<C²: webløg />

Courriel - email address

Avatar Denis

mardi 18 mars 2003
par Denis Boudreau

XHTML ou HTML; lequel choisir ?

Je travaille pour une des plus grosses agences de Web de Montréal, sinon la plus grosse. Nous sommes environ 160 développeurs, designers, programmeurs, architectes, gestionnaires, etc. dans la division Web de l'entreprise qui compte au total plus de 21 000 employés. Comme je l'ai déjà mentionné par le passé, tous ces gens sont très compétents. Ils produisent des sites de qualité, sont innovateurs, n'ont pas peur de surmonter les défis et aiment particulièrement défier les technologies. C'est une bonne équipe, peut-être la meilleure à Montréal. Le contrôle qualité sur nos projets sont généralement très poussés, si bien que lors de la livraison d'un projet, rares sont les bogues qui n'ont pas été détectés et corrigés. Un projet qui sort de nos fours est habituellement irréprochable. C'est bien. La plupart de mes coéquipiers en retirent une fierté bien compréhensible. C'est normal; quand on a le sentiment du devoir accompli, du travail bien fait, ça aide à mieux dormir le soir.

Évidemment, tout est une question de point de vue. Si vous me posez la question quant à la qualité de notre travail, je vous répondrai différemment. Du moins, je nuancerai. Je ne crois pas que nous faisons du mauvais travail. Mais je crois que notre travail n'est pas à la hauteur de ce qu'il pourrait être. Bien sûr, selon les critères valables au siècle dernier (qui n'est pas si loin, rappelons-le), nos sites sont effectivement irréprochables. Moi-même, jusqu'à il y a environ un an et demi, j'en éprouvais une fierté certaine... jusqu'à ce que je change mon approche du design Web. Tout à commencé avec un problème d'accessibilité.

C'est à ce moment que j'ai eu ma première illumination... les normes... un changement de paradigme... une nouvelle vision du Web. Le combat de David contre Goliath venait de commencer. Faire adopter chez mon employeur et l'ensemble des développeurs le respect des standards, couplé d'une nouvelle vision de ce que devrait être le Web aujourd'hui pour finalement arriver à réaliser le Web de demain. C'est loin d'être chose faite.

Ceux d'entre vous qui me connaissent personnellement savent que je suis un incorrigible idéaliste, un utopiste pragmatique, si une telle chose est possible. Une telle ambivalence m'est aussi utile qu'elle peut m'être fatale. Tout dépend du contexte. Je suis pleinement conscient que pour une entreprise embauchant autant de personnes et dont l'intérêt premier est de faire des profits, amorcer une transition vers une application systématique des normes constitue une lourde décision. Former les développeurs, comprendre les enjeux, embarquer dans la galère. C'est beaucoup demander à une entreprise qui doit systématiquement lever trois comités et six conseils seulement pour changer une carte vidéo dans un ordinateur. Alors, quand vous leur demandez de changer radicalement leur approche de conception, faut pas se surprendre de se heurter à un mur. Un mur qui n'a rien de virtuel, croyez en mon expérience. Bien sûr, il existe certains textes pour aider à évangéliser tout ce beau monde, mais ce n'est pas encore suffisant. Il faut attaquer d'un autre angle, les prendre par surprise, s'immiscer surnoisement dans les vieilles habitudes révolues et les briser, unes à unes. C'est un combat de tous les instants. Au moins, on se tappe pas sur la gueule pour le vrai. Nous sommes civilisés; nous nous confrontons à grands coups d'arguments irréfutables et de discussions animées.

Justement, parlant de discussions animées, j'en ai justement eu une avec un collègue que j'estime beaucoup hier sur l'intérêt de migrer vers XHTML dans nos projets, même si l'on sait pertinemment que pour le moment, HTML ou XHTML, c'est pas mal du pareil au même. En fervent promoteur de ce dernier, je le questionnais à savoir pourquoi il continuait à coder en HTML au lieu d'appliquer les règles pourtant simples du XHTML. Sa réponse était très honnête : "Parce que pour moi, c'est plus rapide". Dans un cadre de recherche de productivité, c'est effectivement un argument qui se vaut très bien. Alors, même si le véritable débat n'est même pas sur l'intérêt d'opter pour un ou l'autre, mais de coder selon les normes établies, j'ai quand même entreprit de recenser quelques avantages de XHTML sur HTML. Je ne parlerai pas des avantages comme la pérrenité des documents ou la rétro-compatibilité puisque ces avantages sont inhérents à tous documents valides. Je me concentrerai seulement sur les avantages de choisir une forme du langage sur une autre :

  1. plus récente norme du W3C
  2. structure logique améliorée
  3. extensibilité et modularisation
  4. portabilité et interopérabilité
  5. conformité technologie XML

Dans un avenir rapproché, je ponderai un texte sur le sujet, poussant chacun de ces concepts plus en profondeur et en présentant probablement d'autres pour bonifier ces avantages. Un futur article pour OpenWeb ? C'est bien possible. L'avenir nous le dira.

Denis Boudreau | 2003.03.18 @ 07:46

Alors, qu'en pensez-vous ?

Voici ce que vous aviez à en dire... vos impressions, recueillies à vif.

Ce carnet n'a pas encore été commenté. Avez-vous envie de briser la glace ?

Les commentaires et trackbacks sont désormais fermés. Pour toute remarque, vous pouvez toujours nous contacter.

Pisteur (Trackback)