<C²: webløg />

Courriel - email address

archives d'avril 2004

Avatar Denis

vendredi 30 avril 2004
par Denis Boudreau

Un peu de soleil dans la pénombre

Le rêve un peu fou d'une coupe Stanley a Montréal cette année est encore une fois mort dans l'oeuf, au bout d'une passionante pénible, mais heureusement courte humiliation domination. De plus, comme si ce n'était pas assez pour mon petit malheur, aujourd'hui était la date limite pour poster ma déclaration d'impôt pour 2003 et évidemment, ce n'est pas encore fait. Il y a des jours comme ça à ce qu'il paraît. Je vous jure. Ah , les drames humains que je peux vivre !

Malgré tout, rien n'est perdu pour autant dans la vie puisque Dave Shea nous propose aujourd'hui un excellent billet sur le cheminement avec les méthodes de conception liées aux standards Web. En effet, si vous êtes un développeur nouvellement converti aux standards Web, ou si vous vous demandez depuis un bon moment comment mettre efficacement sur papier la progression d'une bonne intégration aux pratiques de développement normalisé, ne cherchez plus. Tout est là, et ne saurait être plus clairement identifié, prêt-à-consommer. Il ne vous reste plus qu'à aller lire tout ça et les portes d'une vie remplie de béatitudes s'ouvriront comme par magie devant vous.

Bon d'accord j'exagère, j'en conviens. Tout n'est pas si merveilleux. Je n'ai jamais vraiment cru aux chances du Canadien de battre le Lightning de Tampa Bay dès la dégelée du premier match. Je sais, je raconte n'importe quoi. Je pars de ce pas me coucher. Quelque chose me dit qu'en mai, je dormirai un peu plus qu'en avril... je serai donc forcément plus cohérent.

Denis Boudreau | 2004.04.30 @ 23:10 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mercredi 28 avril 2004
par Denis Boudreau

Vous êtes webmaster ? Devenez hubmaster !

Vous le savez, une des nombreuses raisons du ralentissement sur C² depuis quelques semaines tient bien sûr au fait que je m'adapte à nouveau à mon rôle de père, mais là n'est pas la seule raison. Outre le recul, le repos et les obligations de toutes sortes, depuis que je suis redevenu changeur de couches professionnel, j'ai constaté que je n'avais plus autant le temps de me pencher sur des lectures approfondies ou de fouiller le Web comme je le faisais auparavant. En attendant que ma routine reprenne un rythme de croisière et comme j'avais quand même envie de demeurer actif d'une manière ou d'une autre, j'ai décidé de m'inscrire sur Webmaster-Hub, un forum de discussion dont j'entendais le plus grand bien depuis quelques mois. Vous avez d'ailleurs peut-être remarqué l'icône à droite, sous la date du jour.

Résultat, une douzaine de jours et 200 messages plus tard, je m'y sens de plus en plus chez moi et je retrouve l'envie de m'impliquer dans ce genre de communautés, moi qui les avaient abandonné il y a deux ans suite à une série d'insatisfactions au sein des forums de SitePoint, dans lesquels j'étais particulièrement actif avant de me lancer dans l'aventure cybercodeur. L'avantage des forums, c'est que je peux y attérir 5 minutes et laisser deux ou trois commentaires en suivant des discussions précises, plutôt que de devoir m'investir en lectures avant de poster un billet, un rythme qui correspond plus à mes apparitions sporadiques sur la toile ces jours-ci... Mais puisque la qualité des échanges y est excellente, on se rend vite compte qu'on y prend goût !

Bref, si vous avez envie de tenter l'expérience et de venir enrichir les discussions qui y sévissent, n'hésitez pas à vous inscrire. Les discussions autour des normes, de la sémantique et de l'accessibilité sont fréquentes et stimulantes. Est-ce que cela signifie que le rythme de C² en souffrira ? Peut-être un peu, mais pas tellement. Au contraire, pour le moment je considère plus le tout comme une source extraordinaire d'inspiration. Ma position sur les sujets s'affine et s'aiguise, ce qui laisse à croire que je reviendrai avec une position renouvellée sur les enjeux de normalisation. Au plaisir de vous y retrouver donc, si l'expérience vous intéresse...

Denis Boudreau | 2004.04.28 @ 23:09 | 11 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 27 avril 2004
par Denis Boudreau

Il n'y a pas que du mauvais chez Bush

Quoi qu'on en dise, le controversé candidat au prix Nobel de la Paix n'a pas que des défauts. Non seulement il soutient les personnes avec limitations fonctionnelles en endossant les démarches de la Section 508, mais en plus, il souhaite l'accès universel à Internet haute vitesse aux États-Unis. Excellent, ça serait vraiment bien qu'on ai ça ici. Mais dîtes-moi, 21.4 millions d'internautes connectés en haute vitesse aux pays de l'once Sam, sur une population de plus de 300 millions, ça me semble pas énorme. Est-ce que quelqu'un a des statistiques sur le taux de pénétration du Web aux États-Unis ?

Denis Boudreau | 2004.04.27 @ 22:34 | 6 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Bleizig

lundi 26 avril 2004
par Bleizig

C² accessible par téléphone

Homme qui tend un téléphoneEt oui, vous ne rêvez pas, il est maintenant possible de consulter les dernières entrées ainsi que les denières réactions simplement en se munissant de son... téléphone ! Pour ce faire, si vous habitez l'Amérique du Nord, appelez le numéro vert 1-800-289-5570. Lorsque qu'il vous sera demandé d'entrer votre "application code", dites "9991420252" à l'anglaise ou entrez simplement ce code à l'aide des touches clavier du téléphone. Le numéro est aussi accessible pour le reste du monde mais, malheureusement, il vous en coûtera pour l'utiliser. Je suis à la recherche en ce moment d'un hébergeur en France afin de pouvoir vous proposer un numéro vert en "0800...".

En attendant, grâce à la magie de la voix sur IP vous pouvez télécharger Free World Dialup X-Lite: l'installation est très rapide. Le numéro à appeler avec FWD X-Lite est **869 1-999-142-0252 ; vous accèderez directement au site vocal. Il existe cependant un très gros problème avec FWD X-Lite, l'enregistrement utilise un filtre visuel que les malvoyants ne peuvent pas passer... dès que je trouve mieux, je vous en fais part, promis.

Mais laissez-moi vous raconter comment tout ceci est arrivé.

Réalisation de l'existence de VoiceXML

Tout a commencé le jour où je suis tombé sur plusieurs articles parlant de la nouvelle version 2.0 des recommendations du W3C sur le language VoiceXML. Je me suis demandé quelle pouvait bien être cette technologie dont je n'avais jamais entendu parler à ce jour. Après beaucoup de recherches sur la toile, je me suis rendu compte que le VoiceXML n'avait rien de nouveau puisque les travaux du consortium remontaient à octobre 1998. De plus, beaucoup d'applications en tirent parti, que ce soit le répondeur vocal qui vous annonce la météo ou les derniers résultats sportifs, l'application qui vous permet de tracer vos colis postaux, l'hôtesse virtuelle qui vous redirige vers le bon service après vous avoir posé deux trois questions et enfin le Père Noël virtuel pour les enfants (ho !, ho !, ho !). Il existe beaucoup d'entreprises proposant des services d'hébergement d'application vocales. Par chance, certains de ces hébergeurs proposent une section développeurs gratuite, permettant d'ouvrir un compte et mettant à disposition un numéro afin de tester l'application. Que demander de plus? Tous les outils étaient là pour que je me prenne à rêver de la possibilité d'offir une interface vocale à C².

Une application concrète pour weblogs

Quand j'ai décidé de me lancer dans le VoiceXML, j'avais trois objectifs en tête (par ordre de priorité) :

  1. Permettre de proposer une alternative aux lecteurs d'écran, en espérant que cette alternative soit beaucoup plus agréable.
  2. Permettre à n'importe qui de se connecter au site de n'importe où, pourvu qu'il ait un téléphone sous la main.
  3. Découvrir une technologie qui m'était jusqu'alors inconnue.

La recherche de l'hébergeur idéal a été très laborieuse. J'ai d'abord expérimenté TellMe, créé une petite application en anglais avec synthèse et reconnaissance vocale, tout marchait bien. TellMe propose un validateur de vxml ainsi qu'une interface permettant de simuler les appels. De plus ils offrent un numéro d'appel gratuit. Par contre, quand j'ai parcouru la documentation, pas de chance, les applications ne peuvent être que dans la langue de Shakespeare. Contraint de changer, je me suis dirigé vers VoiceGenie, dont j'avais beaucoup entendu parler mais je me suis très vite rendu compte qu'ils ne proposaient pas de numéro vert, du moins dans leur section développeurs. Je me suis enfin décidé à tenter l'expérience avec Voxeo, proposant une synthèse et reconnaisance vocale en français, un numéro vert et un numéro accessible du monde entier via "voix sur IP".

Mes débuts ont été très difficiles, car VoiceXML, bien qu'étant un standard du W3C n'est pas entièrement standardisé. Je m'explique : VoiceXML ne décrit que la structure de l'application, c'est à dire les messages à annoncer, les menus, les redirections... Par contre, les applications reposent sur l'utilisation propriétaire de logiciels de reconnaissance (ASR) et de synthèse (TTS) vocale. Ces applications sont paramétrables via la balise <property> spécifiée dans la définition de VoiceXML. Par exemple, dans le cadre de Voxeo, le moteur utilisé s'appelle Nuance et pour le passer en francais, il faut utiliser :

<property name="nuance.core.tts.ResourceName" value="fr-FR.default"/>

J'ai eu beaucoup de mal au départ à faire fonctionner un simple 'Bonjour le Monde !' à cause de cette simple propriété parce que la documentation de Voxeo était incorrecte et bien sûr la spécification de VoiceXML du Consortium ne la définit pas. Je n'ai toujours pas compris à ce jour pourquoi Nuance ne peut simplement pas utiliser xml:lang="fr".

Un autre aspect malheureusement non-standard est la définitions de grammaires. Une grammaire est utilisée pour spécifier au logiciel de reconnaissance vocale les commandes acceptées pour un menu particulier. Par exemple, vous pourriez spécifier que pour une application météo, à la question "Que voulez vous faire?", l'utilisateur aie le choix entre "prévisions", "température" ou "enneigement". S'il prononce un autre mot, le logiciel de reconnaissance signalera à l'application que le mot n'est pas reconnu. Pour définir ces grammaires, le Consortium a, une fois de plus, décidé d'un standard, le problème est que Nuance a aussi le sien. Au total, je suis tombé sur une poignée de définition de grammaires différentes.

En conclusion, si je décide d'héberger l'application ailleurs et qu'ils n'utilisent pas Nuance ... je suis bon pour reparamètrer le tout.

Après ces premiers balbutiements, le reste est passé sans problèmes : la norme du Consortium est très facile à comprendre. Très rapidement, une version permettant d'écouter les deniers carnets ainsi que leur commentaires est née. Il ne me restait plus qu'à tester l'application et surtout recueillir l'avis d'utilisateurs de lecteurs d'écran afin de savoir si mon but principal était atteint : l'utilisation de VoiceXML permet-elle d'offrir une alternative plus agréable aux lecteurs d'écrans ?

Avis de quelques utilisateurs

Après avoir lancé l'avis sur le site, plusieurs personnes se sont proposées pour tester le tout et j'ai reçu de leur part des critiques très constructives :

  • La synthèse vocale est unanimement appréciée : elle est parfois un peu nasillarde et monocorde et il existe des erreurs de prononciation éparses sur les mots anglophones mais rien qui n'ait dérangé les testeurs, au contraire.
  • Il est beaucoup plus rapide de surfer via ce système. En effet, à n'importe quel moment de la lecture des billets ou des commentaires, vous pouvez passer au billet suivant, précédent, passer aux commentaires immédiatement. C'est, je pense, l'avantage principal de cette méthode sur les lecteurs d'écran traditionnels.
  • Il est malheureusement seulement possible de consulter les derniers carnets et les derniers commentaires, pas d'accès aux archives. Ce n'est pas une limitation technologique mais je ne me suis simplement pas encore penché sur l'implémentation. À venir...
  • La reconnaissance vocale est trop réactive et il n'existe pas de moyen d'annuler la dernière commande. Par exemple, quand j'écoutais les déboires de Denis avec son félin et que je suis tombé sur "ce **** de chat", la synthèse s'est mise à lire "ce étoile étoile étoile étoile de chat" et je suis parti d'un éclat de rire ce qui à déclenché la reconnaissance vocale et j'ai du reprendre la lecture à zéro. Ce problème est malheuresement une limitation technologique et je n'ai trouvé aucun moyen de la coutourner pour l'instant.
  • Le choix des commandes vocales à utiliser pour naviguer n'est pas intuitif et tous m'ont fait la remarque. Voici les contraintes qui m'ont imposé un tel choix : plus la grammaire contient de mots, plus la reconnaissance vocale à de chances d'échouer. Il en est de même pour la longueur des mots et les ressemblance entre eux. Au final, il m'a fallu utiliser des mots de deux syllabes et assez distinct : un vrai casse-tête ! Cependant, étant donné qu'il est possible d'utiliser les touches du téléphone pour naviguer, le problème n'est pas majeur.

En conclusion, l'application est loin de pouvoir remplacer un lecteur d'écran mais certains avantages notables ont été mis en avant et m'ont motivé pour continuer à explorer cette voie.

Je tiens à vous remercier Sof, Lenjika, Gilles, Luc, Monique, Pascal-Eric et Jean-Pierre d'avoir pris le temps de répondre à l'avis et de m'avoir envoyé vos remarques ou recommendé d'autres testeurs, j'ai vraiment pu apprécier sous différents angles les avantages et inconvénients de l'application grâce à vous. Si j'ai oublié quelqu'un, merci de me taper sur les doigts au plus vite pour que je vous rajoute.

Les limitations de la reconnaisance vocale

Pendant la réalisation de l'application vocale, je me suis pris à rêver de la possibilité de poster des commentaires via téléphone. Au début je voulais y croire, je me disais que peut-être les technologies avaient évolué suffisamment pour permettre d'y arriver. Mais malheureusement, nous en sommes très loin. En effet, les logiciels de reconnaissance vocale disponibles sur le marché comme ViaVoice ou Dragon ne fonctionnent à peu près correctement qu'après une période d'apprentissage afin que le logiciel s'habitue à votre voix. Alors imaginez une reconnaissance vocale sans apprentissage via une source sonore téléphonique ! La seule possibilité offerte par VoiceXML serait de laisser un commentaire vocal, il faudrait ensuite une intervention humaine pour le convertir en texte.

Une technologie en pleine expansion

Depuis que j'ai commencé à m'intéresser au sujet, le W3C a déjà finalisé une nouvelle version de VoiceXML 2.0 (le 16 mars). Beaucoup d'entreprises (AT&T, Motorola, Avaya, Lucent, Nuance...) ont d'ailleurs profité de l'annonce pour réitérer leur soutien aux effort du W3C : "Nuance Applauds World Wide Web Consortium's Advancement of VoiceXML 2.0 [...] Nuance, the voice automation expert, today announced its support of the World Wide Web Consortium's (W3C) decision to advance VoiceXML 2.0 to W3C Recommendation, commonly regarded in the industry as a Web standard (article complet)".

Cette technologie a un bel avenir tracé devant elle. De part sa nature (XML), elle s'intègre très facilement aux applications existantes et est très facile d'apprentissage. Selon TellMe, le nombre d'utilisateurs de cette technologie ne va qu'augmenter : "As an editor of the standard in the W3C, Tellme Networks, Inc. announced today that VoiceXML has been called by more than 1 in 10 people in the United States; by next year more than 1 in 4 people in the U.S. will have called a VoiceXML application. (article complet)". TBL voit VoiceXML comme un sérieux atout pour le rapprochement des technologies de l'Internet et des télécommunications. Je suis persuadé que nous allons voir fleurir de plus en plus d'applications VoiceXML. Pourquoi pas l'arrivée d'un plugin pour navigateur permettant de lire directement les pages VoiceXML ? Cela permettrait d'avoir une meilleure qualité sonore que celle du téléphone.

Conclusion

Je ne pourrais conclure ce carnet sans vous raconter une histoire drôle. Et oui, voyez-vous, Microsoft a décidé de présenter au grand public, le 24 mars dernier, leur "Speech Server 2004", une plate forme vocale entrant directement en compétition avec celles de Nuance, Motorola, AT&T... et reposant sur SALT, un autre standard, qui est vouée à l'échec selon les experts : "It is unlikely, though, that Microsoft deployments ultimately will dominate this particular market segment. That is because its tech offering is based on the SALT, or Speech Application Language Tags [...] While SALT definitely is still a contender, the marketplace has spoken: VoiceXML is the de facto standard (article complet)". Une fois de plus, bien joué Billou.

En bref, VoiceXML est une technologie montante offrant des possibilités très intéressantes pour le mariage entre technologies de l'Internet et télécommunications. Je la suivrai de très près et vous tiendrai au courant de son évolution sur C². Je compte aussi mettre très prochainement en ligne un tutorial VoiceXML.

Bleizig | 2004.04.26 @ 07:03 | 12 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 26 avril 2004
par Denis Boudreau

W3Québec ce soir

Qu'on se le dise, la treizième rencontre de W3Québec se tiendra ce soir à 19 heures dans les locaux du RAAMM (Regroupement des Aveugles et Amblyopes du Montréal Métropolitain). Si vous êtes dans la région et que vous avez envie de vous joindre à nous ce soir, n'hésitez pas à venir faire votre tour.

Denis Boudreau | 2004.04.26 @ 07:02 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 23 avril 2004
par Denis Boudreau

Persévérer pour mieux laisser sa marque

Plus l'idée des standards Web fera son chemin, plus nous rencontrerons de documents en reprenant l'esprit dans un format ou un autre. Nous l'avons vu avec des présentations comme celle de Seybold ou de MaxDesign, nous l'avons vu avec des sommaires comme celui de Standardize et nous le voyons encore aujourd'hui avec le très inspirant document réalisé par Roger Johansson. Grâce à l'apport extraordinaire de bouquins comme "Designing with Web Standards" de Zeldman (qui est probablement à la source de plusieurs autres documents du même acabit), la cause de la normalisation fait son chemin, tranquillement, mais sûrement.

Seulement dans notre blogosphère, nous l'avons souvent constaté par le passé, le nombre de carnétistes engagés à la promotion de normes issues du W3C a décuplé au cours de la dernière année. Alors que certains d'entre nous s'essouflent de tenir le même discours inlassablement depuis des mois (il faut croire que l'hiver est long, on a tous besoin de recharger nos piles), il ne nous faut pas perdre de vue que le martellage de l'information commence à peine, et que ce n'est qu'à force de répétition et de persévérance que l'on parvient à changer le monde... Parlez-en à des types comme Élie Sloïm de la société Temesis, qui défend les principes d'une meilleure manière de concevoir le Web depuis bientôt 10 ans et avec lequel j'ai l'honneur de plancher sur quelques projets par les temps qui courent...

10 ans... c'est dire qu'en 1994, l'homme prêchait déjà dans le désert de l'indifférence les manières de gérer la qualité des sites Web. Bien sûr, on le trouvait mignon. Mais 10 ans plus tard, certains d'entre nous sommes capables de voir qu'il avait raison. Prenez-le comme vous le sentez, mais personnellement, je considère son cheminement comme exemplaire, comme une source constante d'inspiration, quoiqu'en dise l'homme. Que je n'entende plus personne se plaindre de ne pas obtenir de résultats en 10 mois à parler de l'intérêt des feuilles de style ou de l'économie de bande passante ; la promotion des normes et d'un meilleur Web pour tous, ce n'est pas l'affaire d'une année, c'est l'affaire d'une vie.

Combien vous voulez parier que dans vingt ans, les plus tenaces d'entre nous seront encore à répéter les mêmes arguments en faveur de la normalisation des pratiques de développement Web ? J'espère qu'à ce moment, nos arguments seront encore mieux ficelés et que nous sauront parler plus efficacement aux décideurs en entreprises et aux développeurs de logiciels d'édition Web, qui constitueront encore à ce moment le véritable nerf de la guerre.

Denis Boudreau | 2004.04.23 @ 23:05 | 3 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 22 avril 2004
par Denis Boudreau

Réinventer le mouseover avec les CSS

Pompage.net, qui est tranquillement en train de devenir le traducteur officiel des articles d'alistapart (compte tenu de la qualité de la connaissance ainsi diffusée, nous les en remercions bien bas), livre à nouveau la marchandise ce mois-ci avec une traduction d'un article de Dave Shea paru il y a quelques semaines intitulé "CSS Sprites: Image Slicing's Kiss of Death". Si l'article s'est rapidement retrouvé sur la table de Pompage, c'est forcément qu'lil mérite le détour. Si vous en avez marre de coder vos effets de rollover, DreamWeaver-style, je ne saurais vous recommander assez la lecture de "Sprites CSS : Meurs, découpe d'images, meurs !"

Denis Boudreau | 2004.04.22 @ 22:34 | 3 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Bleizig

mercredi 21 avril 2004
par Bleizig

A9, moteur de recherche selon Amazon

Amazon a récemment révélé au grand public leur tout nouveau moteur de recherche baptisé A9. Cet outil, dont le but n'est pas de proposer un algorithme plus performant que les moteurs actuels puisqu'il se base sur Google, introduit une toute nouvelle notion qui a longtemps tardé, à mon goût, à faire son entrée: la personnalisation.

En effet, il est possible de s'identifier (en utilisant le même identifiant/mot de passe que pour le site d'Amazon) ce qui permet au site de sauvegarder entre autres, les recherche passée de chacun ainsi que les résultats visités. Autres nouveautés à noter:

  • Possibilité de recherche dans le contenu des livres.
  • Fiche d'information pour chaque site répertoriant le traffic vers ce site, le temps de chargement de la page, les informations sur l'auteur, les commentaires d'utilisateurs et le traditionnel "People who visit this page also visit ..."

A9 est toujours en phase beta mais je trouve les débuts très prometteurs, affaire à suivre.

Bleizig | 2004.04.21 @ 15:58 | 4 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Bleizig

mardi 20 avril 2004
par Bleizig

Comment 'planter' sa voiture

Voici les voitures prêtes elles aussi à entrer dans l'ère numérique ... ou pas ;-)

Bleizig | 2004.04.20 @ 13:43 | 3 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 19 avril 2004
par Denis Boudreau

En route pour Tampa Bay

Na-na-na-na, na-na-na-na, hey-hey-hey, goodbye ! :)

Denis Boudreau | 2004.04.19 @ 23:04 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 18 avril 2004
par Denis Boudreau

Y'a quand même une justice en ce bas monde...

Comment dire... Ça a toujours été pour moi une profonde injustice de savoir que Tim Berners-Lee, malgré l'incroyable contribution qu'il a fait au monde au début de années 90, n'ait jamais pu récolter un sou pour son invention (le World wide Web). Heureusement, tout n'est pas perdu puisque celui-ci commence enfin à récolter les fruits de son travail, comme le témoigne cet article issu tout droit du site de CNN. Via KarlCore.

Denis Boudreau | 2004.04.18 @ 21:16 | 3 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

samedi 17 avril 2004
par Denis Boudreau

Remettre les pendules de l'accessibilité à l'heure, suite

Le dernier billet n'est en ligne que depuis quelques heures et déjà, il fait des remous. En discutant en privé avec un ami à propos de ce que je venais d'écrire, celui-ci me fait réaliser que mon commentaire pourrait être perçu de plus d'une façon, ce qui risquerait de causer du tort inutilement au message que je tente de lancer et à l'effort de mise en conformité et d'accessibilisation. Je me rattrappe donc ici, en remettant en contexte ce que je voulais dire, mais en rappellant toutefois que je prévenais dans le billet précédent que je n'allait pas forcément faire l'hunanimité au sein de la blogosphère.

Je suis grand, fort et en santé, je peux vivre avec ça et même encaisser quelques coups de coude sans broncher au passage. Alors, allons-y. Tout d'abord, mon billet ne se veut pas un troll, ou un tir à blanc simplement pour faire réagir, mais bien une réflexion de fond sur un problème que je constate depuis un moment et auquel j'ai moi-même trop souvent succombé.

L'essentiel du message, la seule chose qui devrait être retenue de celui-ci, c'est que la grande majorité d'entre nous avons (ou avons eu) le trop grand réflexe d'associer respect des standards Web avec économie de temps de production, même dans un contexte où l'expertise manquerait à l'appel. Il faut avoir l'humilité de reconnaître s'être trompé avec un trop grand enthousiasme et travailler à recupérer le tir avant que ça nous pète au visage. Comme on dit si bien chez nous, mettez le chapeau s'il vous fait, avalez votre pilule, prenez une gorgée d'eau et ça va passer. Je dis bien sûr ceci avec beaucoup d'amour et de taquinerie. ;-)

Si l'économie en terme de temps et d'argent est vraie lors du développement d'un site construit pour la première fois alors que l'on fait affaire avec des développeurs expérimentés dans le développement normalisé, ça devient tout à fait faux lorsque le développeur ne connait pas grand chose aux travaux du W3C.

Tout n'est pas parfait... mais on y travaille

Je sais de source sûre que certains groupes sont déjà en profonde réflexion à ce sujet et que d'autres ont été influencés à un moment ou un autre par des bouquins qu'ils auraient pu lire... Dans la francophonie, OpenWeb travaille en ce sens avec des articles plus nuancés à paraître éventuellement et W3Québec, qui prépare toute sa documentation dans un axe résolument plus orienté vers les décideurs que les développeurs, ira aussi dans ce sens.

Mais pour le moment, comme il n'existe à peu près pas de telle documentation de facilement disponible sur le Web, adressant la perspective du décideur ou ayant le courage de déclarer que les standards ne sont pas la panacée à tous les maux, le commun des mortels n'est pas du tout au courant. Ce n'est pas le genre de message qu'il est à même de percevoir. Si la bonne volonté et le travail sont une chose, la disponibilité immédiate de celui-ci pour briser le mythe est plus importante encore.

Il y a bien sûr l'excellent bouquin de Zeldman, "Designing with Web Standards" qui a fait une bonne partie du chemin, mais honnêtement, combien l'ont acheté malgré tout le bien qui en a été dit ? Surtout, du lot de ceux qui l'ont acheté, combien l'ont réellement lu d'une tranche à l'autre ? On ne peut compter sur une information disponible en échange de quelques dollars pour ouvrir l'esprit. Il faut que cette documentation soit gratuite, sur le Web, pour espérer qu'elle ait un quelconque impact sur la masse. En parler n'est pas suffisant. Il faut la vivre.

Encore là, c'est tout ce qu'il y avait à comprendre dans mon billet. Comme je participe activement à l'élaboration de certains de ces documents, je me permets de soulever le point. Je critique de bonne foi, en apportant mon lot de pierres à l'édifice.

Message d'intérêt public

Ceux qui ne retiendront de mon billet seulement que le fait de qualifier les standards et l'accessibilité de "discours à consonnance fausse et trompeuse, qui risque un jour de nous rattrapper et de causer notre perte", n'auront rien compris et n'auront pas fait l'effort intellectuel de me suivre dans ma réflexion. Devons-nous perdre notre temps avec eux ou investir nos efforts avec ceux qui sont prêts à y mettre du leur pour évoluer ? Je peux prendre les gens par la main pour leur expliquer, je n'ai aucun problème avec ça, ça fait partie de mon boulot. Mais je refuse de niveller ma réflexion par le bas pour inclure ceux qui ne feront pas l'effort, en pré-digérant une information qui se veut déjà de l'ordre du prêt-à-penser.

Ceux qui n'auront pas lu mon billet jusqu'au bout pourront-ils retenir au final que "nonobstant ces faits, le jeu en vaut largement la chandelle" ? Probablement pas. Mais d'office, je n'accorde à personne le droit de se faire une tête sur mes idées sans au moins prendre la peine de les consommer entièrement. C'est assez légitime. Combien, à la lecture du billet précédent, laisseront tomber la poursuite d'une mise en conformité faute de démonstration concrète d'une approche progressive des standards et de l'accessibilité ? Seulement ceux qui n'étaient pas déterminés à faire l'effort initialement, c'est clair, ou ceux qui auraient fini par retomber dans leurs vieilles habitudes. Je préfère largement redoubler d'effort pour les convaincre en mettant sur pied de réelles démonstrations documentées que de les attirer vers une guet-apens avec un pot de miel et une bébelle en prime.

Je ne crois pas que tout ceci soit contre-productif, je crois que c'est simplement d'adopter une attitude responsable envers le message que nous lançons quotidiennement. À nous de produire la documentation nécessaire pour leur offrir d'emblée une perspective réaliste. Les standards et l'accessibilité eux, se venderont d'eux-mêmes si nous les présentons adéquatement. :)

Denis Boudreau | 2004.04.17 @ 10:45 | 3 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 16 avril 2004
par Denis Boudreau

Remettre les pendules de l'accessibilité à l'heure

Après une dizaine de jours de mutisme plus ou moins volontaire, de restructuration de nucléus familial et de grève solidaire (pas mal pour si peu de temps), je suis de retour à l'alimentation de ce carnet, avec des piles fraîches, de nouvelles idées et un nouveau regard sur mes préoccupation d'artisan Web.

Le recul des derniers jours m'a été extrêmement bénéfique, tant au plan personnel que professionnel. Alors que les carnets Web de certains copains semblent vouloir tomber les uns après les autres, je me rends compte avec plaisir que j'ai toujours envie de poursuivre l'aventure, que la feu sacré brûle toujours... voilà bien la première chose dont je devais m'assurer avant de reprendre le flambeau pour plusieurs mois encore. Le printemps et l'été s'annoncent chauds ! Reprenons donc sans plus tarder :

Attention, les opinions exprimées dans ce message risquent d'en déranger plus d'un, mais n'ont aucun autre but que de briser les mythes et de remettre les pendules à l'heure. Ce commentaire et les réflexions qui en découlent ont été tirées et adaptées d'une de mes interventions sur le forum Webmaster-Hub, dans le cadre d'une discussion sur l'accessibilité.

Moins cher, de bien faire ?

Lorsque l'on parle d'accessibilité ou de mise en conformité, tout le monde s'accorde pour dire qu'un site bien construit ne devrait pas être plus coûteux qu'un site construit n'importe comment. Mieux encore, bon nombre vont même aller jusqu'à dire que construire un site selon les normes, ça coûte moins cher et ça se réalise plus rapidement qu'un site bâti selon les techniques du millénaire passé.

Je vous l'accorde, c'est ce que tout le monde dit et répète inlassablement, c'est le discours tenu par les évangélistes dont je fais partie, c'est également le discours tenu par tous les OpenWeb et tous les wannabe Zeldman de ce monde. Bref, c'est le discours universel de tout ce beau monde, un discours à consonnance fausse et trompeuse, qui risque un jour de nous rattrapper et de causer notre perte. Ce que ce que je constate, c'est qu'au final, tout le monde ne fait que répéter les mêmes vieux trucs dans ses propres mots et personne ne semble réfléchir deux secondes aux impacts réels de ce discours dans l'industrie...

Et ça, à mon avis, il faut que ça cesse. En vérité, ce n'est pas tout à fait vrai que bien faire coûte moins cher et il est grand temps que l'on commence à adresser les problématiques dans un ordre et une perspective réelle et concrète.

Car continuer à diffuser cette idée trompeuse, c'est à nouveau embarquer dans un cycle de mensonge face aux décideurs qui seront éventuellement vendus à l'idée. La dernière chose que nous voulons, c'est d'arriver à un point où ces mêmes décideurs associeraient naturellement le mouvement de standardisation à tous les autres mensonges et promesses éhontées des dernières années, aux buzzwords et au vaporware qui ont largement contribué à faire éclater la bulle technologique, à réduire à néant la confiance des décideurs envers l'industrie du multimédia au tournant du siècle.

Je suis passé par là, vous êtes peut-être passés par là aussi. Personnellement, je ne tiens pas à y retourner du tout. Je souhaite construire avec eux une relation saine, un relation de confiance basée sur le partage et la diffusion des connaissances, de la vérité. Pour ce faire, il faut revoir certains de nos arguments en faveur des normes et avoir le courage de les nuancer.

Remettre les choses en contexte

Si pour un développeur expérimenté il est effectivement plus rapide de bien faire (tout conforme, standard et accessible), que de se forcer à faire selon les vieilles techniques du millénaire dernier, il en va tout autrement pour un développeur qui ne serait pas, ou alors très peu expérimenté avec les méthodologies de développement standardisées et accessibles disponibles aujourd'hui.

Pour ceux-ci, arriver à bien coder un site selon les règles de l'art demande un effort majeur et une adaptation considérable qui a inévitablement un prix, souvent très fort dans le déploiement d'un projet... Il faut le reconnaître une fois pour toutes et ne plus avoir peur des mots ; faire conforme et accessible, ça coûte plus cher, ne serait-ce qu'en courbe d'apprentissage et en exploration par essais et erreurs avant de bien maîtriserles technologies et leurs subtilités variables dans les différents agents utilisateurs.

Par la suite, une fois que les techniques et les technologies seront maîtrisées, oui il en coûtera beaucoup moins cher pour déveloper un projet, mais combien de temps l'agence devra t-elle soutenir son équipe avant d'atteindre ce degré d'expertise pour en bénéficier ? Le vrai argument (et c'est celui sur lequel il faudrait je crois insister), c'est que malgré le coût supérieur, l'effort d'amélioration et les remises en cause, l'investissement en vaut pleinement la peine pour toutes les autres raisons que l'on a maintes et maintes fois répétées.

Les plus audacieux, dont le designer Andy Budd, avancent que faire un site accessible a un coût associé d'environ 2% supplémentaire... c'est un pourcentage raisonnable pour un développeur expérimenté qui sait exactement ce qu'il fait et ce qui doit être systématiquement mis en place pour réussir à la tâche. Pour celui qui ne connait pas le W3C, faire accessible et conforme représente beaucoup plus que 2%. C'est probablement beaucoup plus de l'ordre du 75% à 100%, surtout s'il se lance aveuglément dans le l'abandon des tableaux HTML et la poursuite du sacro-saint triple A de la WAI.

Celui qui fait la navette entre le WCAG et son site, qui tente désespérément de comprendre les messages cryptiques des validateurs, de trancher entre ses vieilles habitudes et des pratiques recommandables qu'il ne maîtrise pas encore et qui recherche encore la perfection au pixel près entre Mozilla 1.6 et Netscape 4 ne pourra jamais faire un site conforme et accessible au même coût qu'un site fait selon ses vieilles habitudes.

Par vieilles habitude, et c'est là que le bât blesse, j'entends n'importe comment, sans réfléchir le moindrement à la portée du moindre octet de HTML lâché dans ses pages.

Donc je résume simplement en disant que c'est faux d'affirmer systématiquement que le développement conforme et accessible coûte moins cher... Il faut commencer à nuancer nos propos en admettant qu'il y a véritablement un coût associé à la mise à niveau des méthodologies de développement, que l'effort pour gravir la courbe d'apprentissage n'est pas forcément simple pour tout le monde, mais que nonobstant ces faits, le jeu en vaut largement la chandelle

Être visionnaire, c'est comprendre qu'il faut voir à long terme et investir dans ses ressources pour les aider à se dépasser et à produire des projets sans cesse supérieurs en terme de qualité et d'innovations. Et que les efforts associés à cette mise à niveau méritent pleinement de valider l'intérêt de cracher les dollars supplémentaires pour bien faire le travail.

Denis Boudreau | 2004.04.16 @ 23:52 | 12 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

jeudi 15 avril 2004
par Denis Boudreau

Page 23

En attendant la reprise des activités sur C² :

  1. Prendre le livre le plus proche.
  2. Ouvrir le livre à la page 23.
  3. Trouver la cinquième phrase.
  4. Écrire le texte sur votre journal ainsi que ces instructions.

Albert Camus, Le mythe de Sisyphe (ISBN : 2-07-032288-2)

"Espoir d'une autre vie qu'il faut mériter, ou tricherie de ceux qui vivent non pour la vie elle-même, mais pour quelque grande idée qui la dépasse, la sublime, lui donne un sens et la trahit."

Et le bouquin le plus près de vous, il raconte quoi à la cinquième phrase de la page 23 ?

Denis Boudreau | 2004.04.15 @ 22:24 | 21 commentaires | 4 trackbacksretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 09 avril 2004
par Denis Boudreau

Silence solidaire

Non à la LEN et au brevets logiciels

Je le reconnais, j'ai toujours suivi la progression de cette affaire pas mal en retrait, peut-être parce qu'un océan me sépare de la menace à laquelle font face tous mes copains européens. Il y a un peut-être un peu d'opportunisme dans ma décision à joindre actuellement le mouvement de grèvistes contre la LEN en ces jours où la vie me tient déjà loin du Web. Mais nonobstant les circonstances, je m'y serais certainement joint de toutes façons, par pure solidarité, afin de m'assurer que vous soyez d'une manière ou d'une autre au courant de ce qui nous pend tous au bout du nez, ici comme ailleurs.

Comme je n'ai pas le temps ni l'envie d'entrer dans une tirade pour expliquer en quoi ce projet de loi représente une réelle menace pour le commun des mortels, je laisse le soin à nos amis du collectif OpenWeb de le faire en recopiant intégralement l'annonce qui est apparue aujourd'hui sur la page d'accueil du site :

Manifestation contre les brevets logiciels

En dépit de la décision démocratique du Parlement Européen, la Commission et le Conseil des Ministres Européens travaillent à mettre en place une brevetabilité logicielle sans limites, sous la pression du lobbying de quelques multinationales et de leurs services juridiques.

La brevetabilité des logiciels en Europe favoriserait la constitution de monopoles, limiterait la liberté d'entreprendre, et réduirait finalement l'innovation issue des petites entreprises et du mouvement Open Source, au détriment, entre-autres, des progrès dans la qualité du Web.

C'est pourquoi OpenWeb (et C²) vous invite(nt) à participer à la manifestation contre les brevets logiciels qui aura lieu à Bruxelles le 14 Avril 2004 et à soutenir cette action en la mentionnant sur votre page d'accueil du 5 au 15 avril.

Pour le moment, cette menace ne concerne que l'Union Européenne soit, mais comme nos représentants ici au Québec et au Canada ont, par le passé, fait preuve d'une extraordinaire habileté à aller puiser à l'étranger les idées les plus stupides pour essayer de les implanter ici, je ne prends pas de chance... je me joins dès maintenant au mouvement contre la loi sur l'économie numérique. Même si je n'irai pas marcher sur Bruxelles le 14 avril, mes pensées accompagneront ceux qui seront en mesure de s'y rendre.

Que mon silence en ces pages d'ici là soit éloquent de mon opposition à ce projet de loi. De retour le 15 avril. Entre-temps, j'ai les mains pleines de toutes façons... et quand je dis pleines, je ne parle pas que des couches.

Mise à jour : 09 avril 2004 @ 11h55

L'ami Laurent Denis a produit un billet rapportant un texte de René Mages en réaction à toute cette histoire, et qui cerne admirablement bien le problème qui nous occupe. Je vous invite à aller le lire.

Mise à jour : 14 avril 2004 @ 17h59

Les québécois sont avec nous !

Alors que les québécois manifestent encore ouvertement leurs insatisfactions à l'endroit du gouvernement Charest dans les rues de Montréal, les Européens eux, marchaient aujourd'hui sur Bruxelles contre les infâmes brevets logiciels. En attendant de pouvoir lire un peu partout des résumés de l'événement, voici un petit avant-goût en photo.

Grâce à la magie de la collaboration et du Web, les québécois y marchaient aussi, par les bons soins de l'amie Monique Brunel de l'excellentissime forum Webmaster-Hub. Merci Monique, je suis content de voir que les réactions ont été positives. Selon ce que m'en disait Monique plus tôt par courriel :

"la pancarte a été photographiée par des dizaines de participants (il y en avait un bon millier), par des journalistes, par des reporters TV... J'ai même été interrogée (en anglais) par une étudiante en multimédia qui faisait un reportage vidéo pour ses cours !".

Quand même, on est près de 8 millions au Québec ! Ça en fait du monde à marcher dans les rues ! Elle nous promet même quelques photos. C'est à suivre.

Denis Boudreau | 2004.04.09 @ 10:27 | 13 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

mardi 06 avril 2004
par Denis Boudreau

Quelques photos du bonheur...

Voilà longtemps que je prévois ce 1000ème billet... même si techniquement, ce n'est que le 995ème à être publié sur le site. Durant tous ces mois, je me suis beaucoup demandé de quoi j'allais parler pour souligner un tel événement. Normes... accessibilité... enjeux divers ? Après tout, mille interventions sur un carnet Web avec toujours la même fougue et le même intérêt, c'est quand même pas banal. Mais si j'avais pu m'imaginer que ce millième billet coïnciderait avec la naissance de ma petite fille, donc serait à des années lumières des réflexions sur la standardisation... que de surprises et de coïncidences !

Alors, sans vouloir abuser de votre temps, je vais quand même faire comme si quelques photos de mon bonheur pouvaient vous intéresser. Suffit de cliquer le médaillon pour voir une photo grand format... Vous connaissez le principe :

Première têtée de Maïté
Premier contact visuel avec maman
Dodo, toute emmaillotée
Dodo, toute emmaillotée, bis
Maman, Izak et Maïté
Maïté et papa
Première rencontre d'un grand frère avec sa petite soeur
Première rencontre d'un grand frère avec sa petite soeur, bis
Un bon gros dodo après une longue première journée


Voilà. Alors j'y retourne sans plus attendre. On se retrouve bientôt.

Denis Boudreau | 2004.04.06 @ 22:26 | 25 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 05 avril 2004
par Denis Boudreau

Accessibilité et autres considérations futiles...

Hum voyons voir... Je serais bien tenté de vous inviter à aller prendre connaissance d'un article de Michel Dumais publié ce matin au Devoir concernant l'accessibilité universelle des contenus sur le Web ou encore, vous permettre de lire la lettre que le W3Québec s'apprête à faire parvenir à monsieur Henri-François Gautrin, ministre responsable de la mise en place du gouvernement québécois en ligne, mais comme la femme de ma vie à mise au monde une superbe petite fille petante de santé cet après-midi, je ne vous en parlerai pas et je retournerai plutôt bercer la douce enfant.

À bientôt. Je prends quelques jours de congé du Web, pour refaire des forces, mais surtout, pour célébrer l'arrivée en ce monde de la deuxième femme de ma vie, la petite Maïté. Gâteux comme je suis, je vous filerai bien une ou deux photos dans les prochains jours. Entre-temps, je tire la plogue sur le Web, question de bien savourer la vraie vie qui se cache derrière. De retour dans quelques jours. J'essaierai de faire suite aux courriels qui me seront envoyés le plus rapidement possible. Comme à l'habitude, merci de pas tout bousiller le Web pendant que j'ai le dos tourné. ;)

Denis Boudreau | 2004.04.05 @ 23:23 | 16 commentaires | 1 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

lundi 05 avril 2004
par Denis Boudreau

Formation express en accessibilité

Je vous fais part d'une invitation que j'ai reçu récemment pour une formation en accessibilité Web. Si vous êtes de la grande région de Montréal et que vous êtes libre le 20 avril prochain, je vous invite cordialement à nous y joindre, car avec un formateur de la trempe et de l'expérience de Jean-Marie D'Amour, ce sera extrêmement intéressant. Il y en a toujours plus à apprendre dans un domaine aussi vaste !

L'accès à Internet pour les personnes handicapées

Sur le Web, l'accessibilité est un enjeu important pour les personnes handicapées. Découvrez qui sont ces personnes, quels sont les obstacles qu'elles rencontrent, comment elles naviguent sur Internet et comment vous pouvez les aider à profiter pleinement des technologies de l'information. Vous pourrez augmenter l'efficacité de votre site en le rendant accessible aux personnes handicapées. Cette formation sera donnée par Jean-Marie D'Amour, formateur en communication adaptée. Monsieur d'Amour s'est spécialisé dans le domaine de l'accessibilité du Web et participe activement à la définition et à la diffusion des normes internationales dans ce domaine.

La formation aura lieu le mardi 20 avril 2004, de 9 h à 16 h, au Centre St-Pierre à Montréal. Le coût de la formation est de 100 $ plus 20 $ pour les frais d'inscription. Pour vous inscrire, cliquez sur le lien suivant :

www.centrestpierre.cam.org/cadre_coordonnee.html

Que je doive m'y inscrire à titre personnel ou sous le couvert de mon employeur, il est clair que j'y serai. Au plaisir donc, de vous y retrouver également.

Denis Boudreau | 2004.04.05 @ 00:34 | 2 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

dimanche 04 avril 2004
par Denis Boudreau

Changements surprenants

Quand même les plus entêtés des promoteurs de technologies propriétaires commencent à comprendre l'intérêt d'y aller de solutions standardisées axées sur des normes industrielles, c'est qu'il y a un peu d'espoir dans tout ça... même venant de géants qui nous ont admirablement démontré par le passé à quel point ils étaient irrécupérables et qu'ils ne comprenaient rien à rien.

Denis Boudreau | 2004.04.04 @ 23:07 | 0 commentaire | 0 trackbackretour au début de la page

Avatar Denis

vendredi 02 avril 2004
par Denis Boudreau

MACCAWS publie son livre blanc

Après des mois et des mois de réflexion, d'écriture, de remises en question et d'efforts fructueux, l'équipe de MACCAWS livre enfin son tant attendu livre blanc aujourd'hui sur les standards Web. Je dis tant attendu, parce que si vous figurez sur la liste de discussion de ce groupe, voilà très longtemps qu'on en parle, de ce fameux document !

Au programme donc, deux documents importants. Le premier, "The Way Forward with Web Standards" constitue le dit livre blanc. Le second, un document accompagnatif s'adressant aux propriétaires de sites Web, explique pourquoi les standards sont importants et pourquoi il importe de s'y attarder. De la lecture très intéressante en perspective pour ce week-end.

Avant que vous ne vous posiez la question, voilà déjà des semaines que je nous ai réservé les droits de traduction vers le français, traduction que nous réaliserons rapidement dans le cadre des activités de W3Québec. Si tout va pour le mieux, d'ici quelques semaines donc, vous pourrez savourez ces documents en français. En attendant, régalez-vous des versions originales, si c'est dans vos cordes ! Et tant qu'à y être, pourquoi ne pas en profiter pour (re)lire ce document, rédigé dans le même esprit par nos bons amis du W3C ?

Denis Boudreau | 2004.04.02 @ 12:51 | 3 commentaires | 0 trackbackretour au début de la page