeurent accessibles à qui veut bien les lire. C'est exactement le cas de NS4 qui ne supporte que très peu et très mal les CSS. Si vous visitez CYBERcodeur.net avec un vieux navigateur, vous vous verrez servir une présentation identique à l'option "CYBERcodeur à poil" du styleSwitcher. Justement parce que je me sers de la règle @import pour dissimuler les CSS aux yeux de Netscape 4.

J'aurais très bien pu créer une feuille de style allégée en utilisant la balise <link rel="stylesheet">, mais selon la philosophie que je viens de brièvement vous exposer, je trouve cela inutile pour un site comme le mien. Si je devais adopter une position par rapport à un contrat pour un site corporatif, je me servirais de cette approche pour styler NS4 juste suffisamment pour que ça n'ait pas l'air tout croche. Mais sans plus. Vous savez, les compressions budgétaires étant ce qu'elles sont... mon client me supplierait probablement de ne même plus y penser quand j'aurais pris cinq minutes pour lui exposer les faits actuels. Alors, quand je suis mon propre client, je ne suis pas trop dur à convaincre.

Parlons un peu des parts de marché. Je sais, les statistiques peuvent être perverties pour leur faire dire n'importe quoi. Je sais, il n'y a que les logs d'un site qui comptent réellement pour le site en question. Cependant, dans une enveloppe globale de plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs visitant plusieurs centaines de millions de sites Web différents, les rapports nous indiquent que les utilisateurs de NS4 ne représentent à peine qu'un misérable pourcent. Un tel échantillonnage, globalement, doit bien vouloir dire quelque chose. 1% d'utilisation, ce n'est plus un marché, c'est à peine une statistique. 1%, ce n'est rien de plus qu'un groupuscule marginalisé. Si ce groupuscule représente une nouvelle tendance, comme c'est le cas pour un navigateur comme Opera, NS7 ou Mozilla, c'est une chose; il faut leur ouvrir la voie et les traîter aux petits oignons. Mais dans le cas de Netscape 4.x, nous parlons ici soit d'irréductibles, pour la plupart de mauvaise foi, qui ne veulent simplement pas faire l'effort de se mettre à jour (ça devient leur problème, pas le mien), ou alors d'utilisateurs pris en otage. Que ces derniers soient prisonniers des technologies en place dans leur parc informatique ou bloqués par les limites de leurs propres connaissances n'y change strictement rien; ce sont des poids, des boulets enchaînés aux chevilles de l'avancement des possibilités offertes par le Web.

Ce deuxième groupe qui compose assurément la presque totalité de l'échantillonnage sondé se doit d'être supporté et de continuer à avoir accès à l'information disponible sur le Web. Mais être supporté ne signifie pas pour autant de jouir de la même qualité d'expérience utilisateur. Condamné qu'il est à diminuer avec le temps, au fur et à mesure que ceux qui le compose rejoindront le camp de la majorité (quand leurs patrons investiront dans un renouvellement du parc ou que leur beau-frère viendra leur installer un navigateur plus récent), ce 1% ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Qui voudrait investir une somme considérable de temps et d'argent pour entretenir ce groupe quand les ressources pourraient être mieux investies ailleurs ?

Prenons seulement l'exemple des feuilles de style, une technologie mise en place en 1996, vieille de 7 ans déjà. C'est bien dommage, mais il est impossible de hacker NS4 passé un certain point pour le forcer à adopter les CSS plus complexes... la plupart des règles n'étaient même pas encore mises en place quand le navigateur a été conçu... c'est la triste réalité. Pas plus que NS1 ne supportait les tableaux, NS4 ne supporte pleinement CSS-2. On aura beau invoquer tous les saints, taper du pied et retenir notre souffle jusqu'à devenir mauve, rien n'y changera... l'application est plus vieille que la technologie, un point c'est tout. Faut l'accepter, et accepter que NS4 est limité en terme de support. D'où l'intérêt de passer à autre chose et de faire travailler nos neurones sur d'autres problèmes, comme la construction de sites XHTML/CSS valides construits sans tableaux par exemple.

En 1998, c'était un très bon navigateur, mais en 2003, le constat est qu'il a très mal vieilli. Les gens de Netscape eux-mêmes, l'année dernière seulement, invitaient les utilisateurs à passer à leur version 6.2.3... quand même le concepteur prend position, c'est bien que l'application à fait son temps ! Mais honnêtement, en quoi est-ce important que NS4 offre le même rendu que MSIE 6, NS 7 ou Mozilla 1.4 ? On ne peut chasser deux lièvres à la fois. Ou on embrasse les technologies récentes et on se tourne vers le futur, ou on demeure dans les méthodes du passé et on continue de supporter les vieilles applications, au détriment de tous les points innovateurs autrement disponibles. Cependant, les normes offrent la chance extraordinaire de concilier les deux avec une rétro-compatibilité et une pérennité assurée... pourquoi ne pas en profiter dès maintenant ?

Les options de media print en sont un bon exemple... est-ce vraiment mieux de coder un printer-friendly version d'un site, de dupliquer tous les contenus et de coder un algorithme de transition pour les décontextualiser à leur sortie de la base de donnée, ou simplement récupérer les contenus existants et de leur coller une deuxième CSS ? Ce n'est qu'un des exemples de ce que les normes nous offrent, dès qu'on se libère du joug de Netscape 4. Honnêtement, je n'y vois que du bon, et pour moins cher en plus. De plus, c'est tout à fait faux de penser que coder standard prend plus de temps... c'est tout le contraire ! Bien sûr, ça prend un temps d'adaptation, mais quelle nouveauté n'en prend pas ? Il y a toujours une courbe d'apprentissage à tout, les normes n'y font pas exception. À mon sens, le jeu en vaut pleinement la chandelle. Sans compter qu'un site, codé pour être toujours aussi joli en NS4 que partout ailleurs, sera condamné à demeurer sur un ordinateur... jamais il ne fera la transition vers un cellulaire, un frigo ou un PDA... tandis qu'un site conforme lui, y ira automatiquement et ce, sans tous les langages autrement inutiles que sont les WAP, WML et autres CHTML de ce monde.

Mais l'essentiel de la question entourant la continuation du support de NS4 en 2003 se résume à ceci : pourquoi tous les utilisateurs d'un site devraient-ils subir une dégradation des possibilités qui leurs sont offertes simplement pour continuer de faire plaisir à une vieille technologie qui a clairement fait son temps ? Au moins, avec une position comme la mienne, je ne ferme pas la porte à personne... d'accord, je suis plus accueillant avec certains qu'avec d'autres, mais au moins tout le monde est le bienvenu à faire un petit tour chez nous.

Toutefois, la promesse de pérénnité du W3C est le seul gage concret que nous ayons d'une certaine évolution des technologies dans un même sens. Comment peut-on honnêtement mettre cela en doute simplement pour le principe de continuer à supporter NS4 ? Pourquoi pas NS3 tant qu'à y être ? Et Mosaic ? Il faut bien trancher quelque part. Tracer la ligne entre les navigateurs supportant le DOM du W3C et ceux qui ne le supportent pas me semble être le meilleur endroit pour ce faire.

Denis Boudreau | 2003.06.25 @ 02:13

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

2003.06.25 @ 11:26 par Olivier

Pour ma part, je ne pense pas que je passerai au CSS2 avant que Google ou Amazon.com, mes sites préférés, le fassent. Le contenu d'un site n'est pas toujours seulement du texte, et dans le cas où il y a des images, les sites 'handicapant' les utilisateurs de Netscape 4 ou autres browsers ne supportant pas CSS sont problématiques : les images ne sont pas alignées comme il faut, etc. Sinon, c'est vrai qu'il ne fait pas avoir peur des révolutions et d'abandonner les choses (exemple du CD qui a forcé l'abandon du vinyl), mais là, j'ai l'impression que CSS est pas vraiment une révolution, ou qu'il est encore un peu tôt. Attendons de voir ce que Google et Amazon.com vont faire.

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 12:15 par David Tremblay

Netscape 4...

Et puis ça vaut même pas la peine d'en parler, il n'y a que quelques organisations qui obligent leurs utilisateurs à s'en servir et la plupart prennent l'initiative d'aller vers MSIE.

Utiliser des tableaux en design web, ou en recommander l'usage, c'est enfermer le client dans un cycle de facturation infernal pour pratiquement chaque mise à jour de son site qui dépasserait les limites 'physiques' des tableaux.

Je pense qu'un bon consultant devrait toujours recommander la solution la plus simple et la moins chère à long terme. Faire le contraire c'est retenir des informations stratégiques.

Ensuite, j'ai des doutes concernant les utilisateurs de site web : ils ne cherchent pas un joli site mais la meilleure information possible. Ils veulent y accéder rapidement et sans souffrance (rapidement), ils veulent toute l'information, que l'information et uniquement l'information.

À titre d'exemple, un site extraordinairement mal fait (et laid)tel que www.lseq.qc.ca reçoit des éloges de ses utilisateurs car ces derniers ont toujours l'information dont ils ont besoin.

En conclusion, je dirais qu'il faut fournir au client un site codé à long terme, suffisamment dépouillé pour en accélérer le chargement et la navigation et avec un moyen de mettre à jour le contenu sans l'intervention du designer ou de l'intégrateur (et ça c'est la priorité #1 - Et je ne vais pas me faire que des copains en disant cela)

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 13:39 par Romain

En réponse à Olivier.

Si tu attends qu' Amazon ou Google passe au XHTML et CSS pour que t'y mettre aussi. Tu risques d'attendre un moment.

Les sites commerciaux tels qu' Amazon, et dans une moindre mesure Google, considèrent leurs sites comme un investissement et celui doit être rentabilisé. Ils ne vont pas renouveler cet investissement tous les ans pour bénéficier des nouveautés.

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 14:07 par Bleizig

>Les sites commerciaux tels qu' Amazon, et dans une moindre
> mesure Google, considèrent leurs sites comme un
> investissement et celui doit être rentabilisé

Utiliser pleinement le css et passer au design sans table est un investissement très facilement rentabilisable.

Cf le site de ESPN qui fait des économies de bande passante monstres depuis qu'il s'est modernisé pour utiliser les dernières technologies.

Chiffres de l'entrevue entre Eric Meyer et Mike Davidson de ESPN:

- Page reduction (est.): 50KB
- Page views/day: 40,000,000
- Projected bandwidth savings:
---> 2 terabytes/day
---> 61 terabytes/month
---> 730 terabytes/year

lien --> http://devedge.netscape.c...

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 14:13 par Emmanuel

En réponse à Olivier (bis)

Sans parler de préférence personnelle ou de notoriété de site, voici 2 moteurs de recherche qui sont déjà passés aux standards Xhtml-Css2 :

- http://www.alltheweb.com/
- http://www.lycos.fr/

A mon avis, Google et Amazon passeront un jour ou l'autre aux standards, et d'autant plus vite que les 'internautes-clients' seront demandeurs et exigeants.
Je ne vois pas de raison (ni de logique) d'attendre ce que ces deux sites feront pour décider comment se positionner en tant qu'internaute, à l'autre bout du tuyau.

Bon, maintenant je vais lire le looong article de Denis car je n'ai lu que les commentaires pour l'instant :-)

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 14:37 par Olivier

ArgH! Mon commentaire s'est perdu, c'est la deuxième fois que ça m'arrive sur ce site. Ou bien j'ai oublié d'appuyer sur Soumettre ?? (Problème d'usabilité : Soumettre devrait être un bouton, pas un lien, je pense. De plus : les liens devraient être soulignés ou d'une autre couleur que le reste du texte.) Ça disait à peu près ceci : c'est pas un problème d'investissement, ça prendrait juste quelques jours de refaire tout le layout de Google et ses sous-sites. C'est juste qu'ils sont pragmatiques. Pour Amazon, si ils pensent que ça offre un meilleur service à leurs clients, ils le feront, ils sont très orientés client. Ils vont packager et vendre leur plate-forme de e-commerce, on va voir quel genre de code ça génère (à moins que ça utilise juste des templates). Si c'est du code sans table, ça donnera un bon coup de pouce pour farie abandonner NS4. Je pense qu'il manque 2 ou 3 killer features à CSS2 pour être irrésistible et indispensable. Pour le moment on peut très bien s'en passer. La raison d'attendre, c'est que CSS2 apporte pas grand chose de plus, et qu'il y a encore du NS4. Donc en attendant, CSS2 sera plus séduisant, et NS4 moins présent.

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 14:57 par Romain

> Utiliser pleinement le css et passer au design sans table est un
> investissement très facilement rentabilisable.
Entièrement d'accord avec toi. Il faut quand même se rappeler qu' Amazon a longtemps été déficitaire et que ce n'est pas le genre d'investissement auquel on songe pour éconimiser de l'argent. Espérons que cela changera. Surtout s'ils prennent en compte les parts de marchés éventuels des personnes ayant un handicap par rapport aux utilisateurs de NS4.

> Cf le site de ESPN qui fait des économies de bande passante
> monstres depuis qu'il s'est modernisé pour utiliser les dernières > technologies.
Euh, ce n'est pas vraiment un bon exemple. ;)
Par exemple, teste la validité de cette page :
http://sports.espn.go.com...

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 15:32 par Bleizig

>Euh, ce n'est pas vraiment un bon exemple. ;)

Le fait qu'ils aient fait un bon pas dans la bonne direction sans pour autant avoir atteint la validite totale est un effort qui merite d'etre souligne pour un site de cette envergure: et c'est ce pas qui a mes yeux constitue un bel exemple de rentabilite des nouvelles technologies.

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 15:54 par Romain

Je suis également d'accord avec toi Bleizig même si je pense que le site de Lycos est un meilleur exemple. Evidemment là, on a pas les chiffres sur la bande passante. ;)

Haut retour au début de la page

2003.06.25 @ 16:21 par cybercodeur

Entre vous et moi, que nous importe les chiffres réels d'une entreprise si les données statistiques théoriques prouvent hors de tout doute de la validité de la position ? Le calcul est simple à faire; si les documents usant massivement de CSS permettent de couper de 25% le poids d'un fichier html, c'est 25% moins de bande passante pour le consulter à l'autre bout du pipe-line... ça équivaut donc directement à 25% moins de coûts pour le propriétaire du site...

Que le site d'ESPN valide ou non est hors du sujet. L'important, c'est qu'en abandonnant NS4 et en exploitant les ressources offertes par CSS, ils ont réussi à couper 730 terabytes annuellement à leur facture de bande passante. J'ignore combien ils paient du terabyte, mais il y a fort à parier que sa fait une facture assez salée au bout d'une année... y'a de quoi faire sourire un actionnaire une telle économie. Personne ne pourrait dire que ce n'est pas un exemple frappant de rentabilité associée à l'application des normes.

De plus, je crois pas qu'attendre que d'autres fassent les premiers pas pour emboîter est la meilleure approche... C'est une approche passive. Je crois qu'il faut plutôt être pro-actif et faire avancer les choses en faisant tous notre petit bout. Pourquoi attendre après quelqu'un d'autre ? Pourquoi se contenter de descendre le courant quand on peut le remonter ?

Ceci dit, je demeure persuadé que même un site comme Amazon gagnerait à se standardiser... un investissement assurément rentable, qui n'est entâché que par le manque de vision et de compréhension des enjeux réels qui y sont associés.

Haut retour au début de la page

2003.06.26 @ 04:14 par laurentJ

> Je pense qu'il manque 2 ou 3 killer features à CSS2 pour être irrésistible et indispensable.

Oui mais tu peux déjà utiliser tout ce qu'il te propose à l'heure actuel. Il y a beaucoup de choses que tu peux utiliser, qui te permettent de te faciliter la vie, et d'avoir des effets beaucoup plus sympa. Sur ton site par exemple, tu n'utilises même pas à fond CSS1, alors que NS4 a un bon support de cette norme.

> Pour le moment on peut très bien s'en passer. La raison d'attendre, c'est que CSS2 apporte pas grand chose de plus.

CSS2 n'apporte pas grand chose de plus ? mmm, tu ne dois pas y connaitre grand chose à CSS2 pour dire ça (c'est limite trollesque).
Va jeter un coup d'oeil ici : http://www.csszengarden.com , en espèrant que tu comprendra tout le potentiel et l'interet d'utiliser CSS2.

Haut retour au début de la page

2003.06.26 @ 09:41 par be-rewt

CSS zen garden, est une très jolie vitrine pour le CSS2 mais il use et abuse de l'utilisation d'image de fond pour remplacer les titres (astuce détaillée ici: http://www.stopdesign.com...) qui a l'énorme désavantage d'être complètement inadaptée en terme d'accessibilité (voire la note en fin de la page précédemment citée).
comme chaque nouvel outil : CSS est potentiellement vecteur de nouveaux problèmes. (mëme si en l'occurence on peut penser qu'il s'agit d'une erreur des screen-readers qui n'utilisent pas la bonne stylesheet (aural) lorsque celle ci est spécifiée).

Haut retour au début de la page

2003.06.26 @ 11:51 par Sam

Be-rewt : Zen Garden sert seulement à démontrer les capacités de CSS2, pas à exemplifier les meilleures pratiques de l'accessibilité.

Haut retour au début de la page

2004.01.26 @ 21:52 par Marc LeMaire

>Be-rewt : Zen Garden sert seulement à démontrer les capacités de CSS2, pas à exemplifier les meilleures pratiques de l'accessibilité.
Css Zen Garden a été conçu pour démontrer les possibilités graphiques que permet l'emploi de CSS. De plus, il est gradé AAA pour l'accessibilité, ce qui est bien plus que l'énorme majorité de sites tabulaires que l'on rencontre habituellement. La Farhner Image Replacement est une technique comme une autre, qui est utile de savoir, et de connaître les limites et problèmes lié à son emploi.

Haut retour au début de la page

2004.03.08 @ 04:18 par alexboom

très chouette article, mais euh, dans les 1% d'irréductibles sous NS 4, quel volume représente les créateurs de sites web qui ne font juste que tester leurs sites et ceux de leurs concurrents sous NS 4 ? :p

Haut retour au début de la page

2004.03.08 @ 10:57 par Denis

Très bonne remarque... Ce billet est vraiment dû pour un dépoussiérage en règle de tout façon :)

Haut retour au début de la page

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)