<C²: webløg />

Courriel - email address

archives de juillet 2002

Avatar Denis

mercredi 31 juillet 2002
par Denis Boudreau

Un autre outil de validation

Si vous avez la bonne habitude de faire une validation systématique de votre code avant de le mettre officiellement en ligne, vous connaissez à coup sûr le service de validation (x)HTML du W3C, ou peut-être même celui du Web Design Group. Ce sont de fantastiques outils de validation qui font des merveilles, mais qui ne sont malheureusement accessibles que lorsque vous êtes branchés sur le Web. Comment faire pour effectuer vos validations en local, lorsque vous n'avez pas accès à une connection Internet? À première vue, la réponse serait que c'est impossible... Et bien non, car il existe un petit utilitaire fort sympathique nommé "A Real Validator" qui, comparable à ses cousins en ligne, peut effectuer avec brio tout le travail de validation (x)HTML pour vous. Il suffit simplement de télécharger et d'installer la dernière version du logiciel sur votre poste de travail et le tour est joué. Avec une interface assez intuitive et ses documents d'aide intégrés, "A Real Validator" n'a vraiment rien à envier aux autres services de validation plus connus, au contraire. Mais jugez-en plutôt par vous-mêmes... et la prochaine fois que le serveur qui héberge votre service de validation préféré sera mort, vous serez parmi les rares à pouvoir travailler quand même.

Denis Boudreau | 2002.07.31 @ 08:59 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 30 juillet 2002
par Denis Boudreau

508Now, pour la section 508

L'accessibilité Web, nous en avons souvent parlé, consiste en la publication de contenu qui peut être utilisé par des internautes souffrants de limitations physiques, telles que la cécité, la surdité ou un handicap physique. La majorité des individus touchés par cette réalité ont recours à des technologies adaptives spéciales leur permettant d'accéder tout de même à l'information disponible sur Internet. L'information "accessible" sur le Web peut être lue (interprétée) par toute une variété d'applications logicielles et d'outils conçus à cette fin. Dans les dernières années, des normes ont été mises de l'avant par le Consortium W3 afin de standardiser la forme et la structure des contenus sur le Web. Le gouvernement américain a récemment institué l'ensemble des recommendations du W3C dans un document intitulé "Section 508" de la Charte de Réhabilitation de 1973. Malheureusement, la plupart des sites Web qui se conforment à ces recommendations le font au détriment des mises en pages attrayantes et du design artistique. Le site 508now.com s'est donc donné le mandat d'outiller les designers Web afin de rencontrer et même surpasser les clauses de la Section 508, et ce, sans sacrifier le caractère esthétique d'un site Web...

Denis Boudreau | 2002.07.30 @ 10:08 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 29 juillet 2002
par Denis Boudreau

Naviguer les yeux fermés

Pour publier de l'information massivement sur le Web, vous devez avoir recours à un langage comprit globalement, un langage que tous les ordinateurs peuvent potentiellement comprendre et interpréter. Le langage de publication utilisé par le World Wide Web est le (x)HTML. Quiconque utilise ce langage peut construire sa propre petite page Web et diffuser son message au reste du monde. La résultante en est que des milliers de nouvelles pages apparaissent tous les jours sur Internet, créées par autant d'utilisateurs moyens, destinées à un public aussi varié que les différents contenus eux-mêmes. Toutefois, le niveau d'accessibilité de ces milliers de pages est bien rarement pris en considération. Par "accessibilité", j'entends : offrir la flexibilité d'accommodation pour les besoins et préférences de tous les utilisateurs. Dans un contexte Web, l'accessibilité signifie faire en sorte que la technologie informatique et les ressources Internet soient utilisables par un plus grand éventail de gens que ce ne le serait normalement, lorsque aucune attention spéciale n'y est portée... Nous avons besoin de prendre en compte les principes d'accessibilité parce que c'est uniquement par ceux-ci que nous pouvons réellement étendre le potentiel d'un site vers les millions d'usagers qui sillonnent le Web en utilisant les technologies de furetage alternatives. Dans un article écrit par Nicky Danino pour le réseau SitePoint, l'auteur nous pose la question suivante : "Tried Surfing The Web With Your Eyes Closed?". Avez-vous déjà essayé? Moi si. Pas facile-facile...

Denis Boudreau | 2002.07.29 @ 07:37 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 28 juillet 2002
par Denis Boudreau

Introduction à la mise en page par CSS

De nos jours, il existe bien peu de développeurs Web qui ne se sont pas initiés d'une manière ou d'une autre aux CSS, ne serait-ce simplement que pour modifier un élément typographique ou un attribut de page simple comme une police de caractère ou un fond de couleur. Depuis quelques temps, certains développeurs poussent le concept des CSS encore plus loin, esquissant leurs tableaux et formattage en ayant recours aux feuilles de style comme outil avancé de mise en page. Les CSS permettent de séparer la structure de la présentation dans un document Web. Un des avantages majeurs d'une telle séparation consiste à créer un Web sémantique. Vous en avez peut-être déjà entendu parler : le Web sémantique est une vision de l'Internet où les millions de documents disponibles sur le Web seront bien structurés et dont le balisage en décrira adéquatement le contenu. Dans cet éventuel World Wide Web, les documents seront plus accessibles et compréhensibles pour les ordinateurs, qui pourront, par le fait même, devenir de meilleurs interprètes du code pour les humains. Par exemple, les engins de recherche seront plus efficaces, car les indexeurs de documents pourront tirer parti du balisage des documents indexés afin d'en organiser l'affichage des résultats. En un mot, lorsque le balisage d'un document décrira son contenu, les ordinateurs seront plus en mesure de le comprendre. Mais avant d'en arriver là, il faut bien saisir comment les CSS peuvent servir d'outil de mise en page. Eric Costello du site glish.com a rédigé ce tutoriel sur la mise en page avec feuilles de style, dans lequel il discute de plusieurs notions théoriques, trucs et astuces et autres éventualités reliées à l'utilisation des CSS.

Denis Boudreau | 2002.07.28 @ 08:41 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 27 juillet 2002
par Denis Boudreau

Regard sur HTML Tidy

En tant que fier défenseur des standards Web, rien ne m'embête plus que de tomber sur du code (x)HTML non-valide, non-structuré, non-indenté ou, pire encore, truffé d'erreurs. Bien sûr, nul n'est à l'abri d'une coquille ou deux par-ci par là, mais lorsque l'erreur est plus commune que la rectitude, c'est plus fort que moi, je rage. Appelez ça une déformation professionnelle ou un trouble socio-affectif; je m'en balance. Mon opinion demeure que la cause première de l'innaccessibilité au Web repose en majeure partie sur les épaules des développeurs qui ne font pas l'effort nécéssaire pour valider leur travail (les fabriquants de fureteurs ont aussi leur part de responsabilités, mais ça, c'est un tout autre débat). C'est d'ailleurs le constat qui est ouvertement émit par le WaSP (Web Standards Project) et qu'il nous faut défendre à tout prix pour un jour en arriver à bâtir un World Wide Web dont tous pourront profiter équitablement. Afin de nous aider à valider le code de nos documents Web et à en corriger les erreurs, il existe de nombreux utilitaires, mais le meilleur reste encore HTML Tidy, conçu par Dave Ragget du W3C, dont je vous ai déjà parlé par le passé. Scott Nesbitt, dans un article publié sur webReview.com, nous présente cet utilitaire merveilleux qui peut faire presque tout le travail de correction et de validation pour nous... et gratos en plus!

Denis Boudreau | 2002.07.27 @ 09:49 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 26 juillet 2002
par Denis Boudreau

Nouvelles propriétés des sélecteurs en CSS-2

Il faut aborder la question des CSS de niveau 2 selon le même angle d'entrée que nous utiliserions pour aborder les CSS de niveau 1; c'est-à-dire en discutant des sélecteurs. En feuille de style, les sélecteurs définissent comment une ou plusieurs propriétés sont appliquées à un ou plusieurs éléments. La recommendation CSS-1 définit principalement les sélecteurs d'éléments de base, tout en y incluant l'habileté d'appliquer des propriétés de style aux éléments imbriqués. La recommendation définit également des classes d'éléments auquelles les propriétés peuvent être appliquées. La recommendation CSS-2 pousse la notion du modèle de base encore plus loin, en y ajoutant de nouvelles caractéristiques, incluant les sélecteurs enfants et les sélecteurs adjacents. Dans ce premier article d'une longue série sur les CSS, Chuck Musciano de webReview.com nous entretient ce matin des nouvelles propriétés des sélecteurs en CSS-2.

Denis Boudreau | 2002.07.26 @ 07:57 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 25 juillet 2002
par Denis Boudreau

Normes d'attributs et leurs valeurs

En (x)HTML, la majeure partie du travail d'interprétation du document Web par le fureteur se fait grâce aux attributs et aux valeurs d'attributs des balises, et non par les balises elles-mêmes. Les attributs sont ces petits paramètres qui indiquent aux balises comment accomplir le travail que vous attendez d'elles, tandis que les valeurs d'attributs en sont en quelque sorte les critères de personnalisation. Comme je l'ai mentionné maintes et maintes fois depuis les premiers jours de ce Weblog, le XHTML est très strict au niveau de ses règles. Contrairement au HTML où vous pouvez utiliser indifféremment les majuscules et les minuscules (ou une combinaison toute aussi originale qu'hétéroclyte des deux) dans l'écriture de vos attributs de balises, en XHTML, vous devez absolument avoir recours aux minuscules et ce, de manière systématique. Pour le XHTML, les balises <p> et <P> sont des éléments différents. Cette distinction s'avère également vraie pour les attributs des balises; src et SRC sont aussi différents l'un de l'autre que le sont src et href par exemple. Dans une mesure de standardisation de la méthodologie de codage, le Consortium W3 a conçu le DTD (Document Type Definition) XHTML en définissant systématiquement toutes les balises et leurs attributs en caractères minuscules, de sorte que l'utilisation de majuscules ne véhicule aucun sens pour le DTD (impliquant par le fait même une invalidité du code). Dans une série d'articles sur les distinctions XHTML, Chuck Musciano pour webReview.com nous entretient aujourd'hui sur l'importance des normes à respecter au niveau des attributs et de leurs valeurs possibles.

Denis Boudreau | 2002.07.25 @ 00:17 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 24 juillet 2002
par Denis Boudreau

Les citrons ne sont pas obscènes

Le Weblog de wannabeGirl.org est un des plus rafraîchissants que je connaisse, à l'image d'aillleurs de la nouvelle section que son auteure, Firda Beka, a créé cette année pour le plaisir de nos yeux. "Lemons are not obscene" est un projet du CSS Colouring Book par lequel l'auteure nous présente divers gabarits XHTML/CSS susceptibles d'être utilisés par le grand public pour démarrer leurs propres Weblog. En ce qui nous concerne toutefois, l'intérêt viendra surtout de voir comment nous pouvons prendre à parti le projet pour arriver à bâtir des interfaces très jazzées ne comportant pas de tableaux HTML... fichiers (x)HTML et CSS à l'appui, bien entendu. Contrairement à tous le autres sites de même vocations qui présentent (brillamment) des exemples de projets Web en poussant à fond les technologies innovantes, celui-ci a le mérite indiscutable de jumeler pratique et bon goût afin de présenter des interfaces qui inspirent réellement l'envie de construire. Dans une interface plaisante à l'oeil assortie d'une palette de couleurs très chaudes dans les thèmes d'agrumes, les gabarits offerts par Firda Beka sont originaux et enchanteurs, parfaits pour les beaux jours de la saison chaude. Une petite limonade avec ça?

Denis Boudreau | 2002.07.24 @ 03:50 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 23 juillet 2002
par Denis Boudreau

XHTML : vctime d'incompréhension

Le 26 janvier dernier marquait le deuxième anniversaire du XHTML 1.0 comme recommendation officielle du Consortium W3. Mais malgré son jeune âge et tout le tapage qui l'entoure, XHTML ne parvient toujours pas à attirer l'attention de la plupart des développeurs Web. Le problème avec XHTML 1.0 n'en est pas un de force ou d'importance, car XHTML est à la fois fort et important. Ce n'est pas un langage de développeurs snobinards ou de cracks informatiques. Ce n'est pas non plus que XHTML demande une adaptation hors du commun, bien au contraire. Et ce n'est surtout pas parce que XHTML ne s'interprète pas facilement dans les vieilles versions de fureteurs. Lorsque codé consciencieusement avec des considérations multi-plateformes, XHTML est tout aussi performant que HTML, sinon plus. Le problème d'attrait de XHTML se situerait plutôt dans le fait que XHTML est tout simplement incompris de la plupart des développeurs Web. Et la raison de cette incompréhension est plus compliquée encore. Sur un niveau très primaire, XHTML inspire beaucoup de peur chez les gens parce que c'est une application XML - et en terme d'abstraction, XML est à quelques années lumières du bon vieux HTML. Molly E. Holzschlag, éditeur exécutif pour le site webReview.com, nous offre un article intitulé "To Use or Not to Use: An XHTML Roadmap for Designers", où elle expose les principaux enjeux de cette nouvelle technologie.

Denis Boudreau | 2002.07.23 @ 00:18 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 22 juillet 2002
par Denis Boudreau

ALA 147 : Utiliser XML

Si on vous demandait de décrire sommairement à quoi sert XML, vous répondriez probablement qu'il permet de définir votre propre langage balisé avec attributs associés, répondant à un DTD spécifique (que vous avez ou non préalablement créé). Pourtant au niveau applicatif, lorsqu'on y pense bien, nous pourrions être tentés de croire que définir la gestion d'un inventaire par XML est un peu inutile et trop complexe pour rien, surtout lorsque nous pouvons très bien le faire avec des tableaux HTML ou mieux encore, avec une base de données de laquelle nous extracterions l'information vers des zones sensibles. En fait, la raison première pour promouvoir l'utilisation de XML est que ce langage est beaucoup plus cool que HTML ou une BD. Mais c'est une raison aussi subjective qu'empirique. Sérieusement, il faut se rappeler que XML est plus qu'un simple guide de règlements pour concevoir des balises personnalisées. Il fait parti d'une famille de technologies qui, lorsqu'elles fonctionnent conjointement, rendent vos documents XML très utiles, réutilisables et performants. Afin de bien nous faire comprendre le potentiel de ce langage, J. David Eisenberg a pondu un article pour aListApart.com intitulé "Using XML", dans lequel il construit un nouveau langage balisé basé sur XML et nous démontre toute la versatilité et portabilité qui en découle dans l'utilisation de documents Web qui y sont associés.

Denis Boudreau | 2002.07.22 @ 07:43 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 21 juillet 2002
par Denis Boudreau

W3C : entrer en contact avec le monde

Pour le commun des mortels, la perspective d'activement participer aux activités du W3C demeure quelque chose d'inaccessible. Toutefois, la mission du Consortium ne saurait être plus claire; inciter le maximum de développeurs Web à travers le monde à s'investir en temps et en connaissances afin de soulever des problèmes et offrir des solutions pour mener le Web vers son plein potentiel. Une des façons les plus simples de participer au développement du World Wide Web sous l'étendard du W3C demeure encore de s'inscrire au différentes listes de diffusion offertes. Pour s'y inscrire, rien de plus facile. Arpentez cet hyperlien et ciblez les domaines qui vous intéressent. Vous devez ensuite composer l'adresse de courriel correspondante en jumelant le nom de la liste choisie avec -request@w3.org. Par exemple, si vous êtes intéressés par la liste des traducteurs français des spécifications du W3C (w3c-translators-fr), vous devez envoyer votre courriel à w3c-translators-fr-request@w3.org (n'oubliez pas d'inscrire subscribe dans le sujet de votre courriel). Il y a des listes sur tous les sujets relatifs aux standards Web. Vous en trouverez sûrement une qui vous intéressera.

Denis Boudreau | 2002.07.21 @ 06:37 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 20 juillet 2002
par Denis Boudreau

CSS : grille comparative

C'est bien connu; les CSS ont beau faire parti de la réalité Web depuis des années et être solidement implantées comme standard par le W3C, il n'en demeure pas moins que les fureteurs qui les interprètent accusent toujours un retard considérable à les implémenter correctement. Il s'avère encore que selon le fureteur et la version de ce dernier que vous utilisez, le support offert pour les CSS sera plus ou moins adéquat. Dans un certain sens, c'est normal. En effet, plus la version de votre fureteur est récente, plus vous êtes en droit de vous attendre à un support conforme aux standards Web. Toutefois, il n'en est pas automatiquement ainsi. Afin de vous aider à y voir plus clair dans cette boue d'incompatibilité, le site webReview.com vous offre un tableau comparatif des plus importants fureteurs et de leurs aptitudes à bien interpréter les CSS. Bien qu'un peu vieillote, cette liste est somme toute très informative. À ne pas douter qu'elle sera éventuellement mise à jour pour englober les plus récentes versions de fureteurs et les nouvelles règles des CSS-2.

Denis Boudreau | 2002.07.20 @ 11:41 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 19 juillet 2002
par Denis Boudreau

Retour sur le HTML

Vous vous en êtes rapidement rendus compte au fil de vos expériences avec le (x)HTML; à l'instar des autres technologies Web, la famille HTML est en constante évolution. Toujours à l'affût d'améliorations susceptibles de l'optimiser, le Consortium W3 révise régulièrement HTML avec de nouvelles recommendations et spécifications pour permettre aux développeurs de coder des projets de plus en plus performants et accessibles. Si vous le voulez bien ce matin, prenons quelques instants pour revivre les différentes étapes de ce langage universel. Pour tous ceux d'entre vous qui ne codent pas du HTML depuis la version 1.0 et qui n'ont pas forcément été témoins de l'évolution complète du langage, cette petite récapitulation risque de vous plaire... Et pour les plus expérimentés qui s'y adonnent depuis les premiers jours, dites-vous que ce sera un peu comme revoir le fil de votre vie Web. Papiers mouchoirs en moins.

Denis Boudreau | 2002.07.19 @ 07:20 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 18 juillet 2002
par Denis Boudreau

Rigidité du X(ht)ML

Une des différences les plus fondamentales existant entre le HTML et le XHTML est sans l'ombre d'un doute le niveau de rigidité avec lequel les deux langages traitent le code interprété par le fureteur Web. Cette rigidité est cruciale notamment pour tout ce qui a trait à la casse, à l'imbrication et à la manipulation des valeurs d'attributs des éléments. Pour que votre document XHTML soit considéré comme étant valide lorsque passé à la moulinette du W3C, il importe que les règles qui régissent X(ht)ML soit respectées intégralement. Il ne faut jamais oublier qu'en fait, la moindre petite erreur de validation qui n'est pas corrigée dans un document relègue celui-ci au statut de document non-valide, ou si vous préférez, au statut de document non-conforme aux normes XML... d'où justement l'importance pour un développeur de toujours prendre l'habitude de valider son code auprès des services de validation du Consortium W3. L'article d'aujourd'hui écrit par Chuck Musciano pour webReview.com discute justement de certaines spécificités entourant la rigidité qu'exige XHTML dans un document Web.

Denis Boudreau | 2002.07.18 @ 07:26 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 17 juillet 2002
par Denis Boudreau

Se redécouvrir par les CSS

Maintenant que vous avez été en contact avec plusieurs ressources CSS traitant de la méthodologie à suivre pour convertir tous vos gabarits HTML basés sur des tableaux en structure purement CSS séparant complètement les éléments de structure des éléments de présentation, il est temps d'aller un peu plus loin. Aujourd'hui, nous allons tenter de résoudre certains des problèmes qui risquent de vous frustrer à court ou moyen terme, notamment au niveau de la disposition d'objets dans vos pages. À l'époque héroïque des tableaux HTML, tous les arrangements semblaient possibles. Maintenant, avec l'approche CSS, certains peuvent sembler plus difficiles à réaliser, voire même impossibles. Pourtant, les CSS nous permettent réellement de tout faire. Il suffit simplement de connaître les divers outils à notre disposition. L'article de Mark Newhouse, publié sur AListApart.com intitulé "Practical CSS Layout - Tips, tricks and techniques" vise justement à repousser certaines de ces barrières qui risquent éventuellement de vous bloquer sur la longue route des standards Web.

Denis Boudreau | 2002.07.17 @ 08:40 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 16 juillet 2002
par Denis Boudreau

CSS-Discuss : mettre l'épaule à la roue

Si vous avez toujours voulu vous sentir impliqués dans le développement des CSS au W3C et par le fait même, apporter votre humble contribution à leur formation éventuelle, le lien d'aujourd'hui va beaucoup vous intéresser. C'est une liste de diffusion appelée css-discuss où des professionnels de la question des Cascading StyleSheets discutent activement CSS en soulevant des bogues et en répondant aux questions des autres membres de la communauté. Parmi les intervenants sur une base quotidienne, Eric A. Meyer, guru CSS connu internationalement, auteur prolifique et surtout, influent membre du W3C. En vous y inscrivant, vous commencerez à recevoir quotidiennement la liste de toutes les discussions qui se tiennent à se moment là sur les StyleSheets et pourrez obtenir vos réponses ou éclaircissements directement du doigté des plus grandes pointures en la matière. De plus, votre éventuelle collaboration à la liste permettra peut-être d'éclairer la lanterne d'un autre développeur ou de faire passer un éventuel filon d'information qui se retrouvera directement dans les coffres du W3C pour les futures recommendations CSS-3. Prenez activement part à la communauté de développeurs en vous y inscrivant. Et si vous ne vous sentez pas l'âme d'un collaborateur, vous pouvez aussi simplement suivre les discussions sans y participer; l'information qui y circule est inestimable!

Denis Boudreau | 2002.07.16 @ 06:59 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 15 juillet 2002
par Denis Boudreau

Révolutionner le Web avec les CSS

Les Cascading Style Sheets, ou CSS (feuilles de style en cascades) sont un mécanisme simple permettant de contrôler le style d'un document Web sans pour autant compromettre sa structure. En séparant les éléments de conception visuels (polices, couleurs, marges, etc.) de la structure logique d'une page Web, les CSS offrent enfin aux développeurs le contrôle qu'ils exigeaient depuis si longtemps sans pour autant sacrifier l'intégrité des données. C'est d'ailleurs la grande force des CSS, soit de maintenir l'utilisabilité d'un document Web dans divers environnements. De plus, le simple fait de définir les standards typographiques et la mise en page par un bloc de code distinct et indépendant, sans avoir recours aux images maps, balises font, tableaux, gifs transparents et autres tours de passe-passe mis de l'avant avec les années pour contrer les problèmes de support de standard dans les fureteurs, optimise le temps de téléchargement d'un document, en améliore la maintenance et surtout, offre la possibilité d'obtenir un contrôle instantanné sur l'ensemble des pages d'un projet en modifiant seulement quelques fichiers clés. Le tutoriel d'aujourd'hui, présenté par l'équipe de Webmonkey.com, donne un aperçu des possibilités offertes par les CSS et présente tous les trucs nécéssaires pour commencer à les utiliser dès maintenant.

Denis Boudreau | 2002.07.15 @ 09:52 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 14 juillet 2002
par Denis Boudreau

Trousse CSS d'Owen Briggs

Owen Briggs, l'auteur du très influent site TheNoodleIncident.com a mis sur pied une ressource CSS assez intéressante qui, même si elle n'est pas complète, a tout de même le mérite de véhiculer une contenu pertinent et direct. C'est un point de départ idéal pour quiconque veut pousser les Cascading Style Sheets un peu plus loin. Il nous présente sa ressource comme l'ensemble des sites auxquels il se réfère personnellement. Si la curiosité vous pousse à aller plus loin, chacun de ces sites ouvre une caverne d'Ali Baba sur toute une panoplie d'autres sites Web tout aussi informatifs. Consultez donc sans plus tarder CSS - a Guide for the Unglued pour repousser les limites de vos connaissances en Feuilles de Style.

Denis Boudreau | 2002.07.14 @ 10:54 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 13 juillet 2002
par Denis Boudreau

Revoir son approche du code

Le XML est un sujet brûlant chez les développeurs Web. Sa promesse d'un balisage standardisé séparant la présentation de la syntaxe dans un document Web prend tout son sens si vous avez déjà vécu l'expérience d'un codage de piètre qualité. Mais cet argument est bien insignifiant lorsqu'on réalise en quoi un langage standardisé et strict peut faciliter le processus de programmation à court, moyen et long terme. Plus nous sommes témoins de l'évolution des technologies d'accès au Web (mobile ou non), plus nous réalisons à quel point l'adoption d'un langage balisé structuré devient crucial. Que votre site Web compte 10 pages ou qu'il en compte 10 000, il y a fort à parier que le code HTML qui le compose soit un joyeux mélange de HTML standard et de code propriétaire spécifique à un ou plusieurs fureteurs. Si l'idée de vous mettre à la transition XML vous trotte en tête, la solution est maintenant à votre porte avec le XHTML. L'article d'aujourd'hui, tiré du site webReview.com et écrit par Peter Wiggin intitulé "XHTML: Our Last, Best Hope for Clean Code" nous présente la nouvelle génération de HTML comme notre dernière chance d'obtenir un code propre et réellement universel. Saurez-vous la saisir?

Denis Boudreau | 2002.07.13 @ 00:10 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 12 juillet 2002
par Denis Boudreau

Internet mobile et XHTML Basic

Nous avions abordé la question en surface, il y a de cela quelques semaines déjà; le XHTML Basic est une version réduite de XHTML 1.0 destinée aux appareils sans-fils. Cet article, écrit par Ed Sutherland et publié sur mCommerceTimes.com examine en détail le potentiel de ce standard en tant que remplacement officiel du CHTML (Compact HyperText Markup Language) et du WML (Wireless Markup Language). Le débat opposant WAP et i-mode n'est pas sans nous rappeler la compétition qui avait opposé VHS à BetaMax. Il semblerait que cette fois-ci par contre, les deux protagonistes continueront leurs activités alors que leurs standards opposés convergeront vers le XHTML Basic. En effet, NTT DoCoMo, propriétaire de i-mode, et certains membres du Forum WAP, se sont entendus pour faire du eXtensible HyperText Markup Language les fondations du futur du Web mobile. Les deux forces majeures dans l'évolution du Web sans-fil ont effectivement joué un rôle capital dans l'adoption du standard XHTML Basic le 19 décembre 2000, car ce langage en est un déjà compris par les développeurs. C'est ainsi que OpenWave (supporteurs du WAP - Wireless Applications Protocol) et la Tokyo's Access Co. (créateurs du CHTML, le langage utilisé par i-Mode) ont largement contribué à l'édition de la spécification XHTML.

Denis Boudreau | 2002.07.12 @ 09:34 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 11 juillet 2002
par Denis Boudreau

Migrer de HTML à XML

Quel sort est réservé au HTML, maintenant que le monde tourne son attention de plus en plus sérieusement vers le XML? Partout où vous posez les yeux, les compagnies "XMLisent" leurs produits dans l'espoir d'obtenir une part du marché. Bien que XML soit fantastique pour des entreprises récentes qui commencent à peine à construire leur infrastructure Web, qu'arrive t-il aux autres entreprises avec leurs sites solidement implantés depuis des années qui reposent entièrement sur la vieille technologie HTML? Comment peut-on envisager de convertir des millions et des millions de documents HTML pour les faire migrer vers cette nouvelle génération d'Internet? Heureusement, le marché pour répondre à ce criant besoin est florissant, et les technologies comme XHTML rendent cette tâche colossale beaucoup plus facile. L'article d'aujourd'hui, écrit par Peter Fischer pour New.Architect intitulé "Migrating from HTML to XML" fait justement état de cette délicate question de conversion.

Denis Boudreau | 2002.07.11 @ 09:54 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 10 juillet 2002
par Denis Boudreau

Reconstruire son site par CSS

La combinaison des CSS avec un document bien structuré présente un ensemble tout simplement imbattable pour une conception à long terme. Le tutoriel présenté aujourd'hui vise à démystifier la procédure de transformation d'un document Web utilisant une méthodologie de développement traditionnelle en une approche purement standardisée par le recours aux Feuilles de Style. C'est très simple; c'est un des meilleurs articles qu'il m'ait été donné de lire visant à faire comprendre le processus décisionnel et la logique qui se cachent derrière le balisage d'un document Web. Christopher Schmitt, avec son tutoriel publié chez Digital-Web intitulé "Web Page Reconstruction with CSS" offre le guide idéal pour convertir un gabarit HTML ou XHTML complètement construit en tableaux par une équivalence qui elle, repose entièrement sur une construction CSS, sans tableaux HTML. À lire absolument pour les mordus des nouvelles innovations technologiques.

Denis Boudreau | 2002.07.10 @ 00:00 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 09 juillet 2002
par Denis Boudreau

xForms : fusion entre formulaires et XML

Prenez quelques instants pour penser au nombre de fois dans une journée où vous êtes appelés à remplir un formulaire. Sur le Web, les formulaires sont partouts : engins de recherche, sondages, commerce électronique et même applications en ligne. La grande majorité de l'intéraction entre l'humain et la machine passe par un type de formulaire ou un autre. Cette technologie commence toutefois à montrer des signes de vieillesse, à battre de l'aile. Elle précède l'arrivée du XML par une bonne demi-décénnie, facteur qui, en soit, explique à lui seul l'ensemble de ses limitations. Afin de palier à cette lacune, une nouvelle technologie a donc vu le jour; les XForms. Encore à l'étape de développement au Consortium W3, les XForms se veulent un point de fusion entre les formulaires et le XML. Les buts à atteindre avec ces super formulaires visent à enrayer les limitations imposées par la nature même du HTML en transformant chacunes des faiblesses des formulaires HTML en forces que le XML peut ensuite exploiter.

Denis Boudreau | 2002.07.09 @ 09:46 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 08 juillet 2002
par Denis Boudreau

Valide ou bien formé ?

Tout document XHTML est créé en se basant sur des règles spécifiées à l'intérieur d'un DTD (Document Type Definition) XHTML qui lui, est écrit en utilisant le langage XML. L'article d'aujourd'hui couvre le squelette de tous les documents XHTML et les règles qui importent le plus en XML. Avant l'avènement du XML, la validité et la bonne forme étaient des termes utilisés de manière interchangeable pour désigner qu'un document HTML était correct, acceptable. Le XML toutefois, assigne des significations spécifiques et totalement différentes à ces deux termes. Il est donc important de voir en quoi ils diffèrent et de bien comprendre l'implication de ces différences. Un document XHTML bien formé est conforme en tous points aux règles générales du XML, soit aux règles qui s'appliquent à tous les documents gérés par un DTD XML. Un document XHTML valide quant à lui, pousse le concept de rectitude encore plus loin. Un document XHTML bien formé n'est considéré valide que lorsque ses balises et ses attributs sont disposés correctement, en concordance avec la syntaxe et les règles définies par le DTD XHTML.

Denis Boudreau | 2002.07.08 @ 10:21 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 07 juillet 2002
par Denis Boudreau

Construire ses pages avec XHTML

Une superbe ressource XHTML qui couvre à peu près tous les points importants à observer de ce nouveau standard Web qu'est le XHTML ; avec Building Web Pages with XHTML, vous trouverez réponses à certaines des plus obscures questions que vous vous posez encore sur la technologie transitoire de XML. Les comparaisons, les règles à suivre et les spécificités du langage certes, mais aussi une revue des spécifications et quelques solutions immédiates pour vous aider à faire le grand saut. Que vous soyez un fier adepte de la promotion du XHTML et des standards Web ou que vous considériez simplement un jour vous y mettre sérieusement, ce lien vous offrira non pas une, mais plusieurs options de développement afin de vous aider à arriver à vos fins.

Denis Boudreau | 2002.07.07 @ 08:14 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 06 juillet 2002
par Denis Boudreau

FAQ sur mozilla

Le fureteur Mozilla 1.0, lancé tout dernièrement en version complète, est définitivement une merveilleuse addition au tableau des fureteurs Web disponibles sur le marché présentement. Cependant, il peut être assez difficile pour le commun des mortels (en l'occurence, vous, moi et les autres) de saisir le tout portrait au sujet de ce projet ambitieux. Afin de remédier à la situation, nos bons amis de chez Mozilla ont mis sur pied une FAQ destinée à répondre à peu près à toutes les questions possibles et imaginables concernant leur logiciel ouvert. S'il vous restaient quelques appréhensions face à ce petit bijou, arpentez la Foire aux Questions de Mozilla et adoptez votre joli petit reptile dès aujourd'hui!

Denis Boudreau | 2002.07.06 @ 01:13 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 05 juillet 2002
par Denis Boudreau

Référence XHTML en ligne

Parce que ce serait un peu ridicule de ne pas en parler de manière spécifique, bien que j'ai fait mention de ce lien de manière plus générale plusieurs fois par le passé, je pointe votre attention aujourd'hui sur la référence complète XHTML 1.0 de W3schools.com qui comprend toutes les balises supportées par le dit standard. Vous pouvez consulter chacune des entrées de cette liste pour savoir quand, où et comment les balises doivent être utilisées (et surtout quand, où et pourquoi elles ne devraient pas l'être). Une ressource très importante afin de voir globalement quelles sont les limites offertes par la famille étendue des balises du langage (x)HTML.

Denis Boudreau | 2002.07.05 @ 09:15 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 04 juillet 2002
par Denis Boudreau

Cartographie du Web

Au fur et à mesure que le net tisse inexorablement sa toile, l'humanité en réseau est confrontée à un problème à la fois pratique et métaphysique : comment dénicher rapidement la bonne information dans cette formidable bibliothèque d'Alexandrie numérique en perpétuelle expansion ? Pour la première fois dans l'histoire, la question n'est pas de savoir si le sacré Graal de la connaissance existe : il se trouve forcément quelque part au beau milieu de cette immense arborescence de liens HTTP. Depuis l'avènement du World Wide Web, il y a moins de dix ans, l'homo numeris a en effet produit plus de documents que tous ses ancêtres réunis depuis l'invention de l'écriture, il y a 5000 ans ! Résultat : personne n'est aujourd'hui en mesure de livrer une carte IGN du réseau des réseaux. Selon le site spécialisé Netsizer.com, il y aurait quelque 203 millions de sites en activité donnant accès à une fourchette de 5 à 10 milliards de pages Web ! Heureusement, les pionniers d'internet ont imaginé et conçu des éclaireurs dévoués pour l'accompagner dans ses expéditions quotidiennes sur la toile : les moteurs de recherche.

Denis Boudreau | 2002.07.04 @ 09:43 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 03 juillet 2002
par Denis Boudreau

Rated XHTML

Remplir le rôle d'un développeur Web n'est pas de tout repos. Non seulement doit-on constamment être à l'affût des moindres pièges et attrappes que les fureteurs nous préparent quotidiennement, mais en plus, nous devons inlassablement garder l'oeil ouvert sur les nouvelles technologies et les nouveaux développements qui pourraient (ou non) avoir un impact sur notre boulot. Ayant à peine maîtrisé les feuilles de style et le DHTML, voilà que de nouvelles techniques réclament notre attention. Parmi chacunes d'elles, lesquelles sont importantes aujourd'hui? Lesquelles peut-on laisser de côté pour le moment? Cet article, écrit par Peter-Paul Koch pour AListApart.com présente sa vision personnelle du langage que le W3C a créé pour supplanter HTML : XHTML. Que vous soyez d'accord ou non avec ses propos, à la fin de cette lecture, vous pourrez au moins vous faire votre propre avis et prendre une décision éclairée.

Denis Boudreau | 2002.07.03 @ 09:34 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 02 juillet 2002
par Denis Boudreau

Genèse du monde du Web

Le premier jour, Dieu créa le SGML (Standard Generalized Markup Language) comme moyen de structurer les documents de manière à ce que ceux-ci puissent avoir une rigueur logique. Tim-Berners Lee se fit présenter le SGML et vit combien s'était bon, mais surtout, beaucoup trop complexe. Le deuxième jour, Tim-Berners Lee s'inspira du SGML pour créer le HTML et réalisa que c'était à la fois bon et utilisable. Puisque le HTML était composé d'un ensemble fixe d'éléments (paragraphes, entêtes, listes à puces, etc.), un fureteur Web pouvait lire le HTML et savoir exactement à quoi s'attendre : si la balise lisait <li>, alors le texte qui suivait devait obligatoirement être indenté et précédé d'une puce. C'est ainsi que le monde des documents fut simplifié. Vraiment simplifié. Vraiment trop simplifié. Plus simple que simple. Simplet même. Et surtout inflexible. Je vous invite à aller lire l'article de David Weinberger ce matin sur intranetJournal.com intitulé "STANDARDS SOUP: XHTML and the Sixth Day of Creation" où David présente les sept jours de la création du monde du Web.

Denis Boudreau | 2002.07.02 @ 10:53 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 01 juillet 2002
par Denis Boudreau

Vision à long terme basée sur XML

Comme vous le savez tous, le HTML a été tricoté au fil des années avec un intérêt plus ou moins rigoureux envers les standards. Avec le temps, le HTML a été réorganisé et ultimement, standardisé, de sorte que la version 4.01 était, dans l'ensemble, relativement constante et bien définie en se basant sur le SGML (Standard Generalized Markup Language). Mais le HMTL avait ses faiblesses et ses limites, et les développeurs souhaitaient pouvoir définir des nouvelles instances de languages balisés, pour décrire des domaines spécifiques, comme les mathématiques, la chimie et la musique par exemple. Vu la difficulté d'utilisation du SGML, le W3C a créé un sous-langage qui s'en est librement inspiré, soit le XML, qui conserve les meilleurs attraits du SGML tout en laissant de côté les portions plus compliquées. À ce titre, le XML est devenu le langage de référence pour standardiser tous les éventuels langages balisés apparentés au HTML. Bien que le XML ait le pouvoir de créer n'importe quel langage, son premier intérêt était et demeure de réécrire le HTML 4.01 sous une nouvelle forme se pliant aux exigences du XML. Le résultat de cette reformulation, vous le devinez, a été le XHTML 1.0, le eXtensible HyperText Markup Language. Puisque toutes les futures versions de HTML seront construites sur le standard XHTML 1.0, il est important que tous les développeurs se familiarisent avec ce standard et apprennent à l'utiliser le plus tôt possible.

Denis Boudreau | 2002.07.01 @ 09:18 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page