<C²: webløg />

Courriel - email address

archives d'août 2002

Avatar Denis

samedi 31 août 2002
par Denis Boudreau

Lancement de Mozilla 1.1

Mozilla est enfin lancé en version 1.1, suivant de près les traces de son grand frère, Netscape qui s'est payé un peu de publicité hier dans ses pages en lançant sa version 7.0. Si la version officielle 1.0 de Mozilla était excellente, celle-ci l'éclipse quand même totalement. La nouvelle version du sympathique lézard arpente dorénavant fièrement la contrée virtuelle, à grands coups de support impécable en matière de CSS, de HTML et de DOM. En plus d'un nombre appréciable d'améliorations remarquables en terme de supports et de performances DHTML, Mozilla vient maintenant avec une gamme complète d'outils de développeurs intéressants (comme l'inspecteur DOM et le débogueur Javascript de Venkman qui, soit dit en passant, ne cesse de s'améliorer). De plus, une nouvelle série de propriétés reliées à l'interface utilisateur, comme les onglets de navigation, le choix des engins de recherche et le contrôle sur les fenêtres pop-ups et pop-unders en font une fois de plus, un fantastique fureteur Web. Tranquillement, mais sûrement, Mozilla se défait de sa réputation de fureteur de tronche et se taille une place méritée dans la cour des grands. Si vous aimez Netscape, vous adorerez Mozilla.

Denis Boudreau | 2002.08.31 @ 21:38 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 30 août 2002
par Denis Boudreau

Lancement de la version 7.0 de Netscape

C'est le grand jour! Après quelques mois de tests sur la nouvelle version "améliorée" de leur fureteur largement basé sur l'extraordinaire Mozilla (preview release 1), Netscape lance officiellement la version 7.0... À première vue, cette nouvelle version est réellement impressionnante. D'ailleurs, elle est tellement basée sur Mozilla que l'icône en haut à droite du fureteur est celui de Mozilla, non celui de Netscape. Les ingénieurs chez Netscape ont vraiment fait des miracles en recodant l'engin de rendu car le fureteur est maintenant très rapide, et suit les standards Web pratiquement à la lettre. DHTML, CSS, DOM, Javascript, etc.; après un court essai ce matin avec quelques sites réputés pour être lents à afficher dans MSIE, ma conclusion est que Netscape 7.0 se débrouille aussi bien, sinon mieux que le fureteur étoile de Microsoft. Et que dire de la gestion interne des instances multiples de fenêtres à la Opera; super! Espérons maintenant qu'il n'est pas simplement trop tard pour Netscape de se retailler une part du marché. Nous avons tous besoin d'un peu de liberté de choix dans Internet, et tant et aussi longtemps que Microsoft jouira d'un monopole, le Web ne sera pas vraiment démocratique... à tout le moins, si ce n'est pas trop tard, Netscape a tous les atouts en main pour redevenir le concurrent sérieux qu'il a déjà été. Je vous le conseille fortement. Rendez-vous chez Netscape pour la télécharger.

Denis Boudreau | 2002.08.30 @ 07:58 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 29 août 2002
par Denis Boudreau

CoolMenus de DHTMLCentral.com

DHTML. Je n'en parle pratiquement jamais, pas parce que ça ne m'intéresse pas, ou parce que je n'y connais rien. J'en parle rarement parce que l'intérêt du site n'est pas forcément là. Toutefois, lorsque je repère des bons coups, je me sens obligé de faire abstraction à ma règle et de me lancer dans l'horticulture et le lancement de fleurs. Si vous êtes développeurs Web, vous connaissez probablement le site de Thomas Brattli, dhtmlCentral.com (anciennement bratta.com). Bien que son code ne suive pas toujours les standards (validateur W3C à l'appui), il n'en demeure pas moins que grâce à lui, des milliers de développeurs comme vous et moi à travers le monde ont pu, du jour au lendemain, s'initier au DHTML et produire des outils, applications, menus, fonctionnalités, etc. tout à fait intéressantes, et ce, sans trop de douleurs. Un de ses projets fétiches, les CoolMenus, vient justement de repousser les limites du développement une fois de plus avec la version 4. Non seulement le code qui génère les menus est de plus en plus automatisé et facile à comprendre pour les moins expérimentés d'entre nous, mais il permet dorénavant de contourner les problèmes occasionnés par les conflits entre DHTML et champs de formulaires par une fonction fantastique qui fait disparaître le champs problématique lors de l'activation du dit menu... Du coup, il ne reste plus qu'à transposer l'application de cette fonction à un élément Flash ou un Quicktime par exemple, et le problème est réglé partout. Chapeau !

Denis Boudreau | 2002.08.29 @ 09:34 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 28 août 2002
par Denis Boudreau

Ébauche de travail du QA W3C

Lundi, le 26 août dernier, le Groupe de Travail sur l'Assurance Qualité (QA) a déposé une ébauche de travail pour une série de directives de spécifications, orientée vers un cadre d'application d'assurance qualité pour l'ensemble des documents produits par le Consortium W3. Le but de cette ébauche est de fournir un cadre s'appliquant à tous les Groupes de Travail afin d'écrire "des rapports techniques plus clairs, plus compréhensibles, plus facilement testables et plus facilement implémentables". Peut-on honnêtement croire que la résultante offrira au public des documents plus faciles à déchiffrer et plus accessibles? Difficile à dire... l'ironie de la chose, c'est que ce document, qui se veut la première pierre d'une fondation vulgarisatrice au sein du Consortium, demeure lui aussi assez obscur et dense, à l'opposé donc des problèmes que sa nature même cherche à adresser! Vous pouvez vous en faire votre propre idée en consultant l'ébauche de travail vous-mêmes.

Denis Boudreau | 2002.08.28 @ 08:23 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 27 août 2002
par Denis Boudreau

Entités générales en XHTML

À l'intérieur du spectre des grands paramètres englobés dans le XHTML, il y a l'aspect des caractères spéciaux qui prend un rôle et une part jusqu'àlors inégalé. Bien sûr, tout le monde à la base connait les caractères spéciaux. Du moins, quiconque a essayé, à un moment ou un autre, d'insérer les caractères < et > dans un document Web les connait. En HTML, ces caractères, de pair avec une centaine d'autres, sont explicitement définis par le standard HTML à utiliser dans un document. La plupart d'entre eux font référence à des caractères que vous ne pouvez pas normalement reproduire sur votre clavier, incluant les symboles spéciaux et toute une panoplie de caractères accentués. Quelques-uns se rapportent même à des caractères spéciaux ayant un rôle propre à jouer dans l'univers (x)HTML. XML, la fondation sur laquelle le XHTML est définie, supporte un mécanisme général pour définir ce qui est connu comme les entités générales et les entités de paramètres. Chaque type d'entités associe une chaine de caractères avec un nom spécifique. Dans un article écrit pour webReview.com, Chuck Musciano nous entretient ce matin sur toute la dynamique entourant les entités générales en XHTML, et comment parvenir à utiliser celles définies d'une part dans les DTD XHTML et d'autre part, à en créer de nouvelles de toutes pièces en utilisant la balise XML <!Entity name="value">.

Denis Boudreau | 2002.08.27 @ 05:16 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 26 août 2002
par Denis Boudreau

L'analogie du cordonnier mal chaussé

Vous connaissez l'expression "cordonnier mal chaussé"? Il semblerait que le même genre de raisonnement puisse également s'appliquer à la majorité des membres du W3C. Du moins, c'est la conclusion à laquelle Marko Karppinen est arrivé suite à un petit test auquel il a soumi leurs sites Web. Pour faire une histoire courte, il y a six mois de cela, Marko a testé les 508 sites de membres en les passant à travers le validateur du W3C. Le résultat était désolant; seulement 18 des 508 utilisaient du HTML et/ou du XHTML valide. Exprimé différemment, cela revenait à dire que seulement 3.7% des membres du W3C suivaient les recommandations du Consortium. Vu d'un autre angle encore, c'est comme si on avait dit que 96.3% des membres du W3C ignoraient les standards du W3C. Marko, à l'époque, s'était promit de refaire le test six mois plus tard afin de voir si une quelconque forme d'amélioration se produirait. Il a donc refait le test la semaine dernière avec les 467 membres courants du Consortium. Du lot, 454 possèdent un site Web. Les résultats, bien que meilleurs sont encore assez pathétiques. Sur les 454 membres testés, seulement 21 (ou 4.6%) parviennent à se qualifier aujourd'hui. Pouvez-vous sentir l'excitation dans l'air? Pouvez-vous sentir le progrès? Moi non plus. Parmi les membres dont le site se qualifie, on retrouve Opera Software, Motorola et le HTML Writers Guild, Inc. Je profite de l'occasion pour saluer leur effort au passage, et bien sûr, remercier Marko Karppinen pour avoir publié le résultat de ses tests. On peut toujours espérer que les résultats seront plus encourageants dans six mois...

Denis Boudreau | 2002.08.26 @ 08:55 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 25 août 2002
par Denis Boudreau

Une autre FAQ sur le XHTML

Bien que l'information présentée sur ce lien provienne directement des textes apparaissants au W3C et ce, sans mention aucune de leurs sources véritables, il n'en demeure pas moins que les gens chez CEDsolutions.com ont tout de même le mérite d'avoir colligé cette information en un format qui fait affreusement défaut au Web depuis que XHTMLguru.com a fermé la sienne. Je parle bien sûr d'une FAQ portant sur le XHTML. On y retrouve une série de questions-réponses pertinentes relatives au XHTML (et par le fait même, au XML) qui peuvent répondre à plusieurs interrogations de base. On y aborde ce qu'est le XHTML, certaines terminologies, des définitions et des mises en contexte susceptibles de vous aider à mettre les morceaux en place dans le grand casse-tête du HTML reformulé en application XML. Je vous dirais donc que, d'ici à ce que je prenne le temps de monter la mienne qui, espérons-le, sera digne de ce nom, je n'ai rien de mieux à vous proposer. Mais c'est quand même quelque chose et ça vaut le détour.

Denis Boudreau | 2002.08.25 @ 10:17 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 24 août 2002
par Denis Boudreau

Charte du Groupe de Travail HTML

Il y a du remaniement dans l'air au sein du Groupe de Travail HTML. Avec l'ébauche XHTML 2.0 et de nombreux autres projets d'importance en branle, il importe de régulièrement réviser la structure de l'organisation afin de s'assurer d'une optimisation de tous les instants. À cet effet, la charte du Groupe de Travail a été revue hier pour les deux prochaines années. Bien que cela ait peu ou pas d'importance pour nous tous, cette révision concrétise la position de personnes influentes au sein du Groupe, personnes qui ont eu beaucoup à voir avec l'implantation des fondements de XHTML 2.0. Parlant de XHTML 2.0, le Groupe entend passer la prochaine année à en développer les spécifications et l'année suivante à les implémenter comme éventuel standard. Cela nous donne donc deux bonnes années pour mettre tout ça en pratique. La prochaine publication d'une ébauche de travail pour XHTML 2.0 (la seconde) se fera donc en début septembre, mais cette ébauche ne réflètera pas la plupart des commentaires publics reçus jusqu'à présent. Elle constituera plutôt une sorte de mise à jour éditoriale.

Le Groupe de Travail accumule les commentaires de tout le monde et en fera le survol lors de leur prochaine rencontre en face à face à la mi-septembre. La troisième ébauche (et les ébauches subséquentes) vont incorporer des changements plus substantiels, et le Groupe de Travail continuera de publier des annonces et des rapports pour nous tenir au courant des développements. Pour le moment, vous pouvez toujours consulter la nouvelle Charte du Groupe de Travail HTML. Si vous souhaitez vous impliquer au sein du W3C et soumettre vos commentaires dans les rondes publiques, contactez-moi et je vous expliquerai comment faire.

Denis Boudreau | 2002.08.24 @ 08:15 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 23 août 2002
par Denis Boudreau

CSS au quotidien

Outre une page collectrice sur laquelle il a réunit une foule de liens vers des ressources CSS provenant majoritairement de son autre site, aListApart.com, et de sa prose personnelle, Jeffrey Zeldman, sur Zeldman.com, a mit à la disposition de tous un essai de quelques 1600 mots sur cette technologie qui, en fait, n'est rien de plus qu'un mécanisme pour ajouter du style à un document Web. C'est un langage de mise en page standardisé qui contrôle la couleur, la typographie, la taille et l'emplacement d'objets (éléments et images). Un de ses plus grands avantages consiste en sa simplicité à coder à la main, malgré sa précision et sa puissance inégalée. De plus, c'est une technologie qui compose bien avec la bande passante puisque qu'un simple document de moins de 10ko peut facilement prendre le contrôle sur des centaines, voire des milliers de pages. L'essai disserte sur ce qu'ils sont, à quoi ils servent, comment bien les utiliser, etc. C'est un texte intéressant s'attardant aux aspects de la validation CSS et HTML et aux techniques pour contourner les problèmes des vieux fureteurs Web. Il aborde l'activation et la désactivation des feuilles de style, ainsi que l'utilisation des CSS pour envoyer des messages cachés aux utilisateurs de vieux fureteurs lorsque ceux-ci ne sont pas en mesure de supporter l'implantation créée par les feuilles de style... Consultez l'ensemble de cette ressource intitulée "CSS in the Real World" (j'ai de la suite dans les idées - après l'article d'il y a deux jours, "XHTML in the Real World"!!!) afin d'en parfaire votre maîtrise.

Denis Boudreau | 2002.08.23 @ 10:11 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 22 août 2002
par Denis Boudreau

Améliorations en vue pour Opera 7.0

On peut enfin s'attendre à une amélioration substantielle du support du Document Object Model (DOM) chez Opera dans la prochaine version 7. C'est une grande nouvelle, parce que cette alternative à MSIE est réellement l'une des plus intéressantes qui soit (avec Mozilla bien entendu). J'ai toujours dit que tant et aussi longtemps que Opera aurait de la difficulté à rendre le DHTML, j'aurais de la difficulté à l'embrasser comme remplacement officiel pour l'Internet Explorer de Bill Gates... Mais avec une ré-écriture complète du coeur du fureteur (rendering engine) dans les 18 derniers mois, on peut s'attendre à gros d'Opera, déjà réputé pour sa légèreté, sa rapidité, ses spécificités et son excellent support des standards Web. Disons simplement qu'avec un support équivalent au DOM à celui de MSIE ou Gecko (rendering engine de Mozilla/Netscape), Opera pourrait définitivemenet se tailler une place dans la cour des grands. Plusieurs développeurs qui connaissent Opera seront heureux d'apprendre cette nouvelle, à ne pas en douter. Espérons simplement que cette amélioration ne se fera pas au détriment de sa vitesse incroyable. Si les ingénieurs chez Opera parviennent à réaliser le tour de force de préserver tout en améliorant, je crois que nous verrons beaucoup de changements dans les prochains mois sur le marché du fureteur. Avec d'aussi sérieux joueurs en lice, Microsoft et son monopole n'auront qu'à bien se tenir !

Le co-fondateur et PDG d'Opera software, Jon S. von Tetzchner, résume bien la philosophie de l'entreprise avec la citation suivante : "... la plupart des gens qui ont testé le nouveau fureteur Opera prétendent qu'il est même plus rapide que ses prédécesseurs. Nous allons travailler d'arrache-pied pour que cela demeure ainsi. En bout de ligne, nous n'essayons pas de battre qui que ce soit. Nous essayons simplement de nous dépasser nous-mêmes..." Personnellement, j'aime bien cette attitude. Lisez l'article complet sur le sujet, écrit par Paul Festa et publié sur C/Net News.

Denis Boudreau | 2002.08.22 @ 09:57 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 21 août 2002
par Denis Boudreau

XHTML in the real world part 2

Le 2 août dernier, je vous présentais la première partie d'un article écrit par Molly E. Holzschlag intitulé "XHTML in the Real World". Dans cet article, l'auteur abordait la problématique du langage balisé HTML en examinant comment la logique originelle qui y est intrinsèque avait été étirée et modelée dans une nouvelle forme très éloignée des concepts originaux du langage... Dans ce nouvel article qui se veut une conclusion aux pistes lancées dans le précédent, Molly va plus loin et offre des suggestions à la fois simples et efficaces afin d'aborder le (x)HTML de manière à en optimiser l'utilisation, tout en nous mettant en garde des pièges qui se dissimulent sous l'utilisation d'outils WYSIWYG. Notez toutefois que, même si encore imparfaits, ces outils sont aujourd'hui plus aptes à se conformer au standard XHTML 1.0 (ils souffrent encore terriblement du syndrôme du code propriétaire, mais ça, c'est un autre débat).

Puisque la demande d'interfaçage à haut rendement visuel a eu raison des limites de HTML par le passé, le développeur Web moyen s'est vu entrainé dans une phase de misère, soit apprendre à utiliser HTML pour arriver à créer des mises en page et de la présentation, alors que le langage, initialement, n'était conçu que pour structurer l'information. Ces éternels tours de forces ont perdu toute leur raison d'être avec l'arrivée des CSS, certes, mais bon nombre de développeurs n'en sont pas encore pleinement conscients aujourd'hui. Bien que la situation a tendance à vouloir se redresser avec le temps, le support continuel de vieux agents utilisateurs comme MSIE 4.x et NS 4.x en empêche encore la plupart à définitivement faire le saut vers les nouvelles technologies disponibles. Quoiqu'il en soit, l'article présenté est intéressant parce qu'il met (à nouveau) en lumière les plus simples éléments de la marche à suivre pour arriver à purer le (x)HTML et avancer définitivement sur la voie des standards Web. Alors sans plus attendre, voici "XHTML in the Real World Part II".

Denis Boudreau | 2002.08.21 @ 09:15 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 20 août 2002
par Denis Boudreau

Modularization et avenir du Web

Dans les premiers temps du Web, les concepteurs Web "ordinaires" et les créateurs de contenus connaissaient un peu HTML et tout était bien. Disons, assez bien. Correct. Une personne possédant un minimum de connaissances reliées à l'informatique pouvait apprendre les rudiments du HTML en quelques soirées et, munie d'une dizaine de balises, se lancer dans sa première page Web la tête baissée. L'apprentissage du HTML pouvait facilement s'avérer un petit investissement en temps et effort comparativement au potentiel qu'une telle connaissance pouvait rapporter à long terme. Le succès du Web dans un sens, repose presque exclusivement d'une part sur cette simplicité et cette généralité qui caractérise si bien HTML. C'est d'ailleurs sans contredit cette simplicité qui a permit au Web de passer de plusieurs dizaines de pages à plusieurs millions en seulement quelques années. Mais comme c'est souvent le cas dans les contes de fées, la grande force de notre héro a également constitué sa plus grande faiblesse. Vous conviendrez qu'il est assez difficile de concevoir un langage intuitif et utilisable (un peu n'importe comment) par le commun des mortels et parvenir en même temps à créer des machines capables d'interpréter ce langage, peu importe la manière dont le "programmeur" l'utilise. C'est un peu le cas avec HTML. Rajoutez à cela des compagnies qui se disputent la plus grosse part du marché en traffiquant leurs logiciels à leur avantage et un libre arbitre au centre qui essaie de donner un sens à tout cela et vous obtenez un éventuel fiasco... Dans un article écrit par Kendall Grant Clark pour XML.com, l'auteur nous propose de jeter un oeil sur le futur du Web avec "Extending the Web: XHTML Modularization".

Denis Boudreau | 2002.08.20 @ 09:25 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 19 août 2002
par Denis Boudreau

MSIE 6 passe aux standards Web

Si vous avez fait la transition vers MSIE 6.0, vous avez sûrement réalisé à un moment ou un autre que la façon dont le fureteur interprétait dorénavant les documents Web avait changée. Du jour au lendemain, votre site qui fonctionnait si bien en MSIE 5.5 ne fonctionnait plus tout à fait aussi bien en MSIE 6.0. Votre Javascript ne fonctionnait peut-être plus, votre HTML ne s'affichait plus forcément de la même manière et votre DHTML avait peut-être même complètement refusé de s'initialiser. Comment expliquer la chose? Microsoft aurait-elle manqué son coup en sortant une version de fureteur incomplète, prématurément ? À moins que le problème ne provienne d'ailleurs... Mais alors de où? De votre code? Impossible! Et pourtant... Pire encore, si MSIE 6.0 avait raison de ne pas interpréter votre code de la bonne façon dorénavant... simplement parce que votre code n'était pas conforme aux standards... cela se pourrait-il? Pourtant vous n'avez rien changé à vos habitudes et ça a toujours bien fonctionné par le passé. Alors; si l'erreur ne se cache pas chez Microsoft, comment la corriger? La réponse est simple; elle se cache dans le choix de votre DOCTYPE. Dans un article paru l'année dernière sur webMonkey.com, Jeffrey Veen nous entretient, peu de temps après la sortie officielle de MSIE 6.0, sur la nouvelle avenue empruntée par les fabricants de fureteurs et sur le gadget dernier cri qui vous épargnera bien des soucis.

Denis Boudreau | 2002.08.19 @ 09:54 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 18 août 2002
par Denis Boudreau

Plongez dans l'accessibilité avec Pilgrim

Il y a de ces personnes influentes aux standards Web qui semblent être partout, et que, curieusement, on met tout de même du temps à découvrir. C'est un peu mon histoire avec Mark Pilgrim, auteur des très influents sites DiveInto. Outre son Weblog, diveIntoMark.org, il a également mis sur pied une ressource sur les principes d'accessibilité au Web, diveIntoAccessibility.org. Sa formule est simple, mais combien intéressante; il démontre en trente jours comment rendre votre site Web accessible aux personnes souffrant de limitations physiques, avec exemples concrets et principes efficaces à l'appui. Vous pouvez consulter son projet sur le Web, ou le télécharger sous plusieurs formats afin de le consulter tranquillement chez vous. Ses rubriques sont répertoriées selon le jour, ou selon le type de conseils. Avec une ressource aussi complète (sans compter celle offerte hier), vous n'avez plus d'excuses pour limiter l'accès à votre site à qui que ce soit. En fait, ce sont des conseils simples, implantés avec peu ou pas d'effort, qui peuvent faire toute la différence... pourquoi s'en passer ?

Denis Boudreau | 2002.08.18 @ 10:50 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 17 août 2002
par Denis Boudreau

Accessibilité et utilisabilité

Parfois, la fin justifie les moyens et parfois, les besoins sont suffisants à justifier la cause. Dans cet ordre d'idée, le National Cancer Institute a mis sur pied un site Web dédié à améliorer la communication sur la recherche sur le cancer en proposant à tous ceux qui souhaitaient diffuser de l'information un guide, une marche à suivre afin de concevoir un site accessible... Ils ont donc mis en place une superbe ressource afin d'aider les développeurs Web à construire des sites Web et des interfaces utilisateurs accessibles et facilement utilisables. On y couvre tous les sujets d'importance; les bases de l'usabilité, les méthodes les plus efficaces, des guides méthodologiques, des marches à suivre, des liens vers d'autres ressources et bien plus encore. La ressource est tellement orientée vers les principes d'accessibilité qu'on en oublie même qu'à la base, le site provient de l'Institut National sur le Cancer. Usability.gov est une des ressources les plus complètes sur le sujet, avec suffisamment de matériel pour répondre à presque toutes les questions.

Denis Boudreau | 2002.08.17 @ 10:41 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 16 août 2002
par Denis Boudreau

Mise à jour de la barre d'outils Google

Si vous utilisez à la fois MS Internet Explorer et le moteur de recherche Google, vous avez probablement installé la barre de recherche rapide dans votre fureteur. Des chercheurs d'une firme israélienne de sécurité ont en effet découvert que la barre d'outils en question permettait aux attaquants de lire des fichiers locaux, d'exécuter des commandes malicieuses et autres formes d'intrusions illicites. Selon GreyMagic Software, une faille dans la barre d'outils Google, version 1.1.58 ou antérieure, permet à un pirate d'intégrer du code dans n'importe page Web qui piégera la barre d'outils et provoquera l'exécution des commandes du pirate. Ces commandes peuvent inclure le changement des paramètres de la barre d'outils, ce qui permet à l'attaquant de pirater les recherches, modifier la barre d'outils, la faire disparaître ou - le pire scénario - exécuter des commandes sur l'ordinateur de l'utilisateur. Afin de contrer ce problème, Google a corrigé la faille en présentant une nouvelle version de sa barre d'outil. Courez vite la mettre à jour avant de vous faire piéger. En passant, si vous n'étiez pas au courant, les préférences de la barre d'outils de Google vous permettent de bloquer les pop-ups... les publicistes n'auront qu'à trouver de nouvelles idées pour nous importuner. À bon entendeur, salut !

Denis Boudreau | 2002.08.16 @ 11:12 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 15 août 2002
par Denis Boudreau

AOL 8.0 turbinant sous Gecko ?

Trois années après l'acquisition de Netscape Communications par America Online, il semblerait que le temps est maintenant venu chez AOL de se débarasser de Microsoft Internet Explorer dans son éventuelle application 8.0 pour le remplacer par un logiciel basé sur le projet en source libre Mozilla de Netscape. Un choix à la fois heureux et logique en fait. Après tout, l'engin de rendu incorporé dans Mozilla portant le nom de code Gecko a largement fait ses preuves. L'expérience utilisateurs pour les millions de clients d'AOL ne risque pas d'être très différente, puisque le fureteur supporte très bien les standards Web (tout aussi bien, sinon mieux, que MSIE en fait). Pour nous, les développeurs qui auront à composer avec ce "nouveau" joueur, la courbe ne sera pas très grande à surmonter non plus, tant que le respect des standards Web fait parti de nos habitudes quotidiennes. Si vous avez déjà codé pour Mozilla et Netscape 6, vous avez rapidement réalisé qu'il y avait bien peu de différences entre les deux. On pourrait pratiquement dire que Mozilla, c'est une version allégée de Netscape 6, sans tous les gadgets inutiles qui le rendent moins performant, plus lent et plus lourd.

Quoi qu'il en soit, le choix d'America Online de se tourner vers une solution maison fait tout à fait sens et devrait être accueillie favorablement par le grand public et la communauté de développeurs comme une opportunité de délester Microsoft d'une part de son quasi monopole. Quand on pense que MSIE est utilisé par près de 95% des internautes, il y a de quoi s'inquiéter... surtout quand le détenteur de ce monopole, c'est Microsoft. De toute manière, si vous êtes un développeur sérieux, vous codez déjà multi-fureteur; aussi bien rentabiliser cette charge de travail supplémentaire en observant Netscape reprendre une part du marché qu'elle a déjà possédé.

Denis Boudreau | 2002.08.15 @ 09:52 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 14 août 2002
par Denis Boudreau

Archives de la CSS-Discuss

Il y a quelque temps de cela, je vous parlais d'une liste de diffusion par courriel portant sur les Cascading Style Sheets nommée CSS-discuss. J'ignore si certains d'entre vous s'y sont inscrits, mais je ne saurais vous dire à quel point les interventions publiées dans cette liste m'ont appris sur les feuilles de style et combien elles continuent de m'en apprendre tous les jours. Quoiqu'il en soit, les dirigeants de cette liste de diffusion (dont Eric A. Meyer fait parti) ont mis sur pied une archive de toutes les discussions ayant eu lieu dans cette liste depuis les tous débuts afin que le grand public puisse bénéficier du savoir et de l'expertise qui s'y cache. Le moindre petit message ayant figuré dans la liste y a été archivé, au grand plaisir des milliers de membres et de développeurs. Je vous conseille donc fortement d'aller y faire un tour et de vous promener au travers des nombreux sujets qui la compose. Vous y découvrirez sûrement des choses intéressantes qui vous aideront à avancer dans cette technologie d'avant-garde au (x)HTML. Vous pouvez faire vos recherches par mots-clés ou par mois de diffusion, selon le champ de formulaire sélectionné. Bonne lecture !

Denis Boudreau | 2002.08.14 @ 08:22 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 13 août 2002
par Denis Boudreau

99.9% des sites web sont obsolètes

Dans une présentation qu'il accordera prochainement à la convention Web Builder 2002 qui se tiendra en septembre à Las Vegas, Jeffrey Zeldman n'y ira pas de main morte en débutant son allocution avec la phrase suivante : "99% des sites Web à l'heure actuelle sur le Net sont désuets, même s'ils s'affichent convenablement dans les vieux fureteurs". Révélation choc sans fondements ou cri d'alarme sur une réalité ténébreuse? L'éditeur en chef de FTPonline (fawcette.com), Tim Haight, a rencontré Zeldman afin d'éclaircir un peu cette révélation pour nous, le petit peuple. Une entrevue très intéressante qui met en lumière l'importance de se conformer aux standards et d'abandonner les techniques archaïques qui ont fait du Web un médium appauvri et déchiré entre plusieurs solitudes. Lorsqu'on pense en terme d'années Web, cinq ans, c'est comme un siècle d'évolution pour un autre domaine. Comment pouvons-nous sincèrement croire qu'en utilisant des techniques et des outils datant du siècle dernier, nous parviendrons à concevoir des applications basées sur des technologies qui viennent à peine de voir le jour? La question, vu sous cet angle, mérite réflexion.

Denis Boudreau | 2002.08.13 @ 10:30 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 12 août 2002
par Denis Boudreau

Pérennité versus rétro-compatibilité

Lorsqu'on en vient à se chercher une raison secrète et personnelle pour repousser l'implantation de nouvelles méthodologies de travail basées sur les récents standards Web que sont, entre autres, XHTML et CSS, on peut facilement en trouver. Tous les développeurs s'entendent pour dire que le futur du Web doit passer par les nouvelles technologies, mais curieusement, peu d'entre eux font actuellement le virage. La raison la plus populaire de cette état procrastinatif étant que les vieilles méthodes de codage fonctionnent toujours avec tous les fureteurs (lorsqu'on sait s'y prendre). Plusieurs développeurs sont d'ailleurs d'avis que c'est uniquement grâçe à cette soit-disant expertise que leurs services sont encore retenus. À ne pas en douter, ils ont l'impression que le jour où le Web ne parlera qu'un seul langage, celui des standards Web, le premier venu pourra faire leur travail et ils verront ainsi leurs précieuses compétences dépréciées. En réalité, il n'en est rien. Quiconque s'est intéressé plus de quelques minutes aux enjeux qui attendent le développeur nouvelle vague sait très bien que les défis se déplacent et sont de taille; au lieu de passer le plus clair de son temps à recoder la même application pour plusieurs versions de fureteurs, le développeur va passer tout son temps à repousser les limites de sa créativité en construisant des applications fraîches et innovatrices.

En résumé, tout le monde est prêt à abandonner Netscape 4.x, mais bien peu sont prêts à enfiler les nouveaux chapeaux qui viennent avec cet abandon... statut quo, statut quo, statut quo... Afin de faire sa part pour démystifier l'inconnu des standards Web, Icon Nicholson du célèbre piratedSites.com a écrit un article sur la question. Il y disserte sur les avantages de préconiser la compatibilité future à la rétro-compatibilité, tout en démontrant comment cette pratique peut être bénéfique pour le projet, le budget, le client et ultimement, pour le Web.

Denis Boudreau | 2002.08.12 @ 07:37 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 11 août 2002
par Denis Boudreau

CSS et circonvolutions

Si vous essayez d'obtenir une mise en page au pixel-près dans vos documents Web en ayant recours à la méthode avec CSS (CSS layout), vous allez éventuellement avoir de sérieux ennuis avec les versions 5.0 et 5.5 de MSIE sur Windows. En effet, ces versions du fureteur de Microsoft échouent radicalement dans l'application du modèle de boîte (Box Model), tel qu'il est prescrit selon le standard mis de l'avant par le Consortium W3. Il y a plusieurs solutions afin de contourner le problème, la première étant simplement d'abandonner la volonté d'obtenir la perfection au pixel près. Mais pour tous les "Pixel-Nazis" de ce monde (groupe duquel je fais malheureusement parti), il y a effectivement quelques solutions à considérer afin de parvenir à de bons résultats. Eric Costello, dans un tutoriel qu'il a écrit sur son propre site, glish.com, nous présente "Layout techniques : Hacks - The Good, the Bad and the Ugly", soit quatre solutions afin de venir à bout des caprices de MSIE 5.x (l'utilisation des méthodes 3 et 4 étant étant les plus recommandées). Je vous l'accorde, ce sont encore des entourloupettes de fureteurs, mais au moins, celles-ci ont l'indéniable mérite d'être respectueuses des standards Web.

Denis Boudreau | 2002.08.11 @ 10:51 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 10 août 2002
par Denis Boudreau

Entrée en scène du TopStyle Blog

Je vous l'accorde, il n'y a rien de mieux que de coder ses applications à la mitaine, avec rien de plus que Notepad et un lecteur MP3. Toutefois, lorsque l'occasion se présente, il faut tout de même être assez honnête pour reconnaître les forces de certains éditeurs logiciels disponibles sur le marché. Lorsque vous ne vous sentez pas l'envie d'ouvrir votre plus récent bouquin sur les CSS ou de surfer le Net à la recherche de cette propriété qui vous échappe, le logiciel TopStyle de la compagnie Bradsoft (bradsoft.com) devient, l'espace d'un moment, votre meilleur ami. Et avec raison, car avec son interface intuitive et son rendement supérieur, cet éditeur CSS / XHTML / HTML fait un travail remarquable. Mais ce qui me plait le plus de la dernière version du logiciel, c'est sans contredit le Weblog que les développeurs de Bradsoft y ont intégré, qui parle, depuis la semaine du 30 juin dernier, des standards Web et des CSS. Honnêtement, que pourrait-on demander de plus de la part d'un tel produit ?

Denis Boudreau | 2002.08.10 @ 10:14 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 09 août 2002
par Denis Boudreau

ALA 148 : Gestion des contenus avec PHP

Vous utilisez XHTML pour la structure de balisage et CSS pour la présentation dans vos documents Web. Que pourriez-vous demander de plus n'est-ce pas? Et si je vous proposais une façon facile de faire la gestion de votre site en utilisant des outils gratuits et libres (open source)? La séparation du style et du contenu d'un document est devenue, avec les dernières années, un des points tournants de la conception Web et une des meilleures sources de maux de têtes pour les développeurs. Traditionnellement, nous avons appris à utiliser le XHTML et les CSS pour parvenir à cette séparation et nous avons constaté à quel point la gestion d'un site pouvait en être facilitée. Nous avons même pu expérimenter l'application de feuilles de style différentes pour radicalement changer la mise en page d'un site en un clic de souris. De bien belles réalisations, à ne pas en douter. Toutefois, il est possible de pousser l'enveloppe encore plus loin. En ajoutant un peu de code PHP à ce joyeux mélange, nous pouvons amener cette modularité un niveau plus haut, en rendant notre structure aussi facile à gérer que notre présentation. Dans les faits, nous pouvons créer notre petit outil de gestion de contenu personnel.

Dans un article paru ce matin sur aListApart.com, Christopher Robbins nous démontre comment utiliser PHP pour construire un système de gabarits simple qui, d'une part, améliore grandement l'entretien de votre site et d'autre part, retient en mémoire les préférences de vos visiteurs. Dans cet article, nous verrons comment bâtir morceau par morceau un gestionnaire de contenu qui sépare style, contenu et structure. L'auteur nous présente également comment construire les fonctionnalités pour créer des changements de feuilles de style qui se souviennent des préférences de l'utilisateur, grâce aux variables PHP, aux cookies, aux conditions "If" et aux inclusions de page avec "require_once". Une merveilleuse façon de pousser vos connaissances un peu plus loin.

Denis Boudreau | 2002.08.09 @ 08:11 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 08 août 2002
par Denis Boudreau

Le Web à l'ère des standards

Les standards Web? Vous ne pouvez plus vous permettre de les ignorer maintenant. Il y a à peine deux ans de cela, parvenir à coder votre site Web pour respecter les normes standardisées par le W3C était quelque chose de pratiquement impossible. Après tout, la très grande majorité des internautes étaient munis de fureteurs sortis directement de la Guerre opposant MSIE et NS, où chaque fabricant construisait délibérément un produit incompatible avec celui de l'autre. Mais maintenant, grâce au travail acharné de porte-paroles dévoués à la cause de l'avancement des standards Web (comme le Web Standards Project - ou WaSP) et grâce également aux développeurs qui ont refusé de prendre un parti ou l'autre, les fabricants de fureteurs ont cessé d'utiliser HTML comme un arme dans leur guerre de clochers. De nos jours, les fonctionnalités offertes dans les fureteurs sont de plus en plus respectueuses des standards établis et, de ce fait, de plus en plus compatibles les uns avec les autres, notamment en ce qui a trait au support des CSS et du XHTML. Microsoft et AOL-Time-Warner-Netscape semblent enfin avoir déplacé leurs conflits vers d'autres horizons.

Ce changement arrive d'ailleurs juste à temps; avec les budgets des sites importants qui passent de plusieurs millions à quelques milliers de dollars, l'industrie a besoin de se resserer et d'avancer dans la même direction. Selon des estimations mises de l'avant par des officiels du WaSP, on peut compter près du quart d'un budget de site Web à négocier avec l'incompatibilité entre fureteurs; soit 25% du budget qui part en fumée pour régler des problèmes qui pourraient être évités en se conformant aux standards Web (et en utilisant des fureteurs qui y sont compatibles). Paul Boutin, dans un article publié sur webMonkey.com, fait état des standards Web, explique l'enjeu du DOCTYPE et prèche sur l'importance de valider le code XHTML et CSS.

Denis Boudreau | 2002.08.08 @ 10:31 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 07 août 2002
par Denis Boudreau

XHTML 2.0 coupe définitivement les ponts

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça frappe fort dans le groupe de travail chargé de mener de l'avant les premières ébauches publiques de XHTML 2.0. Comme nous l'avons vu dans le Weblog d'hier, le XHTML 2.0 est entièrement dirigé vers une compatibilité XML, et ce, selon les règles strictes qui régissent ce langage. De ce fait, on ne rigole plus avec les éléments du HTML qui vieillissent mal; finit l'époque où l'on pouvait encore utiliser les balises désapprouvées. Radicalement finie. De plus, le W3C considère fortement éliminer tout ce qui fait parti du (x)HTML comme élément de présentation afin d'y conserver seulement les éléments de structure. Tous les éléments de présentation devraient dorénavant être abandonnés au profit des CSS, ce qui, vous en conviendrez sûrement, fait beaucoup de sens. À un moment ou un autre, cela devait arriver.

Pourquoi traîner dans une technologie des possibilités qui peuvent être rendues plus efficacement dans une autre? On peut d'ailleurs réellement sentir qu'il va y avoir une coupure draconienne entre XHTML 1.1 et XHTML 2.0. La nouvelle version du langage est totalement tournée vers l'avenir, sans se soucier du passé. Encore une fois, c'était à long terme inévitable. Au cours des prochaines années, nous assisterons donc à la formation de deux types de développeurs Web; ceux qui utiliserons massivement les possibilités de XML (quand XHTML et XML ne feront plus qu'un) et ceux qui continueront à utiliser HTML tel que nous le connaissons aujourd'hui (soit avec un respect plus ou moins étendu des standards). Mais tout ça, c'est de l'extrapolation car il est encore trop tôt pour statuer sur la position du XHTML 2.0... le W3C offre quand même un aperçu de comment le Consortium entrevoit le futur.

Denis Boudreau | 2002.08.07 @ 09:17 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 06 août 2002
par Denis Boudreau

W3C : Première ébauche de XHTML 2.0

Après la mise à jour de la recommandation XHTML 1.0 hier, le Consortium W3 est encore à l'honneur aujourd'hui avec la sortie de la première ébauche de travail publique (public Working Draft) pour le XHTML 2.0 (et oui, déjà!). XHTML 2.0 est un proche de la famille des langages balisés pour le Web, notamment HTML 2, 3.2, 4 et XHTML 1.0, 1.1, mais n'est pas conçu dans le but d'être rétro-compatible avec eux. Cette ébauche de XHTML 2.0 circonscrit le langage en différents modules pouvant être utilisés pour créer des applications basées sur le Web, à la fois riches et portables. Au programme : le remplacement complet des formulaires HTML par les XForms et le remplacement des événements traditionnels par les événements XML. Les cadres (frames) seront à l'avenir implémentés via les XFrames. Le plus important toutefois, c'est que tous les éléments qui étaient désapprouvés (deprecated) par le W3C sont maintenant histoire du passé. Terminé. Finito. Bye-bye.

Il est donc grand temps de commencer à les purger de vos habitudes. Mis à part cela, l'attribut HREF fonctionnera dorénavant avec n'importe quel élément car tout peut maintenant devenir un hyperlien. Le modèle de contenu des tableaux a également été normalisé. Finalement, les balises IMG et APPLET prennent leur retraite et sont remplacées par l'élément OBJECT. Il y a plusieurs autres modifications importantes, mais il ne faut pas oublier que cette ébauche en est encore à ses premières heures. Nous pouvons nous attendre à plusieurs autres changements radicaux avant un dépôt définitif de la recommandation officielle de XHTML 2.0. Quoiqu'il en soit, si vous voulez donner vos commentaires au W3C sur ce nouveau projet, vous êtes plus qu'invités à le faire. C'est justement pourquoi le Consortium appelle ce stade "première ébauche de travail publique". Pour en lire le détail, rendez-vous sans plus tarder au Consortium. Les portes en sont ouvertes à l'année.

Denis Boudreau | 2002.08.06 @ 07:50 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 05 août 2002
par Denis Boudreau

W3C : Révision de la norme XHTML 1.0

La recommandation officielle du W3C pour le XHTML 1.0 (reformulation du HTML en application XML, ou si vous préférez, XML intuitif accessible à tous) a été révisée le 1er août dernier. Ce n'est pas vraiment une mise à jour à proprement parler, mais plutôt la dernière version officielle ocumentée du standard du W3C. Il n'y a pas vraiment de changements importants dans cette "nouvelle version", mais plusieurs petits éléments ont été revus afin de solidifier les points d'ancrages de cette nouvelle avenue technologique. On parle toujours des mêmes principes de base, des mêmes définitions de types de documents et des mêmes facteurs sémantiques qui permettront de créer les fondations du futur du Web. Entre autre chose, cette dernière version inclut finalement une mise en garde à propos de la déclaration XML optionnelle qui cause énormément de dégats dans plusieurs fureteurs. Néanmoins, il est important de voir quels sont ces changements mineurs afin de demeurer aux faits du tout XHTML. Pour découvrir les moindres modifications apportées à cette recommandation, visitez la section "Diff-marked version", où chaque élément revu et corrigé a été surligné en jaune ou en vert. Avec la dernière version de XHTML 1.0, le Web n'a jamais été aussi prêt de se munir d'un langage universellement accessible.

Denis Boudreau | 2002.08.05 @ 07:38 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 04 août 2002
par Denis Boudreau

SitePoint : introduction au XHTML

Malgré le fait que nous ayons largement fait le tour de la question des dizaines de fois depuis les premiers jours de ce Weblog, j'aime toujours à l'occasion revenir sur les bases mêmes de sa raison d'être... je parle bien sûr de promouvoir des sites Web qui, d'une manière ou d'une autre, présentent un survol introductif de XHTML. Parmi les tutoriels qe j'ai lu il y a de cela longtemps et que je me promets toujours d'un jour mentionner dans ces pages, se cache celui que je vous présente aujourd'hui. Écrit par Nick Wilson pour le réseau SitePoint, ce petit tutoriel sans prétentions me plaît beaucoup. La raison en est assez simple et plutôt nulle. J'aime tout ce que ce site publie. J'en suis un fan inconditionnel. Les contenus sont rafraîchissants, pertinents et instructifs. Mieux encore, ils sont écrits de la main même des développeurs comme vous et moi qui composent sa communauté. Sans plus attendre donc, je vous invite à lire "XHTML - An Introduction". Et n'oubliez jamais; ce n'est pas parce qu'on pense connaître à fond un sujet qu'on en a forcément fait le tour...

Denis Boudreau | 2002.08.04 @ 10:02 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 03 août 2002
par Denis Boudreau

Didacticiel CSS des plus visuels

C'est bien connu, les CSS permettent de séparer la structure de la présentation dans un document Web. À cet effet, Internet regorge d'ailleurs de centaines de sites à vocation formatrice, extrapolant plus ou moins savamment sur les mille et unes façons de faire, avec tutoriels et articles théoriques à l'appui. Mais pour les plus visuels d'entre nous, l'intégration de plusieurs notions de nature académiques, compilées dans un même document, peut rapidement devenir difficile à déchiffrer, justement parce que trop condensé et trop peu imagé. Parfois, l'information qui semble si confuse lorsqu'elle est expliquée dans un long paragraphe de texte devient toute simple lorsqu'elle peut être expérimentée concrètement, et ce, autant sur interface logicielle que sur papier... Afin de répondre aux besoins de ce type de concepteurs, siteExpert.com, en association avec insideDHTML.com, nous offre un tutoriel CSS tout ce qu'il y a de plus visuel, où vous pouvez expérimenter les possibilités offertes par les feuilles de style en direct. Parfois, tout peut devenir très clair en quelques clics de souris.

Denis Boudreau | 2002.08.03 @ 10:15 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 02 août 2002
par Denis Boudreau

XHTML in the Real World

Le 31 mai 2001, le XHTML 1.1 est devenu la plus récente recommandation officielle du W3C dans la grande famille étendue du HTML. Cette recommandation représente les efforts incessants du Consortium afin de parvenir à reformuler le HTML en tant que véritable application XML. Le XHTML 1.1 est composé d'un ensemble de modules au travers desquels les développeurs peuvent réellement étendre les possibilités de XHTML afin d'y inclure toute une série de nouvelles balises et d'éléments standardisés XML. Accordons-nous le mérite qui nous revient; nous avons lu beaucoup d'information venant de multiples sources sur les langages balisés au cours des derniers mois (lire années...). Pour la plupart d'entre nous qui sommes complètement perdus dans toute cette mare d'opinions, de prédictions et d'hypothèses, plusieurs questions demeurent. Comment est-ce que XHTML peut nous affecter en tant que concepteur ou développeur Web? À la rigueur, XHTML devrait-il vraiment nous affecter? Est-ce une mode passagère? Un feu de paille?

Si vous lisez régulièrement sur le sujet, vous connaissez déjà la réponse. Et bien, elle est assez simple; si l'interopérabilité entre les sites vous importe, si votre but est d'arriver à concevoir des sites qui répondent bien sous toutes les plateformes, sous toutes les applications sans-fils, sous tous les accès alternatifs au Web et pour tous les types de documents internationaux et bien effectivement, le XHTML devrait vous concerner. Beaucoup. Car c'est votre seule chance d'y arriver un jour. Dans un article publié sur webReview.com, Molly E. Holzschlag nous entretient aujourd'hui du rôle occupé par XHTML dans la vraie vie : "XHTML in the Real World".

Denis Boudreau | 2002.08.02 @ 00:19 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 01 août 2002
par Denis Boudreau

ALA 99 : CSS Redesign in 5 Easy Pages

Il y a les voyages qui forment la jeunesse, les odyssées qui transforment l'humain à jamais et ultimement, les quêtes comme celle-ci. Je parle du long parcours par lequel la conception de sites Web traditionnelle est passée pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui et de la poursuite de son évolution pour se transformer en ce qu'elle sera demain. Depuis le tout début du Web, nous avons tous fait tout en notre pouvoir pour s'assurer que les sites que nous produisions soient le plus fidèlement reproduits dans tous les fureteurs, peu importe leur niveau de rendement respectif. Dans le monde maléfique de la conception HTML qui ne respecte pas les standards Web, nous avons été formés à grand coups de contraintes budgétaires, de paresse excessive, de fureteurs déficients et de bâtons dans les roues à emprisonner chaque mot, chaque image, chaque élément d'un document Web dans une cellule de tableau HTML.

Lorsqu'un problème ne se règle pas d'une manière, nous inventons une arnaque pour le contourner, ce qui, plus souvent qu'autrement, à la résultante d'en créer un nouveau d'un tout autre ordre, que nous nous efforçons alors de résoudre en imaginant une nouvelle arnaque... Netscape 4 ne comprend pas la déclaration CSS de {margin: 0;} pour le BODY? Qu'à cela ne tienne, nous pouvons avoir recours aux quatres Dalton de la non-validité, soit LEFTMARGIN, TOPMARGIN, MARGINWIDTH et MARGINHEIGHT. IE4 ne supporte pas complètement la propriété de bordures en CSS ? Pas grave, nous pouvons facilement la mimiquer en enveloppant un tableau HTML noir autour du tableau HTML blanc pour créer l'effet de bordure, ou mieux encore, créer des cellules autour du tableau que l'on remplira de gifs transparents avec des bgcolors. Bien sûr, on sait que c'est pas génial, mais ça marche. De toute façon, le client voulait tout ça pour hier matin, alors... Voilà comment les sites étaient construits en 1995 et voilà comment ils sont encore construits aujourd'hui. Dans un article très révélateur de Jeffrey Zeldman sur la transition à des pratiques standardisées de conception Web, l'auteur nous raconte son tortueux périple vers la Terre Promise d'un Web enfin respectueux des standards.

Denis Boudreau | 2002.08.01 @ 10:13 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page